Gironde Vigilante

16 janvier 2019

Fonte des glaces

Sud-Ouest du 16 janvier 2019

2019 01 16 SO La fonte des glaces plus rapide que jamais

Posté par j_f_seguy à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Future caserne de pompiers

Sud-Ouest du 16 janvier 2019 

«En 2023, le Sud Bassin sera raccordé à la fibre» 

LA TESTE-DE-BUCH En guise de vœux, la présidente de la Communauté d’agglomération du Sud Bassin a annoncé, lundi soir, que le territoire aura accès au très haut débit

en 2023

"«Pour moi, le dossier de la fibre optique est aussi important que celui de l’A 660 et s’apparente à l’électrification de la France au siècle dernier», affirme Marie-Hélène des Esgaulx. Rien de moins. C’est le premier dossier que la présidente de la communauté d’agglomération du Sud Bassin (Cobas), choisit d’évoquer, ce lundi soir, au début de son discours de vœux, au parc des expositions de La Teste de Buch"...

..."Une autre maquette est projetée sur les écrans, celle de la future caserne des pompiers de La Teste-de-Buch, qui va être construite sur le site de l’ancien centre technique de la Cobas (avenue Vulcain). La Cobas financera 50 % du projet, avec le Sdis."...

2019_01_16_SO_En_2023_le_Sud_Bassin_sera_raccordé_à_la_fibre

Posté par j_f_seguy à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2019

Incendie d'habitation

Sud-Ouest du 15 janvier 2019

2019 01 15 SO Cadaujac une maison incendiée

Posté par j_f_seguy à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Forêt usagère

Sud-Ouest du 15 janvier 2019

2019 01 15 SO La défense de la forêt usagère en assemblée

Posté par j_f_seguy à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dysfonctionnements

Ouest France du 14 janvier 2019 

Décès aux urgences de Lariboisière à Paris. L’enquête interne pointe « des dysfonctionnements »

décès aux urgences de lariboisièreLes causes du décès de la patiente n’étant pas à ce jour connues et relevant de l’enquête judiciaire, elles ne figurent pas dans ce rapport.(photo d'illustration) /JOEL LE GALL/OUEST FRANCE 

Une patiente est décédée en décembre aux urgences de l’hôpital Lariboisière. Un rapport dévoilé ce lundi pointe des défaillances mais ne précise pas les causes du décès. 

L’enquête interne sur le décès inexpliqué d’une patiente aux urgences de l’hôpital Lariboisière en décembre à Paris pointe « une série de dysfonctionnements » dans sa prise en charge, dans un contexte plus général de manque de moyens, selon ses conclusions dévoilées ce lundi 14 janvier. Le rapport ne précise pas les causes du décès, encore inconnues, et relevant d’une enquête judiciaire. 

La « surveillance » de la patiente de 55 ans, retrouvée morte presque douze heures après son admission, son « identification » erronée et un « délai de prise en charge très important » font partie des défaillances soulevées dans le rapport commandé par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France.

Sur son compte Twitter, l’AP-HP annonce mettre en œuvre les dix recommandations du rapport ARS – AP-HP.

« Une surcharge sur l’activité de garde » 

Si « le tri et l’orientation » de la patiente, reçue par une infirmière dix minutes après son arrivée à 18 h 40 le 17 décembre, ont « été conformes aux procédures du service et aux recommandations nationales », aucune réévaluation de son état n’a été effectuée entre 21 h et minuit. C’est à cette heure qu’elle a été appelée pour la première fois, plus de cinq heures après son inscription. Il s’agissait alors de l’installer dans un box d’examen. 

« Deux appels […] n’ont pas abouti à l’identification de la patiente dans une salle d’attente surchargée », notent les auteurs du rapport, la patiente n’ayant pas répondu, peut-être en raison de son nom erroné. Elle a été considérée comme sortie « sans vérification des bracelets des malades en attente ».

« Ces écarts aux bonnes pratiques ont eu lieu dans un contexte où l’activité », avec 249 passages, « était supérieure à la moyenne », de 230 passages par jour environ à Lariboisière, note l’AP-HP dans un communiqué.Les effectifs paramédicaux étaient au complet ce soir-là mais l’absence d’un médecin en journée a entraîné « une surcharge sur l’activité de garde ». 

De nombreux patients précaires

Plus généralement, « le ratio des effectifs médicaux […] au regard de l’activité, est inférieur à celui des autres urgences de l’AP-HP », alors même que les urgences de Lariboisière sont les plus fréquentées de la région parisienne, avec plus de 85 000 passages par an. 

