Sud-Ouest du 18 août 2018 

Les sentinelles de la plage 

ILS VEILLENT SUR VOTRE ÉTÉ 5/5 « Sud Ouest » vous entraîne, pour la dernière fois, dans les coulisses de la sécurité estivale. Aujourd’hui, reportage avec les maîtres-nageurs sauveteurs de Naujac-sur-Mer

les sentinelles de la plage

"En cette fin de matinée, la plage du Pin-Sec se remplit en douceur. À la marée montante, répond celle des vacanciers que n’arrêtent pas les quelques nuages. Face à l’océan, un groupe achève une séance de yoga. Le cours est dispensé en anglais, les touristes étrangers tenant la corde dans cette petite station balnéaire de Naujac-sur-Mer, dans le Médoc.

Ici, l’ambiance est familiale et surfeuse. «Et même un peu rustique et sauvage. Les surfeurs endimanchés passent leur chemin. Les amoureux de la nature restent », se plaît à dire Jean-Bernard Dufourd, le maire de ce village dont la population quadruple en été. De 1 200 habitants, elle passe «à 5 000, voire 5 500 personnes, dont près de la moitié logent au camping municipal du Pin Sec », assure l’édile."...

..."«Les Allemands sont toujours très nombreux. Certains viennent de génération en génération», explique Mathieu Jaymes tout en achevant l’ouverture du poste de secours de la plage. Il est le numéro deux de l’équipe de maîtres nageurs sauveteurs (MNS). En tout, ils sont huit. Que des civils. Naujac-sur-Mer n’a plus de CRS depuis plusieurs années. «Un choix de ma part », assume le maire, pourtant ancien policier. «On a pris cette décision pour une raison de coût et pour avoir une meilleure visibilité. Tous les ans, l’État faisait planer la menace de supprimer les CRS de la surveillance des plages. On avait besoin d’y voir clair. On a donc décidé d’employer directement des MNS. Aujourd’hui, nous disposons d’une équipe solide, formée et nous savons où nous allons. Et puis, cela nous revient moins cher », affirme Jean-Bernard Dufourd qui, au passage, ne manque pas de tacler l’État et «la baisse de ses dotations». 

Le dispositif coûte à la Ville 50 000 euros par an (sur un budget communal de 1,2 million d’euros) pour un poste de secours ouvert du 1er juillet au 31août. «On aimerait l’ouvrir plus tôt et plus tard, mais on n’a pas les moyens », assure l’élu qui plaide pour «des aides de l’État, la sécurité étant une mission régalienne». Ou le sempiternel débat de la surveillance des plages…"...

..."«La grosse différence, c’est que la plage bouge tout le temps, ici. Il faut savoir anticiper, observer et lire les courants. En fonction, la zone de baignade est déplacée», souligne-t-il."...

..."Toutes les heures, les MNS tournent afin d’éviter la lassitude, l’un des ennemis de la surveillance."...

..."«Comme sur tout le littoral girondin, les baïnes sont le principal danger », renchérit Mathieu Jaymes. Il « touche du bois ». «Depuis le début de la saison, nous n’avons pas eu de gros souci."...

..."En moyenne, une évacuation est réalisée chaque jour, par les pompiers, depuis le poste de secours de Naujac-sur-Mer."

2018_08_18_SO_Les_sentinelles_de_la_plage