Gironde Vigilante

15 octobre 2018

Un quinquagénaire se noie

Sud-Ouest du 15 octobre 2018

2018 10 15 SO Noyade au Grand Crohot

Posté par j_f_seguy à 10:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Températures estivales

Sud-Ouest du 15 octobre 2018

2018 10 15 SO Samedi il a fait chaud

Posté par j_f_seguy à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Prudence : Monoxyde de carbone

Sud-Ouest du 15 octobre 2018

2018 10 15 Gare à l'intoxication au monoxyde de carbone

Posté par j_f_seguy à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Soulager la douleur

Sud-Ouest du 15 octobre 2018 

Hôpital de Libourne : des moyens « naturels » pour soulager la douleur

hôpital de Libourne contre la douleur

Naïma Badja, médecin réanimateur membre du « centre douleur » au sein duquel elle est très investie. PHOTO L. D. 

"Ce lundi, Journée mondiale contre la douleur, l’hôpital met en lumière son « centre douleur » et les pratiques auxquelles est formée une partie du personnel telle que l’hypnose. 

Sophrologie, hypnose, toucher massage, musicothérapie, réflexologie… Depuis 2014, 26 % des soignants de l’hôpital Robert-Boulin ont été formés à l’une de ces approches complémentaires de lutte contre la douleur. « Ces pratiques font partie des actes de soin. Depuis dix ans, il y a vraie adhésion du corps médical », relate Sandrine Mebs, cadre supérieur de santé, vice-présidente du Comité de lutte contre la douleur (Clud, lire ci-contre). Auparavant et encore parfois aujourd’hui, certains a priori persistent. Aussi bien du côté du personnel que des patients. « La formation permet de casser ces peurs. Quant aux malades, certains sont en demande. Il y a un réel changement de paradigme sur le sujet », observe Naïma Badja, médecin réanimateur, très investie dans les consultations douleurs."...

..."« Il y a quelques années nous avons informé les médecins traitants de l’existence de ce service. », indique Naïma Badja. Les patients peuvent aussi prendre directement rendez-vous. Actuellement, le délai d’attente est de quatre mois mais des créneaux d’urgence sont constamment maintenus. En 2017, près de 1 100 patients, dont 400 nouveaux, y ont consulté. 

« Le contact, l’écoute, c’est 50 % du traitement. Après on propose différentes techniques et on se laisse guider par le patient », détaille Naïma Badja."...

2018_10_15_SO_Hôpital_de_Libourne_des_moyens_naturels_pour_soulager_la_douleur

Posté par j_f_seguy à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ne plus avoir mal

Sud-Ouest du 15 octobre 2018 

Sois sage ô ma douleur 

JOURNÉE DE LA DOULEUR Ne plus avoir mal est un droit humain. Tous les moyens sont bons

sois sage o ma douleur

"Algologue. Ce n’est pas un médecin qui étudie les algues, mais celui qui tente de juguler la douleur. De la comprendre, de la contenir. Laurent Labrèze est algologue à l’institut de lutte contre le cancer Bergonié, à Bordeaux. Ce lieu est un centre de recours, une unité labellisée qui accueille des personnes douloureuses, venues de toute la région. 80% d’entre elles souffrent d’un cancer, les autres souffrent, et toutes n’ont pas encore trouvé de solution parmi l’arsenal chimique pour venir à bout de ces souffrances physiques. 

«Toute douleur qui perdure au-delà de trois mois nécessite une prise en charge particulière, commence le docteur Labrèze. La douleur physique chronique a un retentissement dans le reste de la vie, psychique, sociale. La souffrance est considérée comme une maladie en soi, dès lors qu’elle dure et ne répond pas aux antalgiques habituels, même les plus forts

Le Centre douleur de Bergonié, associé aux départements des soins de support, compte des médecins algologues, mais aussi des psychologues, radiologues interventionnels, kinés, diététiciens…"...

2018_10_15_SO_Sois_sage_ô_ma_douleur

Posté par j_f_seguy à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


La fusion Département/Métropole appauvrirait-elle les territoires ruraux ?

Sud-Ouest du 15 octobre 2018 

Gleyze réussit l’union des élus 

DÉPARTEMENT Le président PS a obtenu l’adhésion d’une bonne partie des élus de droite et ruraux pour la défense de sa collectivité

Gleyze réussit l'union des élus

C’est un joli coup politique réussi samedi par le socialiste Jean-Luc Gleyze dans les murs de la collectivité qu’il préside. En s’appuyant sur le projet de fusion du président Macron de cinq grandes métropoles françaises et de leurs départements, dont Bordeaux et la Gironde, il a lancé un appel au rassemblement pour défendre «les territoires» et sauver « la proximité en danger », ainsi qu’on pouvait le lire sur des autocollants distribués à l’entrée de l’immeuble Gironde, samedi. 

