Franceinfo du 27 octobre 2021 

Le lac d'Oroville, l'image de la sécheresse aux États-Unis 

En seulement deux ans, le deuxième plus grand réservoir d'eau de Californie est devenu un canyon, comme le montrent ces images dans "Envoyé spécial". Confrontés à une sécheresse historique, les agriculteurs installent des puits qui vont chercher toujours plus profond de quoi irriguer leurs champs.

La Californie est confrontée à la pire sécheresse de son histoire, aggravée par le réchauffement climatique. Une situation préoccupante, alors que l'agriculture est un secteur économique d'importance – et le premier consommateur d'eau. Aussi certains cultivateurs commencent-ils à s'inquiéter.

C'est le cas d'Eric Waterbury, dans le comté de Butte, au nord de l'Etat. Comme son père et son grand-père avant lui, il fait pousser du riz dans sa ferme de 600 hectares (soit dix fois plus que la moyenne des exploitations en France). Malgré la sécheresse, les rendements ont été excellents cette année. Pourtant, le riz est la céréale la plus gourmande en eau... et de l'eau, il n'y en a plus assez.

Puiser toujours plus profond, au risque d'assécher les sols

D'après les calculs d'"Envoyé spécial", l'irrigation de cette exploitation nécessite 5 milliards de litres. A cause des sécheresses récurrentes, Eric Waterbury dit ne pas avoir d'autre choix que de construire des puits. L'agriculteur en a déjà six sur sa propriété, et il a le droit de pomper autant d'eau qu'il le veut. A chaque sécheresse, il en installe un nouveau… au risque de finir par assécher les sols. 

S'il lui faut puiser de plus en plus, creuser toujours plus profond, c'est parce qu'en 2021, le niveau des canaux d'irrigation qui permettent d'ordinaire d'inonder ses rizières a baissé de 60%. En remontant jusqu'à leur source, les journalistes ont découvert un paysage stupéfiant : le lac d'Oroville, l'image de la sécheresse aux Etats-Unis.

Le niveau des canaux d'irrigation a baissé de 60% en 2021

Ce lac de barrage, le deuxième plus grand réservoir d'eau de Californie, est devenu un canyon. Quelques péniches y flottent, désœuvrées, entre des collines autrefois totalement immergées. En deux ans, le contraste est saisissant. En mars 2019, une photo du lac d'Oroville montre une resplendissante étendue bleue entourée de forêts. En avril 2021, il n'y a déjà plus qu'un ruban serpentant au fond du canyon qui s'est creusé. En juillet de cette même année, il ne reste qu'un filet d'eau dans un paysage complètement asséché. 

Extrait de "La Californie à sec", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 28 octobre 2021.