Sud-Ouest du 31 octobre 2018 

La Teste-de-Buch : Des médecins consultent à côté des urgences

des médecins consultent 2

Les consultations médicales ont lieu dans un bureau aménagé, à côté des urgences, comme le présente Vincent Vardelle. PHOTO B. D. 

Les consultations médicales proposées, cet été, aux côtés des urgences de l’hôpital, ont permis de désengorger le service. Du coup, elles demeurent toute l’année. 

Au départ, c’était une expérience. Du 28 juin au 30 septembre, l’hôpital de La Teste-de-Buch a expérimenté des consultations médicales, aux côtés des urgences. 

Sept médecins volontaires, installés en cabinet ou remplaçants, ont assuré ces consultations à des horaires très précis, pendant les fermetures des cabinets médicaux : chaque soir de la semaine, de 20 heures à minuit ; le samedi, de 12 heures à minuit ; les dimanches et jours fériés, de 8 heures à minuit. 

Le principe était simple. Durant ces plages horaires, selon la nature des soins à apporter, l’infirmière d’accueil et d’orientation des urgences ventilait les patients entre le médecin urgentiste et le généraliste, installés dans un bureau aménagé, près du hall des urgences. 

800 consultations cet été 

Dès son arrivée, au début du mois de septembre, le nouveau directeur de l’hôpital, Julien Rossignol, confiait que ces consultations médicales aux côtés des urgences répondaient à une demande. Il attendait cependant la fin du mois de septembre pour tirer un vrai bilan de trois mois d’expérience. 

Les soirs de semaine, en juillet comme en août, ce sont huit à neuf patients en moyenne qui ont été dirigés vers le médecin généraliste pour des pathologies bénignes, entorses, petite plaie, piqûres… Les week-ends, 40 à 60 patients. Au total, près de 800 consultations durant les deux mois d’été. « Le jour de plus grande fréquentation aux urgences, avec plus de 180 personnes, 30 ont été dirigées vers les consultations », confirme Vincent Vardelle, cadre de santé, chef du pôle urgence médico-technique. 

Prises en charge par l’hôpital 

« Ce service est un vrai complément aux urgences », analyse le directeur de l’hôpital, qui a décidé de pérenniser ces consultations médicales à l’année. L’an dernier, il y a eu 30 040 passages aux urgences dont 22,9 % suivis d’une hospitalisation. 

« C’est un plus, analyse-t-il. Les gens ont le sentiment de ne pas engorger les urgences. Le délai d’attente y a baissé d’une heure cet été. Les médecins généralistes sont sécurisés par la proximité des urgences. Et les urgentistes nous disent qu’ils se recentrent sur leur métier. » Ces consultations médicales ont un coût pour l’hôpital qui les prend en charge. Les patients doivent en être conscients. 

La pérennisation de ce service sonne aussi le glas de feu le projet de maison médicale de garde, un temps envisagé, près du pôle de santé : « Elle n’a plus de raison d’être », confirme Julien Rossignol.