Europe1 du 26 octobre 2021 

Covid-19 : on sait désormais comment le virus endommage le cerveau 

Plus de 5.000 nouveaux cas de Covid sont enregistrés chaque jour dans le pays selon Santé publique France, bien que le nombre de patients hospitalisés reste lui quasiment stable depuis la mi-octobre. Et des chercheurs européens en ont appris un peu plus sur ce virus, qui peut laisser des séquelles dans notre organisme. Il serait en effet capable de passer par le sang, tout droit jusqu'à notre cerveau.

DÉCRYPTAGE

C'est une découverte inquiétante sur le virus du Covid-19. Des chercheurs européens, dont une équipe lilloise, viennent de démontrer que même dans les formes légères de la maladie, le virus passe par le sang pour entrer dans le cerveau et y laisse des séquelles. 

Jusqu'ici, les chercheurs pensaient que le coronavirus pouvait atteindre le cerveau par le nez. On sait maintenant qu'il arrive aussi très vite dans le sang et qu'il attaque directement la barrière de cellules qui protège notre cerveau des microbes. Même chez les personnes qui ont peu de symptômes, le virus va créer des sortes de brèches.

La création de "vaisseaux fantômes"

C'est ce qu'explique Vincent Prévost, neuroscientifique à l'Inserm, à Lille. "Dans un premier temps, ces microhémorragies dans le système nerveux central vont être très néfastes. Et ensuite, une fois que ces cellules sont mortes et que le sang ne circule plus à travers ces vaisseaux, ça va créer des vaisseaux fantômes. C'est-à-dire que l'on a le fantôme du vaisseau qui reste dans le cerveau, mais il n'y a plus de sang qui passe à travers. Donc les neurones ne vont plus avoir accès aux nutriments dont ils ont besoin pour fonctionner."

La bonne nouvelle, c'est que le phénomène est réversible. Les vaisseaux fantômes disparaissent en effet d'eux-mêmes, mais ces zones du cerveau restent fragilisées. Cela explique peut-être les migraines, la fatigue ou encore le brouillard cérébral dont souffrent les patients Covid longs. Les scientifiques redoutent également d'avoir découvert un nouveau facteur de risque des maladies d'Alzheimer et de Parkinson. 

Sud-Ouest du 26 octobre 2021

2021 10 26 SO L'examen accéléré de la pilule de Merck lancé