Gironde Vigilante

23 octobre 2020

Covid-19

Sud-Ouest du 23 octobre 2020 

Pour l’instant, la région tient bon 

COVID-19 Trente-huit nouveaux départements ont basculé, hier soir, en alerte maximale, portant le total à 54. Il y en a seulement deux en NouvelleAquitaine, dont les Pyrénées-Atlantiques

2020 10 23 pour l'instantLes départements des Pyrénées-Atlantiques et de la Haute-Vienne ont basculé, hier, en alerte maximale. PHOTO THIERRY DAVID/ « SUD OUEST» 

À partir de ce soir, minuit, 54 départements et un territoire d’Outre-Mer, la Polynésie, seront soumis au couvre-feu et aux restrictions qui l’accompagnent, soit plus de 46 millions de Français. Si deux départements viennent de basculer en alerte maximale, les Pyrénées-Atlantiques et la Haute-Vienne, pour l’instant, la Nouvelle-Aquitaine fait encore partie des régions les plus épargnées. Pour combien de temps ? 

Plusieurs critères entrent en ligne de compte pour faire passer tel ou tel territoire en alerte maximale. Le taux d’occupation des lits en réanimation doit notamment être supérieur à 30 %. Sur ce point, avec un taux de 17 %, les voyants sont au vert dans la région, selon les derniers chiffres publiés par Santé publique France (SPF). Sachant que ce chiffre est régional et qu’il est donc identique dans tous les départements. 

Le taux d’incidence, primordial 

Mais en réalité, le principal critère qui pèse dans la balance est le taux d’incidence du virus, autrement dit, le nombre de cas confirmés sur sept jours pour 100 000 habitants. Théoriquement, un territoire bascule en alerte maximale lorsque celui-ci est supérieur à 250 cas pour 100 000 habitants et à 100 pour 100 000 chez les personnes âgées. Sur le papier, aucun territoire de Nouvelle-Aquitaine n’a atteint de tels seuils. Mais certains s’en approchaient dangereusement et avaient déjà été placés en alerte renforcée : les Landes, la Haute-Vienne et surtout, les Pyrénées-Atlantiques (lire ci-dessous), où le taux d’incidence de 225 cas pour 100 000 habitants est d’autant plus préoccupant qu’il augmente considérablement d’une semaine sur l’autre. Il ne faisait plus aucun doute que le département allait basculer sous peu. Au point que le préfet avait pris les devants et déjà annoncé en début de semaine des restrictions, comme la fermeture des bars à 22 heures. Pas suffisant pour obtenir un sursis. 

En revanche, la Charente-Maritime, département le moins touché de France, avec un taux d’incidence de 53 pour 100 000 habitants (lire ci-dessous), ainsi que la Charente, la Corrèze, la Creuse, la Dordogne, le Lot-et-Garonne, les Deux-Sèvres et la Vienne, qui ont tous des taux d’incidence inférieurs à 150, sont en toute logique tous passés entre les gouttes. 

Des mesures préventives 

Toujours au rayon des bonnes nouvelles, en Gironde, le taux d’incidence se stabilise depuis plusieurs semaines, ou du moins augmente moins rapidement qu’ailleurs. Une situation d’autant plus appréciable qu’elle était bien plus compliquée il y a quelques semaines, lorsque la métropole de Bordeaux était pointée du doigt en raison de la forte hausse des cas de Covid. 

Mais des mesures préventives ont été prises entre-temps et la propagation de l’épidémie s’est stabilisée dans le département et la métropole. Si la prudence reste de mise, notamment à Bordeaux où le virus continue à gagner du terrain, preuve que le combat est loin d’être gagné, les restrictions semblent tout de même avoir porté leurs fruits. 

C’est pourquoi, même si sur le papier aucun département de la Nouvelle-Aquitaine n’aurait dû être soumis au couvre-feu, le gouvernement a pris les devants pour ceux dans lesquels l’état d’alerte maximale n’était qu’une question de jours.

