Sud-Ouest du 9 août 2021

2021 08 09 SO Les flammes continuent de ravager la Grèce et la Turquie

2021 08 09 SO Les flammes continuent de ravager la Grèce et la Turquie2

2021 08 09 SO Les flammes continuent de ravager la Grèce et la Turquie3

20minutes du 9 août 2021 

Grèce : La situation est catastrophique sur l’île d’Eubée où les incendies font toujours rage

FLAMMES Si la situation est stabilisée ailleurs dans le pays, et également en Turquie, les incendies restent par contre hors de contrôle sur la deuxième plus grande île de Grèce

2021 08 09 20minutes

Cela fait maintenant 12 jours que les incendies ravagent violemment la Grèce. La situation est même désespérée à Eubée où les soldats du feu continuent lundi, pour le 7e jour consécutif, leur combat contre les flammes qui détruisent, les uns après les autres, les villages du nord de cette île. Les feux touchent aussi la Turquie, mais la situation y est moins problématique car la plupart étaient dimanche maîtrisés.

Ces deux pays subissent depuis près de deux semaines une canicule exceptionnelle. Les incendies ont fait huit morts en Turquie, deux en Grèce et des dizaines de personnes ont dû être hospitalisées.

L’incendie près d’Athènes en rémission

Aux portes d’Athènes, le sinistre qui a détruit des dizaines d’habitations et d’entreprises était en rémission dimanche mais « le danger de résurgence est élevé », a prévenu le vice-ministre grec de la Protection civile Nikos Hardalias. Sur l’île ionienne de Zante, où un petit incendie s’était déclaré, un avion bombardier d’eau s’est écrasé en opération sans faire de victimes, selon les pompiers.

Si la situation semble se stabiliser dans le pays, le sinistre de l’île d’Eubée, la deuxième plus grande de Grèce, reste par contre très préoccupant. En proie aux feux, cette langue de terre coincée entre l’Attique et la mer Égée offre désormais un panorama apocalyptique. « Combien de temps ce drame va-t-il encore durer ? » a tweeté dimanche l’ancien Premier ministre Alexis Tsipras, dénonçant, comme beaucoup, le manque de moyens aériens et terrestres. « Les forces ne sont pas suffisantes » et « la situation est critique », a aussi martelé Giorgos Kelaïtzidis, le vice-gouverneur d’Eubée. Selon lui, au moins 35.000 hectares et des centaines de maisons ont brûlé. Quelque 2.000 habitants de l’île ont été évacués par bateau et relogés dans des hôtels.

Aide de la France

Le gouvernement assure pourtant que « les forces terrestres et aériennes livrent une grande bataille, sans interruption ». Mais les moyens aériens connaissent de « sérieuses difficultés » à cause des turbulences, des fumées épaisses et d’une visibilité limitée, a précisé Nikos Hardalias. Malgré le relief accidenté, près de 500 pompiers poursuivent leur combat acharné contre le feu dans le nord de l’île, embrasé d’est en ouest. Parmi eux figurent quelque 200 pompiers arrivés d’Ukraine et de Roumanie, renforcés par 17 avions et hélicoptères bombardiers d’eau. La France, qui a déjà dépêché sur place 3 Canadair et 80 pompiers déployés au nord d’Athènes, a annoncé dimanche l’envoi de moyens supplémentaires.

Plus de 70.000 hectares sont partis en fumée jusqu’à présent cette année en Grèce, dont 56.000 ces dix derniers jours, selon le Système européen d’information sur les feux de forêt (EFFIS). Quelque 1.700 hectares avaient été ravagés par les flammes en moyenne sur ces dix jours d’été entre 2008 et 2020.

Europe1 du 8 août 2021 

"Un climat de tension" : en Grèce, les vacances des touristes perturbées par les incendies

Depuis plus de 10 jours, la Grèce est ravagée par de violents incendies. Sur place, les touristes français en vacances assistent impuissants à la catastrophe, et se retrouvent parfois très près des flammes. A Athènes,la situation peut encore se dégrader, "on sent un climat de tension", témoigne Franz. 

Depuis 12 jours maintenant, de violents incendies font rage dans plusieurs régions de Grèce. Aux portes d'Athènes, le feu qui a ravagé plusieurs localités depuis mardi était en rémission dimanche matin, mais sur la péninsule du Péloponnèse, au sud-ouest du pays, les principaux fronts dans les régions du Magne, d'Ilia et de Messinie, où plusieurs villages ont été évacués samedi, étaient toujours actifs. Et sur l'île d'Eubée, près de 500 pompiers continuent de combattre le feu. Au total, cinquante-cinq feux actifs, dont cinq majeurs, avaient été dénombrés samedi dans le pays, tandis que plus de 56.000 hectares ont été ravagés ces dix derniers jours. Et pour les nombreux touristes français sur place, ces vacances se déroulent dans la peur et l'incertitude. 

"Un climat de tension"

Les photos de vacances de Franz n'ont rien de paradisiaque. À Athènes, des cendres tombent du ciel et des épais nuages noirs cachent le soleil. Aussi, les journées de ce vacancier strasbourgeois sont rythmées par le son des canadairs. "On sent un climat de tension à Athènes", confie-t-il, contacté par Europe 1. "Depuis notre airbnb, on a pu voir des ambulances, des pompiers qui passaient toutes les 30 minutes pour essayer d'éteindre ces incendies hors de la ville."

Et si le feu n'a pas atteint la capitale, Franz constate qu'il est vraiment tout proche, il l'a d'ailleurs vu de ses propres yeux au Parthénon. "Depuis les hauteurs de la ville, on voyait que c'était en train de brûler sur plusieurs flancs de la montagne", se souvient-il. "C'était assez marquant."

"Plus proche que ce qu'on pouvait imaginer"

Julien et son ami Florent eux sont plutôt rassurés d'être arrivés à Athènes. Ils ont été évacués de l'île d'Eubée jeudi. Sur l'île, le feu a pris en l'espace de quelques minutes. "On nous ensuite ordonné de quitter l'île et de nous embarquer sur des petites embarcations", raconte Julien, "et en se retournant une fois sur les embarcations, on s'est rendu compte que le feu était beaucoup plus proche que ce qu'on pouvait imaginer... à 150-200 mètres". Une vision a particulièrement marqué Julien, "une sorte de tractopelle en feu sur la plage... C'était marquant et traumatisant". 

Et les autorités préviennent : même aux abords d'Athènes, la situation peut se dégrader très vite.