Sud-Ouest du 15 décembre 2015 

Bordeaux : Quentin, malaise mortel devant la clinique 

Quentin, 23 ans, est tombé devant la clinique des Pins Francs de Bordeaux, le 15 décembre 2011. La clinique avait refusé de venir à son secours.

Bordeaux Quentin Photo S. Lartigue

Catherine Castagnera tient une des dernières photos de son fils Quentin avec Me Coubris, quelques jours avant l’audience au tribunal de Bordeaux.

"Catherine Castagnera tient entre ses doigts une photo, la dernière de son fils Quentin. Puis vite, elle en montre une, deux autres, qu'elle conserve sur son téléphone. Les larmes sont derrière, mais la colère ne s'est pas tarie. Le 16 décembre 2011, Quentin avait 23 ans, lorsqu'il est mort à l'hôpital Haut-Lévêque de Pessac. La veille, des passants l'avaient trouvé, inanimé, près de son vélo, à 50 mètres de la clinique des Pins Francs (1), rue Jude, à Bordeaux. Visiblement victime d'un problème cardiaque, il convulsait, mais respirait… 

Deux personnes ont vite alerté les secours par téléphone, tandis que deux autres couraient vers la clinique. À l'accueil, une standardiste appelle la directrice des soins, cette dernière refuse de bouger. « Nous n'avons pas pour mission de nous déplacer pour intervenir sur la voie publique. Les pompiers ont-ils été avertis ? » Il est 17 heures, le Samu tarde à arriver."...

"Que sa mort ne soit pas inutile, que l'on cesse de s'abriter de façon aveugle derrière des normes administratives, des règlements internes, ceci pour ne pas assumer les responsabilités qui incombent à tout citoyen. »"

2015_12_15_SO_Bordeaux_Quentin_malaise_mortel_devant_la_clinique

Sud-Ouest du 16 décembre 2015 

Malaise mortel devant une clinique à Bordeaux : prison avec sursis pour l'ancienne directrice 

Quentin, 23 ans, était mort faute de soins d'urgence, après un malaise à proximité de la clinique des Pins Francs. L'ancienne directrice a écopé de six mois avec sursis

Malaise mortel devant une clinique à Bordeaux Photo F. Cottereau

Avant l'audience, Catherine Castagnéra, la mère du jeune homme, et Me Coubris, son avocat.

"Seule face au tribunal de grande instance en audience correctionnelle, l'ancienne directrice des soins de la clinique des Pins Francs répond de l'accusation de non-assistance à personne en danger, suite au décès de Quentin Castagnera, trouvé inanimé le 15 décembre 2011. Les débats ont duré près de deux heures et demi.  

Assistée par un avocat, elle répète avoir agi comme il fallait compte-tenu des éléments dont elle disposait. "Ce jour-là, c'était clair pour moi, dit-elle. Je me suis peut-être trompée. J'ai pensé qu'attendre les pompiers était plus efficace qu'intervenir." Elle pleure.

Elle semble écrasée par la culpabilité. "J'ai toujours pensé faire ce qu'il fallait je me suis trompée"."...

..."L'ancienne directrice est condamnée  à six mois de prison et 20 000 euros de dommages et intérêts."

2015_12_16_SO_Malaise_mortel_devant_une_clinique_à_Bordeaux_Prison_avec_sursis_pour_l'ancienne_directrice