2020 10 23 SO La situation au 22 octobre 2020

2020 10 23 SO La situation est grave

2020 10 23 SO La situation est grave2

2020 10 23 SO L'Europe face à la pandémie

Sud-Ouest du 23 octobre 2020 

La Gironde hors couvre-feu, mais jusqu’à quand ? 

ÉPIDÉMIE Ni le département de la Gironde ni l’agglomération de Bordeaux ne sont touchés par l’extension du couvre-feu. Explications et réactions

2020 10 23 couvre-feu

 

Soulagement, hier après-midi, en Gironde, après les annonces du Premier ministre Jean Castex: 38 nouveaux départements rejoignent la liste de ceux où s’impose un couvre-feu, mais la Gironde n’en fait pas partie (lire en pages 2 et 3). 

Avec un taux d’incidence (nombre de tests positifs pour 100 000 habitants sur sept jours glissants) de 115, du 13 au 19 octobre, selon les chiffres de Santé publique France communiqués hier soir – contre 92 quelques jours auparavant –, la situation sanitaire n’y est pourtant pas bonne. Elle est même préoccupante dans l’agglomération de Bordeaux, où le taux d’incidence atteint 154 (et 134 pour les plus de 65 ans). Mais elle est «moins pire » que dans les départements frappés par le couvre-feu. 

Vers un nouvel arrêté?

Ce statu quo signifie que les mesures déjà en vigueur continuent de s’appliquer en Gironde. Elles sont listées dans l’arrêté préfectoral du 17 octobre, avec application en principe jusqu’au 24 octobre. La préfète Fabienne Buccio fera peut-être une communication ce vendredi, notamment pour préciser ce qui se passe après le terme du présent arrêté préfectoral. 

En attendant une éventuelle modification, les mesures ne changent pas : pas de rassemblement de plus de six personnes dans l’espace public, interdiction des rassemblements privés dans les ERP (établissements recevant du public) incompatibles avec le port du masque (fêtes étudiantes, mariages, etc.), télétravail renforcé, protocole sanitaire strict dans les lieux recevant du public. Toujours interdits également, les rassemblements de plus de 1 000 personnes, et les manifestations sportives et festives sur la voie publique. 

Notons aussi que le port du masque dans tous les marchés, à moins de 50 mètres des écoles et lieux culturels et sportifs, ainsi que dans l’hypercentre de Bordeaux. 

Le régime propre à l’agglomération de Bordeaux reste aussi le même jusqu’à nouvel ordre : fermeture des bars et du service bar des restaurants à 22 heures, consommation d’alcool interdite sur la voie publique, ainsi que la vente d’alcool à emporter entre 22 heures et 8 heures. D’autres mesures, enfin, portent sur les salles de sport. 

La Gironde en sursis? 

Hier, le nouveau directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS), Benoît Elleboode, et le préfet délégué à la sécurité, Martin Guespereau, se sont rendus au siège de Bordeaux Métropole pour un point sur l’épidémie. 

Selon le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, « il y a une dégradation en Gironde, mais lente. Les écarts se comblent entre la campagne et l’agglomération. La situation se dégrade donc dans le hors-Métropole. Il faut être plus vigilants que jamais si nous voulons éviter le couvre-feu. La Gironde est pour l’instant une sorte d’exception, mais cela ne durera pas forcément. J’appelle tout un chacun à redoubler de vigilance ». 

Lors de cette réunion, le directeur général de l’ARS a confirmé que les endroits les plus dangereux restent ceux de la « bulle sociale » : rassemblements familiaux, lieux privés, etc., où un trop grand nombre de personnes sont en contact. Il a également insisté sur la dégradation qui frappe, quelle que soit la catégorie d’âge : les plus de 65 ans, mais aussi des enfants. 

