Sud-Ouest du 9 décembre 2019 

Les médecins généralistes appelés à faire grève tous les samedis

les médecins généralistesL'appel à la grève le samedi matin a été décidé en assemblée générale le 7 décembre  BATAILLE PHILIPPE © ILLUSTRAITON 

L’appel à fermer les cabinets à partir du 14 décembre vise à protester contre le manque de « moyens » consacré à la mesure « service d’accès aux soins », prévue par le plan urgences 

Le principal syndicat de médecins généralistes libéraux, MG France, a appelé la profession à fermer les cabinets le samedi matin à partir du 14 décembre pour protester contre le manque de « moyens » consacrés au « service d’accès aux soins » (SAS), promis pour l’été 2020. 

Mesure phare du plan urgences présenté en septembre par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, le SAS vise à désengorger les urgences hospitalières en orientant les patients suivant leurs besoins, en ligne ou par téléphone, 24 heures sur 24. 

Son coût, estimé à 340 millions d’euros, en fait la mesure la plus onéreuse du plan, chiffré au total à 750 millions sur trois ans. 

Mais cet investissement « est tout à fait insuffisant », a expliqué le président de MG France, le Dr Jacques Battistoni, estimant qu’il faudrait « doubler » voire « tripler » cette somme pour répondre aux demandes de soins imprévus et ouvrir une négociation avec l’Assurance maladie. 

Un mouvement « susceptible de s’étendre » 

Son syndicat réclame notamment « une valorisation des actes de maintien à domicile » ou encore un élargissement des horaires des gardes (le soir, le week-end et les jours fériés) des libéraux incluant le samedi matin et les fins de journée à partir de 18 heures, « en fonction des besoins, territoire par territoire ». 

L’appel à la grève le samedi matin a été décidé en assemblée générale le 7 décembre « en préfiguration de ce qui arriverait si les médecins généralistes n’étaient plus en mesure d’assurer la continuité des soins », a précisé MG France dans un communiqué. 

« Ce mouvement est susceptible de s’étendre si le signal lancé par ces 'samedis noirs de la médecine générale’ n’est pas entendu », a ajouté le syndicat, appelant les autres organisations de libéraux à le rejoindre « dès le début de l’année 2020 ».