Sud-Ouest du 31 mars 2018 

Philippe Vigouroux, directeur du CHU de Bordeaux : "L’hôpital n’est pas une entreprise"

Philippe Vigouroux directeur du CHU

Philippe Vigouroux, directeur général du CHU de Bordeaux.
 ARCHIVES "SO" 

"Il est le directeur général du CHU de Bordeaux. Un des rares en France qui ne soit pas déficitaire. Son regard sur la crise

« Sud Ouest » Comment analysez-vous cette crise hospitalière contemporaine ?

Philippe Vigouroux À mon sens, c’est surévalué. Les moyens accordés aux hôpitaux augmentent chaque année, régulièrement, pas autant que l’on souhaiterait, mais tout de même, la Nation fait un effort constant. La question du management est souvent remise en cause. Au CHU, nous gérons 14 000 salariés. Le management est partagé dans un directoire majoritairement médical. Les décisions ne sont pas prises dans une logique financière. L’hôpital n’est pas une entreprise, mais une construction humaine au service de gens affaiblis par la maladie. Sortons des idées reçues. 

Force est de constater que les urgences saturent à Bordeaux aussi. Que les soignants accusent de la fatigue et un stress permanent. Que le nombre de lits diminue. Alors ?

L’hôpital est un service public qui tourne 24 heures sur 24. Les effectifs de soignants sont régulièrement mesurés en fonction de la charge de travail. En 2016, on a embauché 40 personnes, et 50 en 2017. Lors de la grève aux urgences de Saint-André, le dialogue social n’a jamais été rompu. J’ai personnellement discuté avec le personnel en grève. Le patron des urgences, le docteur Philippe Revel, réfléchit en ce moment à une évolution possible avec son équipe, pour répondre à cette augmentation du nombre de patients. N’oublions pas que la finalité du CHU, ce n’est pas d’être rentable, mais de soigner le mieux possible des gens malades."...

2018_03_31_SO_Philippe_Vigouroux_directeur_du_CHU_de_Bordeaux_l'hôpital_n'est_pas_une_entreprise