«On peut y échapper» 

Président de Bordeaux Métropole et maire PS de Mérignac, Alain Anziani estime que « la Gironde et Bordeaux peuvent faire l’objet d’un couvre-feu si chacun ne fait pas assez attention ». « Lors de cette réunion, un grand appel à la vigilance a été lancé, a-t-il insisté. Il y a de nouveaux clusters chaque semaine. Les maires ont un rôle à jouer, en expliquant à leurs administrés l’importance du respect des mesures sanitaires. Le couvre-feu ne dépend pas que de nous, il est décrété au niveau du gouvernement. Il dépend des chiffres, de l’accélération de la courbe de contamination, ainsi que du nombre de lits disponibles à l’hôpital. Si la situation continue de se dégrader autour de nous, la Gironde y viendra. Mais si l’on fait preuve d’une très grande discipline, on peut y échapper.» 

Posté par j_f_seguy à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Aider les familles en manque de solutions

Sud-Ouest du 23 octobre 2020

2020 10 23 SO Un espace ressources handicap pour les familles

2020 10 23 SO Un espace ressources handicap pour les familles2

2020 10 23 SO Un espace ressources handicap pour les familles3

Posté par j_f_seguy à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2020

Surveillance des plages

Sud-Ouest du 22 octobre 2020

2020 10 22 SO Les plages de Lacanau et Vendays-Montalivet surveillées2

Posté par j_f_seguy à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Covid-19

Sud-Ouest du 22 octobre 2020

2020 10 22 SO La zone d'alerte progresse

2020 10 22 SO La zone d'alerte progresse2

2020 10 22 SO La zone d'alerte progresse3

2020 10 22 SO La zone d'alerte progresse4

 

2020 10 22 SO La situation en Europe

Posté par j_f_seguy à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Incendie dans le Colorado

Huffpost du 21 octobre 2020 

États-Unis: les pompiers face au pire feu de forêt de l'histoire du Colorado 

Plusieurs parcs nationaux dans le nord du Colorado sont consommés par les flammes depuis plus de deux mois.

États-Unis - Depuis le mois d’août, des milliers d’hectares de forêts continuent de brûler dans le nord du Colorado, touchant plusieurs parcs nationaux proches de Denver. Dépêchés sur les lieux, les pompiers américains font face à des vents violents qui prennent la forme de bourrasques oranges à cause des cendres provoquées par l’incendie, comme le montre notre vidéo en tête d’article 

Actuellement au nombre de cinq et séparés de plusieurs kilomètres, les feux ont été baptisés de noms différents pour les distinguer, comme “Cameron Peak Fire”, ou encore “Calwood Fire”.  

L’incendie “Cameron Peak”, qui n’était pas encore totalement contenu ce mercredi 21 octobre, mais il a déjà marqué l’histoire de Colorado en devenant le plus grand incendie de cet État. Il a rasé à ce jour plus de 800 kilomètres carrés d’hectares.

Les braises se sont répandues rapidement à cause des conditions de sécheresse, accompagnées de fortes rafales de vents allant jusqu’à 112 km/heures par endroits.   

Des milliers de résidents dans les environs ont été évacués dans l’urgence depuis le mois d’août et de nombreuses propriétés ont été détruites par les flammes et les rafales de vent.

La Presse du 21 octobre 2020 

L’incendie de forêt du Colorado a brûlé des maisons et plus de 830 km carrés de forêt

L'incendie de forêt du Colorado a brûlé des maisons et plus de 830 km carrés de forêt

L'incendie de forêt de Cameron Peak, au Colorado, a été allumé à la mi-août et brûle encore. Un feu secondaire, allumé par des tisons soufflés par le vent, a brûlé plusieurs maisons près du village de Glen Haven durant les derniers jours.

https://www.lapresse.ca

Dimanche, le Service forestier américain signalait que l’incendie était maîtrisé à 62 %, mais selon le site internet de l’organisme, l’incendie n’est plus maîtrisé qu’à 51 %. Il s’étend sur 830 km2, ce qui en fait le plus grand feu de forêt de l’histoire du Colorado. Plus de 1540 sapeurs-pompiers sont mobilisés pour tenter de l’éteindre.

