LCI du 12 août 2021 

VIDÉO - Incendies en Russie : la Sibérie ravagée par les flammes

 

INCENDIES - Depuis début mai, les feux s'enchainent dans la taïga du nord-est sibérien. Près d'1,5 million d'hectares de végétation ont été ravagés par les flammes. Dans l'une des régions habituellement les plus froides du monde, les conséquences du dérèglement climatique sont désastreuses.

C'est à nouveau dans la république de Sakha (ou Iakoutie) au Nord-Est de la Sibérie que les incendies font rage. Mais cette année, ils se sont produits encore plus tôt, dès le mois de mai et plus au sud ,   la Taïga du Nord ayant été en partie réduite en cendres l'été de 2020.

Ce week-end, plus de 3600 pompiers, soldats et volontaires étaient à pied d'œuvre, luttant avec des moyens logistiques assez faibles pour maîtriser les flammes, conscrire les quelques 155 incendies localisés. Ils y sont parvenus à moitié, certains d'entre eux s'attachent maintenant à sécuriser les zones pour éviter les reprises

La région grande comme 5 fois la France a établi un triste record pour avoir perdu 1.5 millions d' hectares de végétation depuis début 2021. La Russie a perdu au total plus de 11,5 millions d'hectares , contre 8,9 millions de moyenne annuelle enregistrée depuis le début des années 2000. 

Le permafrost s'est réchauffé puis a entamé son dégel.

Avec le changement climatique la Sibérie, l'une des régions les plus froides au monde  n'est donc plus exempte de vagues de chaleur annuelles  et d'incendies répétitifs qui modifient sa géologie et ses paysages. Le permafrost (sols gelés en permanence ou pergélisol) s'est réchauffé puis a entamé son dégel. Ce processus conduit au rejet d'importantes quantités nocives de méthane  dans l'atmosphère . Observé depuis les années 70, par le service fédéral russe d'hydrométéorologie et de surveillance environnementale, les sols des montagnes du sud de la Sibérie auraient connu leur plus grand réchauffement  depuis 1975. Les scientistes redoutent qu'à terme, cela conduisent à une fonte accélérée du permafrost .

Les incendies participent à la poursuite de ce cercle vicieux en rejetant  d'importantes  quantités de dioxyde de carbone dans l'atmosphère tout en anéantissant les arbres qui auraient pu l'absorber. Cet engrenage infernal entretient le réchauffement climatique . 

L'air est irrespirable, et a pris l'explicite surnom "d' Airpocalypse".

L'autre dommage  immédiatement visible  ces incendies est la dégradation désastreuse de la qualité de l'air . La capitale de Yakoutie,  Iakoutsk est enveloppée d'un smog . L'air est irrespirable, et a pris l'explicite surnom "d' Airpocalypse".  Il est composé des particules  dont la toxicité est  40 fois  supérieure aux  normes recommandées par l'Organisation mondiale de la santé. Du jamais vu mêmes dans les villes les plus polluées d'Inde et de Chine .