Sud-Ouest du 29 avril 2019 

Édito : le train fou de la 6e extinction

édito 29Christophe Lucet. PHILIPPE TARIS. 

"L’enjeu de la biodiversité est aussi essentiel que celui du réchauffement. Il faut que la conférence de Paris accélère la prise de conscience globale 

Un train en cache souvent un autre. Celui du réchauffement climatique, qui accélère, ne devrait pas masquer celui de la perte de biodiversité, dont la vitesse, au moins aussi importante, pourrait conduire l’humanité dans le mur d’une « sixième extinction » si elle n’en prend pas très vite conscience. 

L’extinction dont il est question n’est pas celle de l’homme ni celle des espèces dites « commensales », c’est-à-dire aspirées dans le sillage de la démographie humaine comme le sont le poulet, le rat ou la blatte qui se portent fort bien, merci. Non, l’extinction dont il est question est celle des insectes, oiseaux, mammifères terrestres et marins, plantes, coraux, dont des centaines de milliers de variétés seront bientôt éradiquées de la surface de la terre et des profondeurs de la mer. 

Et elle a ceci de particulier d’être entièrement imputable à l’homme. Attelée à sa tâche prométhéenne de dompter la nature en en exploitant les ressources sans limites ni précautions, notre espèce est en train de scier consciencieusement la branche sur laquelle elle est assise. 

Oubliant que ses ancêtres firent des arbres leurs refuges, Sapiens continue, sans relâche et à grande échelle, à étouffer les poumons forestiers où niche une grande part de la biodiversité."...

2019_04_29_SO_Edito_le_train_fou_de_la_6e_extinction

Sud-Ouest du 28 avril 2019 

L’autre désastre qui couve 

BIODIVERSITÉ Les plus grands experts se réunissent à partir de lundi à Paris. Le 6 mai, ils rendront public un rapport sur l’état du vivant à l’échelle de la planète

l'autre désastre qui couve

..."Quels objectifs ? 

Si le détail de cette somme de 1 800 ages reste secret, on sait qu’elle passera au crible les pertes de la biodiversité mondiale depuis un demi-siècle, qu’elle en identifiera les causes et qu’elle établira des projections sur les temps à venir. Dans une seconde partie, les experts livreront une batterie de propositions pour limiter ces pertes, inverser la tendance et mettre la communauté internationale en ligne avec les objectifs qu’elle se donne. Ils reflètent généralement des envolées de tribune aussi vibrantes d’enthousiasme que dépourvues d’effets pratiques. 

Tous les scientifiques compétents sont pourtant pendus au signal d’alarme. Selon le projet de synthèse, «une accélération rapide du taux d’extinction des espèces» se profile. Sur les 8millions d’espèces animales estimées sur la planète – dont 5,5 millions de familles d’insectes – «un demi-million à un million d’espèces devraient être menacées de disparition, dont beaucoup dans les prochaines décennies ». 

La sixième extinction en route 

«Il n’y a aucun doute sur le fait que nous allons vers la sixième extinction de masse du vivant, et la première causée par les hommes», déclarait, récemment, le patron de l’IPBES, le Britannique Robert Watson. Survenue il y a 66 millions d’années, la cinquième du genre avait probablement trouvé son origine dans l’impact d’un astéroïde géant. Elle avait éradiqué 75% du vivant, dont les dinosaures."...

2019_04_28_SO_L'autre_désastre_qui_couve