Les vents forts et les conditions sèches contribuent à la propagation du feu. Le Service forestier américain compte sur du temps plus humide et moins venteux à partir de jeudi après-midi pour ralentir l’incendie. Il est possible qu’il pleuve dimanche ou au début de la semaine prochaine.

Posté par j_f_seguy à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 octobre 2020

Covid-19

Sud-Ouest du 21 octobre 2020 

2020 10 21 SO Grippe Covid 19 Tout ce qu'il faut savoir

Le risque grippal et l’épidémie de Covid 

SANTÉ La campagne de vaccination contre la grippe a débuté, moment choisi pour décoder les fausses rumeurs et véritables enjeux en cette année de pandémie. Demain tous vaccinés ?

2020 10 21 grippeLes plus de 65 ans sont prioritaires pour se faire vacciner. AFP 

Comme chaque année, mais encore davantage aujourd’hui, le début de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière déclenche doutes, débats et questions. La pandémie de Covid-19 bouscule nos vies, nous contraint, nous inquiète. Et si en plus, une épidémie de grippe vient en rajouter une couche, la situation sanitaire risque de s’emballer. Le professeur Charles Cazanave, infectiologue au CHU de Bordeaux, donne une ligne de conduite.

2020 10 21 grippe 2 

1 Est-ce que le vaccin contre la grippe protège du Covid ? 

« Non. La vaccination contre la grippe ne protège que contre le virus de la grippe. Mais les populations les plus vulnérables sont les mêmes pour les deux maladies. À savoir, les personnes âgées, les personnes qui présentent des comorbidités, diabète, maladies cardio-vasculaires, etc. Il faut mettre de côté la problématique grippe via la vaccination, afin de diminuer le fardeau viral. La vaccination contre la grippe protège aussi les autres. Ce geste est altruiste, car plus il y aura de monde pour se faire vacciner, moins le virus grippal circulera dans la population globale.» 

2 Peut-on attraper la grippe et aussi le Covid? 

« C’est tout à fait possible, si l’on n’est pas vacciné. En France métropolitaine, la grippe ne circule pas encore, mais nous avons constaté à Mayotte des cas de coinfection grippe et dengue. Ce qui prouve que deux infections virales peuvent se potentialiser. Et complexifier la thérapie. D’où l’intérêt de la vaccination et de la vigilance.» 

3 Est-ce que se faire vacciner expose au Covid ? 

« Pas du tout. On peut se faire vacciner sans crainte, car le produit injecté contient un virus mort. Donc à la limite, on peut faire une petite réaction fébrile. Cependant, il y a une condition avant toute vaccination : être sûr de ne pas s’être trouvé dans les sept jours précédents en contact avec un covid positif. Je m’explique : si on a été contacté par la CPAM ou l’ARS ou la personne infectée par le Covid parce qu’on a été en lien rapproché avec une personne Covid +, alors il faut se faire tester, puis attendre sept jours au moins avant de se faire vacciner contre la grippe.» 

4 Les stocks de vaccins sont-ils suffisants? 

«Oui. Aussi bien à l’hôpital public pour les agents, soignants et autres qui seront tous vaccinés, que pour la population générale, les stocks sont suffisants. Cependant, je conseille de prioriser la vaccination aux personnes les plus concernées, les plus de 65 ans qui ont déjà reçu le bon de la sécurité sociale notamment. Le personnel hospitalier se fera vacciner à compter du 2 novembre pour ce qui concerne notre groupement hospitalier territorial.» 

5 Comment différencier la grippe du Covid? 

« Chaque fois qu’un patient présente des symptômes grippaux il sera testé Covid, via un test PCR classique ou antigénique avec un résultat dans les trente minutes. Si le test est négatif, c’est la grippe. Il existe un test grippe, mais il ne sera pas généralisé, il sera pratiqué sur les patients souffrant de formes graves.» 

