Sud-Ouest du 13 août 2021

2021 08 13 SO Le covid en bref

2021 08 13 SO Une troisième dose nécessaire annonce prématurée

2021 08 13 SO Une troisième dose nécessaire annonce prématurée2

2021 08 13 SO Le pass sanitaire dans une centaine de centres commerciaux

2021 08 13 SO Le pass sanitaire dans une centaine de centres commerciaux2 

2021 08 13 SO Des tentes de dépistages pour aller au restaurant

2021 08 13 SO Des tentes de dépistages pour aller au restaurant2

Sud-Ouest du 12 août 2021

2021 08 12 Au CHU de Bordeaux le plan blanc permet de rouvrir 50 lits

2021 08 12 SO L'exécutif serre la vis et renvoie les opposants dans les cordes

2021 08 12 SO L'exécutif serre la vis et renvoie les opposants dans les cordes2

2021 08 12 SO L'exécutif serre la vis et renvoie les opposants dans les cordes3

2021 08 12 SO Confinement strcit en Guadeloupe

2021 08 12 SO Confinement strcit en Guadeloupe2

 

2021 08 12 SO En bref

Sud-Ouest du 12 août 2021 

À Arcachon, une fraude aux pass sanitaires 

Des intrus sont parvenus à pirater le profil numérique d’un médecin et ont édité 55 faux certificats de vaccination

2021 08 12 fraudeLe ou les fraudeurs se sont tout simplement connectés au site numérique de la santé et ont activé le profil du médecin arcachonnais. JEAN-FRANÇOIS MONIER / AFP 

L’information s’est ébruitée ces dernières heures sur le bassin d’Arcachon et a été confirmée, hier, par le parquet de Bordeaux. Le dimanche 8 août, le médecin responsable du centre de vaccination Covid de la station balnéaire girondine a été ciblé par un ou des individus qui ont utilisé son profil professionnel pour se connecter sur le site de l’agence numérique de la santé. Utilisant son numéro d’identification, vraisemblablement récupéré sur une ordonnance ou une attestation, ils ont édité 55 faux certificats de vaccination qui ont vraisemblablement été vendus dans la journée à des réfractaires du pass sanitaire. 

Le médecin a déposé une plainte au commissariat d’Arcachon et, compte tenu de la complexité de l’affaire, le parquet a saisi la Direction zonale de la police judiciaire (DZPJ) Sud-Ouest pour mener les investigations ouvertes pour escroquerie. 

Centre fermé le dimanche 

Le ou les aigrefins ont donc opéré dimanche. Ils se sont tout simplement connectés au site numérique de la santé et ont activé le profil du médecin arcachonnais. Ils ont alors fait défiler les onglets et, en quelques clics, ont édité 55 certificats de vaccination. Le médecin avait reçu dans la matinée une demande de connexion sécurisée sur son téléphone portable via le téléservice de l’assurance-maladie qu’il a validée, mais il n’a pas eu de confirmation par messagerie, ce qui est obligatoire. Et c’est ce qui lui a mis la puce à l’oreille, d’autant que d’autres demandes de connexion ont été faites un peu plus tard, toutes rejetées. Mais ce qui a encore intrigué le praticien, c’est que le dimanche, le centre de vaccination est fermé. 

Failles dans le système ? 

Les enquêteurs de la police judiciaire vont, dans un premier temps, tenter d’identifier les bénéficiaires de ces attestations qui pourraient se trouver dans plusieurs régions de l’Hexagone. Ensuite, ils chercheront s’il n’y a pas d’autres cas semblables. « Des investigations techniques vont être menées avec le plus grand soin », assure le parquet. Les policiers vont également chercher à comprendre comment ces individus ont pu récupérer les éléments à caractère professionnel du médecin. 

L’agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine et la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de vraient apporter leur concours aux enquêteurs qui s’assureront qu’il n’y a pas de faille dans le système. Les cartes professionnelles de santé sécurisent, en principe, les échanges et le partage des données médicales personnelles pour en protéger la confidentialité. Elles sont protégées par un code confidentiel propre à son porteur. 

Malgré toutes les précautions mises en place, un trafic de faux pass sanitaires s’est instauré à travers l’Hexagone depuis l’annonce de leur obligation de ces derniers, mi-juillet, pour entrer dans certains établissements. À Bordeaux, déjà, le 2 août, deux jeunes vacataires du vaccinodrome de Bordeaux-Lac ont été interpellées par les policiers de la Sûreté départementale après avoir vendu de faux certificats de vaccination. Ces deux jeunes femmes de 18 et 20 ans étaient chargées de l’accueil des patients et de l’enregistrement des attestations. Elles ont fait l’objet de poursuites judiciaires pour « corruption passive, faux et usage de faux ». À Agen, il y a quelques jours, une secrétaire administrative et une infirmière du centre hospitalier ont été confondues après avoir remis à leur entourage de faux tests PCR et de faux pass sanitaires. La fraude s’organise surtout en ligne, via les réseaux sociaux où de faux certificats sont vendus jusqu’à 500 euros. 

Le ministère de la Santé l’a récemment rappelé, pour chaque affaire, les autorités judiciaires sont saisies et des poursuites engagées à l’encontre des faussaires ou des escrocs.

2021 08 12 fraude2

 

2021 08 12 SO Bordeaux les premiers contrôle de pass sans accroc

2021 08 12 SO Bordeaux les premiers contrôle de pass sans accroc2

2021 08 12 SO Biganos Une soirée vaccin sans rendez-vous

2021 08 12 SO Lège cap ferret De nouvelles dates pour le dépistage et la vaccination