Quel honneur pour notre humble association d'obtenir une réponse de la Préfecture début août après notre courrier infructueux du 8 février 2013 ! 

Quelle diligence à répondre à notre courrier du 14 juin 2013 adressé à Monsieur le Ministre de l'Intérieur et dont Monsieur le Préfet de la Gironde n'était destinataire que d'une copie alors que celui que nous lui avions envoyé le 8 février était resté lettre morte ! 

Quel bonheur de constater à quel point les dossiers sont suivis par la Préfecture à chaque mutation du Préfet puisque Monsieur STEFANINI, dans son courrier du 22 février 2011, sollicitait notre contribution afin de communiquer nos éléments d'observation portant sur l'évaluation actuelle et à venir des risques et de leur couverture pour l'élaboration du prochain SDACR ! Aujourd'hui, nous sommes « personæ non gratæ ». 

Quelle facilité de mettre en avant les surfaces brûlées dans les départements méditerranéens en comparaison avec les départements aquitains alors que Monsieur le Préfet Délégué confirme lui-même dans son courrier, la fragilité du massif des Landes et de Gascogne suite aux tempêtes de 1999 et 2009 ! Cette forêt est, par ailleurs, une forêt cultivée, source de revenus, contrairement à celle du Sud-Est. 

En fait, c'est comme s'il nous répondait que les conducteurs qui n'ont pas beaucoup d'accident peuvent se passer d'une assurance. Mais, si nous ne nous abusons, l'assurance est bien obligatoire pour tous, même dans les départements peu accidentogènes ? 

Le Sud-Est possède plusieurs appareils bombardiers d'eau capables d'intervenir promptement en cas d'incendie, ne serait-il donc pas plus judicieux de laisser deux Canadair l'été, prépositionnés à Mérignac et de les renvoyer en renfort si nécessaire ? Ainsi les régions les plus sensibles aux feux de forêt seraient protégées en intervention immédiate. 

Le surcoût d'un pré-positionnement des moyens aériens à Mérignac est élevé, mais combien coûtent des allers-retours Sud-Est, Sud-Ouest pour deux jours, comme ce fut le cas cet été ? 

Quelles responsabilités prendra Monsieur le Préfet Délégué lorsqu'un feu se déclarera alors que le niveau de risque sévère ne sera pas déclenché et que les Canadair ne seront pas à proximité, comme ce fut le cas à Lacanau en été 2012 ! 

Les autorités se basent toujours sur des coûts et des statistiques pour prendre des mesures. Elles n'auront malheureusement pas toujours la chance de leur côté et là, elles pourront toujours voir le retour d'expérience et ajuster, comme elles le disent si bien, les modalités de mise en œuvre de la procédure... Un peu tard peut-être !