6 Les symptômes sont-ils les mêmes? 

« Ils se ressemblent, mais nous avons observé des différences notables. Ainsi la perte de goût et d’odorat sans nez bouché, sont en faveur du Covid. La fièvre, la fatigue les douleurs musculaires, la toux sont les symptômes de la grippe et du Covid. Mais lorsqu’ils se présentent de façon très brutale, on penche vraiment pour la grippe. On sait aujourd’hui que les symptômes du Covid arrivent de façon plus progressive. D’abord, le nez qui coule, puis la toux, puis la fièvre… Évidemment il s’agit d’une médecine simplifiée. Pour éviter l’errance diagnostique, il ne faut pas hésiter à faire un test.» 

7 Le corps s’habitue-t-il au vaccin anti-grippe? 

« J’entends cela, c’est un faux débat. Le corps ne s’habitue pas au vaccin, car les anticorps générés par la vaccination contre la grippe ne durent pas plus de cinq mois. Ce qui signifie qu’il vaut mieux ne pas se faire vacciner trop tôt dans la saison, car parfois, l’épidémie s’étale jusqu’au printemps. Le bon moment, c’est fin octobre-début novembre. En revanche, les personnes qui ont souffert de la grippe gardent la mémoire immunitaire assez longtemps.» 

8 L’année dernière, il y a eu moins de grippes. Pourquoi? 

«C’est vrai, jusqu’à 30% en moins. On n’est sûr de rien, mais on fait des hypothèses. L’an dernier, nous avons commencé à pratiquer les gestes barrières, lavage des mains, port du masque, distance physique. Et ça a marché pour la grippe. C’est plutôt un bon signal car le constat s’applique aussi pour la gastro-entérite, l’épidémie a été très ralentie pour les mêmes raisons. Ce qui signifie une chose : si l’on poursuit ce principe des gestes barrières, en étant encore plus vigilants – l’année dernière on débutait – alors il y aura moins de grippes, moins de gastros et moins de Covid. Le mode de contamination de tous ces virus est strictement le même.»

2020 10 21 SO Rupture de stock en ville

 

2020 10 21 SO Je me croyais assez costaud

2020 10 21 SO Je me croyais assez costaud2

 

2020 10 21 SO Le rapport bénéfice-risque est en faveur de la vaccination

2020 10 21 SO Le rapport bénéfice-risque est en faveur de la vaccination2

2020 10 21 SO Le rapport bénéfice-risque est en faveur de la vaccination3

 

2020 10 21 SO La grippe approche et les vaccins sot là

2020 10 21 SO La grippe approche et les vaccins sont là2

2020 10 21 SO Covid le CHU déploie les tests rapides antigéniques

2020 10 21 SO Covid le CHU déploie les tests rapides antigéniques2

2020 10 21 SO Covid le CHU déploie les tests rapides antigéniques3

2020 10 21 SO Le Covid-19 en bref

2020 10 21 SO Le Covid-19 en bref2

2020 10 21 SO Italiens et Espagnols serrent la vis

2020 10 21 SO Italiens et Espagnols serrent la vis2

 

 

 

Posté par j_f_seguy à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2020

Covid-19

Sud-Ouest du 20 octobre 2020

2020 10 20 SO Le Covid-19 en bref

2020 10 20 SO L'Irlande reconfine sa population

2020 10 20 SO Un faible taux de positivité au Covid à Sciences Po

2020 10 20 SO Un faible taux de positivité au Covid à Sciences Po2 

2020 10 20 SO L'autorisation des tests antigéniques étendue

2020 10 20 SO L'autorisation des tests antigéniques étendue2

Posté par j_f_seguy à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Incendies en Californie

45 secondes du 19 octobre 2020 

Graves brûlures causées par les incendies de forêt en Californie vus de l’espace

2020 10 19 45 secondes

De nouvelles images satellite de la Californie révèlent non seulement l’étendue des dégâts causés par les incendies de forêt, mais également la profondeur de la perte. 

