2019 07 26 SO Sauveteurs très sollicités

Sud-Ouest du 26 juillet 2019 

Un noyé à Carcans et de nombreux hélitreuillages 

SÉCURITÉ Mercredi, les sauveteurs ont été très sollicités. Un sexagénaire s’est noyé à Carcans. Toutes les conditions étaient réunies pour une journée à risque sur les plages

nombreux hélitreuillages

La journée de mercredi a été endeuillée par la noyade d’un homme de 64 ans, qui se baignait à environ 800 mètres au sud de la plage centrale de Carcans, dans une zone non surveillée. Le sexagénaire, un Lormontais, a été pris dans un courant de baïne. Malgré l’alerte passée par des témoins aux sauveteurs nautiques du poste de secours, l’homme n’a pu être secouru à temps. Lors de cette même journée, sur les autres plages de la Gironde, l’activité de sauvetage a été particulièrement intense. Dragon 33, l’hélicoptère de la sécurité civile, qui est en renfort sur le littoral durant la période estivale, a réalisé quinze hélitreuillages pour dix-sept personnes secourues. 

Les sauveteurs jusqu’à 22 h 30 

Sur les plages de Lège-Cap-Ferret, dix-sept personnes ont été sorties de l’eau par les sauveteurs, dont un homme en stade 3 de noyade, nécessitant une évacuation d’urgence vers un centre hospitalier. La veille, alors que les plages étaient toujours bondées en fin de journée, les sauveteurs sont restés en veille jusqu’à 22 h 30 pour éviter le pire à des baigneurs imprudents. 

Au Porge, ce sont huit personnes qui ont été sauvées dans la journée de mercredi. Sur cette même plage, les secouristes ont dû intervenir sur un traumatisme du rachis cervical. La victime avait perdu toute sensibilité et motricité. À Lacanau, les sauveteurs ont porté assistance à des baigneurs en difficulté à vingt-six reprises. Et deux baigneurs ont dû être hélitreuillés par Dragon 33 pour être ensuite ramenés sur la plage centrale. 

De la houle, des courants 

Lors de cette journée de mercredi, toutes les conditions étaient réunies pour que la baignade soit dangereuse. Après une longue période sans houle, les vagues ont fait leur retour. Des déferlantes de 1,5 m à 2 m ont contribué à activer de forts courants dans les baïnes, sans compter un niveau de marée (basse et faible coefficient) en milieu de journée favorisant encore plus le risque d’être pris au piège dans les courants. Le facteur climatique – un soleil et un mercure plus que généreux – a aussi contribué à multiplier les interventions. Dans ce contexte, les sauveteurs rappellent que la prudence doit être de mise. En Gironde, la baignade hors zone de surveillance est à risque. Tout le monde n’est pas capable de localiser une baïne. Une fois pris dans les courants avec une forte houle, il est compliqué de s’en sortir. La baignade surveillée, qui est posée face au banc de sable (une zone qui évite d’être emporté), donne une garantie de pouvoir profiter de l’océan en toute quiétude.