Sud-Ouest du 8 mai 2021

2021 05 08 SO Comment tomber le masque

Sud-Ouest du 8 mai 2021 

Pourra-t-on vraiment enlever le masque à l’extérieur cet été ? 

Le gouvernement espère mettre fin à l’obligation du port du masque en extérieur dès cet été. Mais selon des spécialistes, il est encore trop tôt pour affirmer que ce sera possible

2021 05 08 masqueLa fin du port du masque obligatoire en extérieur cet été va d’abord dépendre de la circulation du virus. XAVIER LEOTY / «SO» 

Les Français retrouveront-ils leur liberté de respirer à l’air libre dès cet été ? Avec l’élargissement de la vaccination pour les personnes majeures dès le mercredi 12 mai et la baisse des taux d’incidence sur le territoire, l’amélioration de la situation sanitaire pourrait bien permettre de faire tomber quelques gestes barrières, à commencer par le masque, symbole de l’épidémie. C’est en tout cas l’un des objectifs principaux affichés du gouvernement pour cet été, même si aucune date n’a été précisée. 

« Je peux vous promettre que quand la date qui nous permettra d’envisager sereinement la fin des gestes barrières, de nous retrouver, d’arrêter la distanciation sociale et d’enlever le masque sera arrivée, nous n’attendrons pas 24 heures. Nous le dirons immédiatement. Et j’espère sincèrement que ce sera cet été », avait déclaré mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran. 

Cela supposerait que l’épidémie de Covid-19 serait sous contrôle et qu’un relâchement serait possible sous certaines conditions. Cette vision optimiste du ministre de la Santé est notamment confortée par plusieurs études qui prouvent que les contaminations se font majoritairement en intérieur. 

Selon les conclusions du service de santé irlandais (Health Protection Surveillance Centre), seul 0,1 % des cas confirmés résultent de contaminations en plein air. Au RoyaumeUni, les chercheurs de l’université de Canterbury font état d’environ 6 % des contaminations en extérieur. De son côté, le « Journal des maladies infectieuses » (« Journal of Infectious Diseases »), qui a regroupé les résultats de cinq études sur la transmission du virus, expliquait en novembre 2020 que moins de 10 % des contaminations avaient eu lieu dehors. 

Optimisme mais prudence 

Des pays comme l’Australie, les États-Unis ou Israël ont déjà pris la décision de renoncer sous certaines conditions au port du masque obligatoire. Mais attention, « le risque n’est pas totalement nul », prévient Vincent Maréchal, professeur de virologie à l’université de la Sorbonne. Sans le masque, les risques de transmissions augmentent même en extérieur en fonction de la distance entre les personnes, de la durée des contacts et de l’intensité de l’exposition (parler, crier, faire une activité physique, etc.). 

« Dire aujourd’hui qu’on aura un été sans masque, c’est un petit peu tôt. Il y a des populations, comme les plus jeunes, qui ne seront pas encore vaccinées. Ils vont forcément avoir envie de se retrouver et de faire la fête. Et on a vu l’été dernier que la circulation du virus a continué à travers ces personnes, notamment chez les asymptomatiques », rappelle le professeur. « Si on se retrouve cet été avec des virus qui peuvent partiellement échapper à l’immunité et qui sont plus contagieux, comme certains épidémiologistes le supposent, il est difficile de dire aujourd’hui qu’on pourra enlever le masque », tempère-t-il. 

Encore des interrogations 

« Les simulations nous montrent qu’il faudrait vacciner pratiquement 90 % des adultes pour retrouver une vie normale. Est-ce qu’on arrivera à ça cet été ? Je n’en suis pas sûr… » ajoute Vincent Maréchal. De leur côté, les autorités se montrent un peu plus optimistes. « Si tout le monde y met du sien, politiques, professionnels de santé, population, on devrait y parvenir. L’objectif, tomber le masque à la fin de l’été ! » a assuré au Parisien le professeur Alain Fischer, le « Monsieur vaccin » du gouvernement. 

« Si on est en capacité d’enlever le masque, tout le monde sera content », ajoute Denis Malvy, infectiologue au CHU de Bordeaux et membre du Conseil scientifique. « On espère qu’avec la vaccination, la levée des restrictions ne sera pas associée à des scénarios qui nous empêcheraient de l’enlever », analyse-t-il. Mais selon lui, difficile d’affirmer dès aujourd’hui que l’on pourra se passer du masque cet été : « Je ne sais pas si ce sera possible. J’attends de voir semaine après semaine, mais si ça se passe, je serais le plus heureux. Cela voudra dire que l’épidémie est contrôlée ». 

Être vacciné signifie-t-il pour autant que l’on doit abandonner le masque ? « Ce que nous pensons très fortement c’est que la vaccination protège des risques de contamination », assure Olivier Véran. Mais le port du masque pour les personnes vaccinées est toujours recommandé car « nous n’avons pas encore la certitude scientifique que la vaccination empêche les gens d’être infectés et de transmettre le virus », répond Vincent Maréchal. « On a encore des cas minoritaires où les personnes vaccinées font circuler le virus autour d’eux », affirme le virologue.

2021 05 08 SO Une réouverture prudente pour éviter une quatrième vague

2021 05 08 SO Une réouverture prudente pour éviter une quatrième vague2

2021 05 08 SO Une réouverture prudente pour éviter une quatrième vague3

2021 05 08 SO Face à l'embellie les jeunes moins réticients à la vaccination

2021 05 08 SO Face à l'embellie les jeunes moins réticients à la vaccination2

2021 05 08 SO Le Covid-19 en bref

2021 05 08 SO Vayres les séniors ont pu se faire vacciner

2021 05 08 SO Vayres les séniors ont pu se faire vacciner2

2021 05 08 SO Captieux dépistage Covid