Sud-Ouest du 22 avril 2017 

« La vigilance et la prévention sont l’affaire de tous » 

RISQUES La DFCI tire la sonnette d’alarme et invite les utilisateurs de la forêt à la plus grande prudence. Les fumeurs sont également priés de ne pas jeter les mégots 

la vigilance 

"Il y a tout juste une semaine, « Sud Ouest» titrait: «Déjà des risques d’incendie» pour rendre compte de l’assemblée générale de la Fédération girondine des associations syndicales autorisées de Défense des forêts contre l’incendie (DFCI). Un signe, hélas, prémonitoire. 

La sécheresse des sols alliée à un déficit de pluviométrie et à de forts vents laissait présager le pire. Et c’est ce qui s’est produit. «C’est caractéristique d’un feu de printemps, analyse Pierre Macé, directeur de la DFCI qui œuvre pour prévenir le risque de feu de forêt sur le massif aquitain. «Car les feux n’arrivent pas naturellement. Nous avons dans notre région deux périodes marquées qui sont le printemps et l’été. Pourquoi au printemps ? Parce que la molinie et la sous-fougère qui ont poussé l’année précédente sont encore sèches et donc très facilement inflammables tant qu’il n’y a pas eu de nouvelle pousse qui intervient au mois de mai. Jeudi, il y avait des rafales de vent à 50 kilomètres-heures et nous avons eu 20 départs de feu en Gironde.»"... 

2017_04_22_SO_La_vigilance_et_la_prévention_sont_l'affaire_de_tous

Sud-Ouest du 22 avril 2017 

La surveillance s’annonce délicate 

CISSAC-MÉDOC Hier soir, les pompiers ont annoncé que le feu était circonscrit. Mais la zone de l’incendie reste particulièrement sensible. Il faut éviter toute reprise 

surveillance délicate

"Les hommes du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) 33 ont passé la journée de vendredi qu’il redoutait. Après une nuit harassante à lutter contre un incendie qui avait déjà ravagé plus de 600 hectares dans la seule après-midi de jeudi, ils n’ont pas eu une minute de répit hier. 

Une trentaine de reprises 

Dès le lever du jour, les Canadair ont été appelés pour continuer à traiter une zone de front s’étendant sur plus de 6 kilomètres. Un large espace forestier situé entre la commune de Cissac et les villages d’Hourtin, Saint-Germain-d’Esteuil et Saint-Laurent-Médoc. Dans cette zone, toute la journée d’hier, le vent de nord-est aura continué à attiser les flammes en provoquant une trentaine de reprises de feu dans une zone d’incendie cadrée par les pompiers mais où il fallait absolument éviter que les lisières ne soient traversées par des sautes de feu. À ce jeu-là, les quatre Canadair et les 300 pompiers au sol ont fini par gagner la lutte."...

..."S’il est encore trop tôt pour établir un bilan de cet incendie, qui a déjà ravagé plus de 1 000 hectares de forêt, quelques éléments de terrain permettent de faire un premier point d’étape. Selon les témoignages recueillis dans la zone d’activité Beauchêne, à proximité de laquelle l’incendie s’est déclaré, le vent n’a laissé aucune chance aux premiers engins de lutte qui ont été engagés par les pompiers. En quelques minutes, le feu a traversé la RD1215, la route principale qui traverse le Médoc, pour filer vers l’Ouest et s’engouffrer dans un massif forestier donnant largement de quoi nourrir et entretenir les flammes. 

La première bataille a sans doute été perdue dans les premières minutes. Mais les pompiers n’y pouvaient pas grand-chose. Dans ces départs de feu, le pire des sorciers est bien le vent. Et il est quasiment impossible de le contrarier. 

Le deuxième enseignement consiste à dire que les moyens aériens sont indispensables dans un tel contexte. Si l’action des pompiers au sol reste essentielle, l’appui de Canadair se révèle à chaque fois déterminant. En clair, lorsque le risque de feu devient important, la Gironde doit avoir des appareils prépositionnés à Mérignac. Toujours sur le terrain, les pompiers n’ont pu que constater que des parcelles de pins ont facilité la propagation du feu parce qu’elles n’étaient pas entretenues. Les propriétaires forestiers ont une responsabilité. Dans un massif aussi vulnérable, on ne fait pas l’économie d’une bonne gestion de ses bois. Il suffisait d’ailleurs d’observer quelques parcelles situées derrière la zone d’activité de Cissac pour évaluer une partie de la situation…"...  

2017_04_22_SO_La_surveillance_s'annonce_délicate

Sud-Ouest du 22 avril 2017 

Comment Météo France aide les pompiers dans leur lutte 

"«Dans des circonstances exceptionnelles, le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) de la Gironde nous sollicite parfois, afin d’obtenir des précisions sur les paramètres météorologiques. Cette semaine, ce fut le cas concernant l’incendie qui a ravagé 1 000 hectares, jeudi, à Cissac-Médoc. Afin que les sapeurs-pompiers puissent adapter leur stratégie face au sinistre en temps réel, nous leur avons envoyé plusieurs bulletins exceptionnels."...

2017 04 22 Météo 

2017_04_22_SO_Comment_Météo_France_aide_les_pompiers_dans_leur_lutte

2017 04 22 SO Les grands animaux ont fui le feu