Les cartes dérivées des données satellitaires montrent dans quelle mesure deux incendies majeurs se sont propagés ainsi que dans quelle mesure chaque région a brûlé. Les couleurs plus foncées représentent une perte presque complète – des paysages calcinés avec peu ou pas de végétation vivante. Les régions de bronzage plus clair représentent des zones où le feu était grave, mais certains arbres et plantes survivent encore. 

Les données satellitaires ont été recueillies par Landsat 8 le 26 septembre, par temps clair après des semaines de fumée qui ont recouvert la région de la baie. 

« Nous avions besoin d’une vue claire de la surface terrestre pour effectuer ces mesures, et nous avons eu la chance d’en obtenir une après tant de jours enfumés », a déclaré Christopher Potter, chercheur en télédétection au centre de recherche Ames de la NASA, à l’observatoire de la Terre de la NASA. « C’était la première image satellite que nous pouvions utiliser pour déterminer la gravité de la brûlure sur une vaste zone. » 

Les images ont capturé l’incendie du complexe éclair CZU près de Santa Cruz et l’incendie du complexe éclair SCU dans les montagnes de Diablo. L’incendie du CZU Lightning Complex a commencé le 16 août, selon Cal Fire, et a brûlé pendant 37 jours avant d’être contenu. Le feu a brûlé 86 509 acres (135 miles carrés ou 350 kilomètres carrés). Le complexe SCU Lightning s’est enflammé le 18 août et a brûlé 396 624 acres (619 miles carrés, soit 1605 kilomètres carrés) au cours des 44 prochains jours, selon Cal Fire.

Posté par j_f_seguy à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2020

Incendie en Tanzanie

Le Monde du 19 octobre 2020

En Tanzanie, l’incendie sur les flancs du Kilimandjaro est circonscrit

Des centaines de volontaires, habitants et étudiants ont été mobilisés pour combattre le feu, qui a ravagé environ 95 km2 sans faire de victime.

2020 10 19 tanzanie

L’incendie qui s’est déclenché dimanche 11 octobre sur les flancs du Kilimandjaro, plus haute montagne d’Afrique, est circonscrit après avoir ravagé environ 95 km2 sans faire de victime, a indiqué samedi l’Autorité tanzanienne des parcs nationaux (Tanapa). Située dans le nord-est de la Tanzanie, près de la frontière avec le Kenya, la montagne, qui culmine à 5 895 mètres au-dessus du niveau de la mer, est une destination prisée des touristes et des alpinistes. 

« Le feu est circonscrit et les activités touristiques se poursuivent, puisqu’elles n’ont pas été affectées par l’incendie », a déclaré à l’AFP le porte-parole de la Tanapa, Pascal Shelutete, précisant qu’il n’avait eu aucune « conséquence humaine »« Ceux qui ont prévu de gravir la montagne ne doivent pas s’inquiéter, toutes les activités touristiques se poursuivent normalement », a-t-il ajouté.

Des centaines de volontaires, habitants et étudiants ont été mobilisés pour combattre l’incendie, découvert le 11 octobre dans la région de Whona, une halte pour les grimpeurs qui empruntent les routes de Mandara et de Horombo, deux des voies d’accès au sommet, avait expliqué la Tanapa. Selon les premiers éléments de l’enquête, le feu pourrait avoir été causé par des porteurs qui accompagnaient des grimpeurs. 

La montagne – célébrée par Ernest Hemingway dans Les Neiges du Kilimandjaro – et la zone qui l’entourent sont classées comme parc national et celui-ci est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Posté par j_f_seguy à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dépistage cancer du sein

Sud-Ouest du 19 octobre 2020

2020 10 19 SO Cancer du sein trop peu de dépistage

Posté par j_f_seguy à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]