En outre, l’établissement du Xe arrondissement accueille de nombreux patients précaires « avec ou sans pathologie » qui alourdissent la charge de travail des paramédicaux, relèvent les auteurs du rapport. Autre problème, la « surface » et le nombre de boxes d’examen insuffisants qui contribuent à l’engorgement du service « en soirée », selon le rapport. 

Ses auteurs formulent une dizaine de recommandations pour Lariboisière et au-delà, appelant plus largement à une « réflexion nationale sur la définition de normes relatives aux moyens nécessaires » dans les services d’urgences. 

Une situation devenue « impossible à gérer » 

La « problématique » de Lariboisière, bien qu'exacerbée, « se retrouve dans tous les services d'urgences de France », note le Dr Pierre Charestan, qui a codirigé l'enquête.  En décembre, le premier syndicat de l'AP-HP, l'Usap-CGT, avait rappelé que les urgences de Lariboisière étaient « fréquemment en saturation », dénonçant un « manque de lits et de moyens ». 

L'Association des médecins urgentistes de France (Amuf) avait « alerté » le gouvernement « sur la situation devenue impossible à gérer » aux urgences hospitalières, qui ont enregistré 21 millions de passages en 2016. « Les moyens pour les urgences ont augmenté ces dernières années, mais pas autant que l'activité et l'exigence des besoins », a reconnu le professeur Dominique Pateron, coauteur du rapport.

Posté par j_f_seguy à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Climat

Sud-Ouest du 14 janvier 2019 

Le plus gros grêlon de l’année 2018 est tombé en Charente et mesurait 8 cm

le plus gros grelonDe très violents orages de grêle se sont abattus dans le Sud-Ouest le 4 juillet 2018. LOÏC DECQUIER 

"L’année 2018 a été marquée par des épisodes de grêle particulièrement violents, notamment dans le Sud-Ouest. Et c’est en Charente qu’est tombé le plus gros grêlon.  

L’année 2018 a été particulièrement grêleuse, selon l’Observatoire français des tornades et des orages violents Keraunos. Surtout en mai, un mois record. Un second épisode de grêle, plus modeste, a suivi en juillet."...

..."Si le mois de mai a été celui qui a vu le plus de chutes de grêles, l’épisode le plus sévère est survenu le 4 juillet. "Ce jour-là, ce sont notamment les départements du sud-ouest qui ont été mitraillés par des orages de grêle particulièrement violents", rappelle Keraunos."...

le plus gros grelon 3

..."C’est d’ailleurs lors de ces orages du 4 juillet qu’a été recueilli le plus gros grêlon de l’année. Mesurant 8 centimètres de diamètre, il est tombé en Charente. Le même jour, des grêlons pouvant mesurer jusqu’à 7 centimètres sont également tombés dans les Pyrénées-Atlantiques."

2019_01_14_SO_Le_plus_gros_grêlon_de_l'année_2018_est_tombé_en_Charente_et_mesurait_8_cm

Posté par j_f_seguy à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Centrale nucléaire du Blayais

Sud-Ouest du 9 janvier 2019 

Gironde : la centrale nucléaire du Blayais veut durer

gironde la centrale nucléaireGUILLAUME BONNAUD 

"EDF met en œuvre plusieurs dispositions pour accroître la sûreté du site blayais avant le quatrième réexamen de ses quatre réacteurs prévu entre 2022 et 2025 

Tous les dix ans, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) doit donner l’autorisation à EDF de prolonger l’exploitation de ses réacteurs. Pour cela, l’entreprise publique doit démontrer la fiabilité de ses installations en procédant, au préalable à un réexamen de leur niveau de sûreté. Avec les quatrièmes visites décennales des réacteurs de Braud, qui commencent en 2022 et s’achèveront en 2025, EDF engage plusieurs travaux. 

  1. Un rehaussement de la digue"...

  2. Des moteurs diesels d’ultime secours neufs"...

  3. Une piscine de stockage des déchets plus sûre"...

  4. Cinq anomalies détectées

    En 2018, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a relevé cinq incidents sur le site de Braud. Ceux-ci ont été classés niveau 1 sur l’échelle de gravité de l’Ines (International Nuclear Event Scale) qui en comporte huit (de zéro à sept). Le dernier niveau correspond à un accident majeur (Tchernobyl, Fukushima). Ce niveau 1 concerne des anomalies(1)."...

2019_01_09_SO_Gironde_la_centrale_nucléaire_du_Blayais_veut_durer

Posté par j_f_seguy à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2019

Incendie d'habitation

Il ne reste rien de cette maison d'habitation et malheureusement une fillette y a perdu la vie et deux autres personnes sont gravement blessées.

Les moyens engagés venaient des centres de secours de Labouheyre, Biscarrosse (à 34 km), Ygos-Saint-Saturnin (près de 36 km), Onesse-et-Laharie (plus de 26 km), Morcenx (près de 29 km), Pontenx-les-Forges (19 km) et Mimizan (30 km). 

