Sud-Ouest du 25 juillet 2019 

Vidéo. Des pompiers testent une nouvelle technique pour sauver des victimes ensablées

des pompiers testentCe nouveau procédé est une réussite puisqu'une minute seulement après l'intervention des pompiers, la victime est entièrement sortie du sable. CAPTURE D'ÉCRAN SDIS35OFFICIEL 

En été, petits ou grands s’amusent à s’enterrer dans le sable et les accidents sont réguliers. Pour dégager les victimes plus rapidement, des pompiers de Saint-Malo ont inventé "une lance de désensablement". 

Creuser un trou et s’enterrer dans le sable… Qui n’a jamais joué à ce jeu dangereux sur la plage ? Malheureusement, ce divertissement peut vite tourner au drame et des accidents se produisent tous les ans. En juillet dernier, un jeune homme de 20 ans qui s’était enseveli dans le sable est décédé d’un arrêt cardio respiratoire. 

Pour secourir les victimes ensablées, les pompiers ne disposaient jusqu’à présent d’aucune solution permettant d’intervenir rapidement. Problème résolu ! Des pompiers de Saint-Malo viennent d’imaginer une nouvelle technique, dont les premiers tests, menés sur la plage de Solidar à Saint-Malo mardi, semblent concluants. 

Une lance de désensablement 

Au cœur de ce nouveau dispositif : une lance de désensablement. Ce tube en aluminium d’1,50 mètres, relié au fourgon à incendie et muni de 12 petits trous à son extrémité, projette de l’eau une fois enfoncé dans le sable pour le ramollir et ainsi dégager la victime plus facilement.

"En projetant de l’eau, la lance entre facilement dans le sable. Cela permet d’arroser tout autour de la victime sous le sable et de soulager la pression autour des voies respiratoires", explique Dimitri Cahagnon, sauveteur côtier et formateur au journal Ouest France. Dans ce type d’intervention en effet, chaque seconde compte."Le sable se durcit et c’est compliqué de respirer", précise le secouriste. 

Ce nouveau procédé est une réussite puisqu’une minute seulement après l’intervention des pompiers, la victime est entièrement sortie du sable. Pour l’heure, deux prototypes de lance ont été fabriqués précise Ouest France : un pour la caserne de Dinard, l’autre pour celle de Saint-Malo. 

Pour éviter tout risque d’accident, la meilleure solution reste toutefois de ne pas jouer à ce jeu dangereux, préviennent les pompiers.