Une terminologie astucieuse qui s’appuie également sur la publication d’un manifeste des territoires, texte signé par plus de 30 présidents de départements en France. Autrement dit, le président PS du Conseil départemental de Gironde n’a pas voulu politiser ce dossier, s’en prenant seulement au gouvernement et à l’Élysée, accusés de vouloir «appauvrir les territoires ruraux au profit des métropoles». Il en a ainsi récolté les fruits. 

«L’ancien monde» se lève 

Autour de lui samedi, 600 personnes environ se sont rassemblées, surtout des élus et des associatifs. Et parmi eux sur le devant de la scène, son principal opposant de droite au Conseil départemental, le maire de Castillon Jacques Breillat. Ce dernier a pris soin de rappeler sur les réseaux que cette mobilisation est «transpartisane». À ses côtés, la sénatrice UDI Nathalie Delattre a elle aussi communiqué sur la «nécessité de ne pas casser les solidarités territoriales». Quant aux maires ruraux, ils étaient représentés par la vice-présidente de leur association Chantal Gantch. Elle a évoqué lors de son discours «des menaces sur la démocratie». L’assemblée a également eu droit à un message de soutien en vidéo de l’ex-sénateur UMP Gérard César, président de l’Association des maires de Gironde. Des élus de droite qui côtoyaient aussi la plupart des maires socialistes du département. 

C’était un peu comme si «l’ancien monde» se levait uni contre le nouveau. Il manquait d’ailleurs à l’appel quelques personnalités proches du pouvoir comme le maire Modem et conseiller départemental Jacques Mangon (Saint-Médard-en-Jalles). Avec quelques autres élus, ce dernier voyait plutôt dans ce rassemblement une «opération politique destinée à relancer le socialisme départemental ». Il réclame de son côté des assises «pour faire évoluer les collectivités territoriales qui en ont besoin». 

La position d’Alain Juppé est d’ailleurs nuancée. Comme il l’a dit à «Sud Ouest», il «n’a rien contre» le projet de fusion Département/ Métropole du gouvernement mais «n’a rien demandé et ne passera pas en force». Quant aux Macronistes, ils ont bien été obligés de défendre le projet, rappelant comme le député Éric Poulliat que «les cris d’alarme ne sont nullement justifiés puisque les projets de fusion ne pourront se faire sans accords locaux», ce que l’Élysée a effectivement confirmé. Mais même si le projet ne se réalise jamais, ce qui est probable, il aura au moins permis cette union inédite des élus locaux contre le gouvernement.

Posté par j_f_seguy à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Défense des territoires

Sud-Ouest du 14 octobre 2018

2018 10 14 SO Les élus contre la métropolisation

2018 10 14 SO Les élus contre la métropolisation 2

Posté par j_f_seguy à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Records de température vendredi

Sud-Ouest du 14 octobre 2018

2018 10 14 SO Record de température

Posté par j_f_seguy à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Incendie de bâtiment

Sud-Ouest du 14 octobre 2018

2018 10 14 SO Feu au parc cazalet

Posté par j_f_seguy à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2018

Incendie de bâtiment

Sud-Ouest du 14 octobre 2018

2018 10 14 SO Saint-Symphorien 3 chevaux périssent dans un incendie

Franceinfo du 13 octobre 2018 

Saint-Symphorien : trois chevaux morts et quarante chiens sauvés après un incendie

st symphorien

© prisme 

Les pompiers sont intervenus au petit matin ce samedi alors qu'un complexe écurie-chenil était embrasé. Trois chevaux avaient malheureusement péri dans l'incendie mais les pompiers ont réussi à faire sortir une quarantaine de chiens du brasier. 

Quatre lances et une trentaine de pompiers ont été nécessaires pour mettre fin à l'incendie qui s'était déclaré, pour des raisons encore méconnues, dans ce complexe écurie chenil au lieu-dit Le Gart sur de la commune de Saint-Symphorien en Gironde. Ils étaient encore sur place dans la matinée pour surveiller le site.

Ils avaient été appelés par les propriétaires du site et s'étaient rendus sur place vers 5h30 ce samedi matin. S'ils n'ont pu sauver trois chevaux, ils ont permis de secourir une quarantaine de chiens.

Posté par j_f_seguy à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]