Franceinfo du 13 janvier 2019 

Landes : une fillette de quatre ans décède dans l'incendie d'une maison à Labouheyre 

Un violent incendie s'est déclaré samedi vers 16 h 30 dans la commune landaise de Labouheyre. Une maison d'habitation d'un étage a pris feu, alors que huit personnes se trouvaient à l'intérieur. Une petite fille de quatre ans a été retrouvée morte dans les décombres. Sa mère est grièvement blessée.

landes une fillette de 4 ansLe feu a pris au premier étage de cette maison d'habitation situé Route de l'union, à Labouheyre, dans les Landes. / © Patrick Pannier 

Huit membres d'une même famille, trois adultes et cinq enfants,  se trouvaient à l'intérieur de leur maison quand un feu s'est déclaré en milieu d'après midi vers 16h37, selon les secours.

La fillette de quatre ans retrouvée morte

Une petite fille âgée de quatre ans n'a pas survécu à l'incendie. Les sapeurs-pompiers ont retrouvé son corps après trois heures de recherches, vers 21 heures 30.  

Sa maman, âgée de 40 ans, a été gravement blessée. Brûlée sur tout le corps et les jambes fracturées,  elle a été héliportée à l'hôpital Pellegrin de Bordeaux. Selon les secours, elle était dans un état d'urgence absolue lors de son évacuation.

Sa nièce, âgée de 17 ans a été également gravement blessée.


D'après les premiers éléments, l'incendie s'est déclaré au premier étage de l'habitation, où se trouvaient la mère et la petite fille de quatre ans. L'adulte aurait alors sauté de la fenêtre, et l'adolescente aurait tenté de récupérer la fillette sans succès avant d'être gravement blessée par les flammes. 

une fillette de 4 ansSamedi soir, les sapeurs-pompiers étaient encore présents sur les lieux du sinistre. Les secours ont retrouvé le corps de la fillette dans les décombres vers 21 heures 30. / © Laurent Montiel 

Les autres membres de la famille étaient hier soir en état de choc.

37 sapeurs-pompiers ont été mobilisés sur cet incendie.

Interviennent dans cette vidéo Jean Louis Pedeuboy, maire de Labouheyre et Bruno Polesello, un voisin , témoin de l'incendie.

Sud-Ouest du 13 janvier 2019 

Incendie de Labouheyre (40) : la dépouille de la petite fille a été retrouvée

incendie à labouheyreLes moyens engagés par les pompiers étaient importants. PATRICK MARROC 

"La petite fille de 4 ans qui était portée disparue a été retrouvée sans vie, samedi soir, dans les décombres de l’incendie ayant détruit la maison où elle vivait avec sa famille. 

Les sapeurs-pompiers intervenus sur le drame de Labouheyre ont retrouvé, samedi soir, dans les décombres de l’incendie, le corps sans vie de la petite fille de 4 ans intoxiquée par les fumées."...

incendie à labouheyre 2

La maison en proie aux flammes. CRÉDIT PHOTO : PATRICK MARROC

..."Les moyens engagés par les sapeurs-pompiers étaient importants : une douzaine de véhicules, dont des ambulances, une échelle, un bras élévateur, quatre lances à débit variable, qui venaient des centres de secours de Labouheyre, Biscarrosse, Ygos-Saint-Saturnin, Onesse-et-Laharie, Morcenx, Pontenx-les-Forges et Mimizan."...

incendie à Labouheyre 3

2019_01_13_SO_Incendie_de_Labouheyre_40_la_dépouille_de_la_petite_fille_a_été_retrouvée

Posté par j_f_seguy à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Incendie d'appartement

Sud-Ouest du 14 janvier 2019

2019 01 14 SO Carbon blanc six appartements évacués suite à un incendie

Posté par j_f_seguy à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pôle santé

Sud-Ouest du 14 janvier 2019 

Saint-André-de-Cubzac : La petite ville garde la forme

la petite villeChristian Mabille et son Conseil municipal. PHOTO P. L 

"Ce ne sont pas les projets qui manquent. À l’occasion de la présentation des vœux devant un large auditoire, le maire Christian Mabille a souligné l’effort particulier porté sur l’école avec le soutien de l’ensemble des personnels enseignants et communaux, pour maintenir un cadre éducatif de qualité et proposer une restauration traditionnelle."...

..."En ce qui concerne le pôle de santé, c’est un kinésithérapeute qui doit s’installer. On espère encore voir un jour une pharmacie pour compléter l’offre de services."...

2019_01_14_SO_Saint-André-de-Cubzac_La_petite_ville_garde_la_forme

Posté par j_f_seguy à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]