L’Express du 31 juillet 2021 

EN IMAGES. La Turquie frappée à son tour par des incendies meurtriers

La Turquie a été balayée par plusieurs incendies déclenchés dans l'ensemble du pays. S'ils ont été maîtrisés vendredi, les dégâts sont nombreux.

2021 07 31 l'expressCette photographie aérienne montre des maisons entourées par un incendie de forêt qui a englouti une station balnéaire méditerranéenne sur la côte sud de la Turquie, près de la ville de Manavgat, le 30 juillet 2021. AFP

 

Après les incendies en Californie, les intempéries qui ont balayé la Chine et une partie de l'Europe, c'est au tour de la Turquie de s'embraser. Des foyers distincts d'incendie qui se sont déclarés depuis mercredi dans les forêts de Manavgat, d'Alanya, d'Adana, de Mersin, de Bodrum et de Marmaris, près de sites touristiques du sud de la Turquie, ont rapidement atteint les zones habitées en raison de vents violents. Les incendies ont fait quatre morts et près de 200 blessés. Des dizaines de maisons, des champs et des étables de plusieurs villages ont été détruites par les flammes. 

2021 07 31 l'express2Un piéton marche dans la fumée comme un immense incendie de forêt qui a englouti une région balnéaire méditerranéenne sur la côte sud de la Turquie, près de la ville de Manavgat, le 30 juillet 2021. -AFP

Ce week-end, la situation semblait, cependant, s'améliorer. "57 des 71 feux déclenchés dans l'ensemble du pays ont été maîtrisés", a déclaré vendredi le ministre de l'Agriculture Bekir Pakdemirli. Mais ces départs de feux marquent un coup dur pour les sites touristiques qui venaient de reprendre leurs activités après des mois de restrictions liées à la pandémie. En 2019, le secteur touristique pesait 34,5 milliards de dollars. Mais en 2020, ces revenus sont tombés à 12 milliards de dollars. " Le courant a été coupé dans la nuit. Nous n'avons pas pu dormir à cause du stress. Nous nous sommes réveillés avec une pluie de cendres", a raconté Gulin Dede Tekin, qui a quitté son hôtel menacé par l'incendie à Marmaris, à un journaliste sur place.  

Les médias locaux ont publié des photos de stations balnéaires populaires de la mer Égée entourées de collines en feu et de forêts et de terres agricoles réduites en cendres. À Bodrum, dans la province de Mugla, 80 hectares (197 acres) ont été brûlés malgré les efforts de lutte contre les incendies au sol et par voie aérienne. Les flammes ont coupé deux hôtels, forçant l'évacuation de plus de 4 000 touristes et personnels par les garde-côtes et les bateaux de pêche.  

2021 07 31 l'express3Les touristes regardent un immense incendie de forêt qui a englouti une région balnéaire méditerranéenne, sur la côte sud de la Turquie, près de Marmaris, le 30 juillet 2021. -AFP

"Notre plus petite erreur mène à un grand désastre"

Si les incendies en Turquie restent fréquents, les feux des deux derniers jours ont été exceptionnels. L'analyse par satellite du service de surveillance de l'atmosphère Copernicus de l'UE montre que l'intensité thermique des incendies dans le pays a atteint jeudi environ 20 gigawatts, quatre fois plus que le précédent maximum quotidien, rapporte le média britannique The Guardian. De son côté, le climatologue turc Levent Kurnaz a déclaré que les conditions météorologiques récentes - notamment des températures élevées - avaient créé des conditions pour un allumage facile. "Le temps est extrêmement chaud et sec. Cela aide à allumer des incendies. Notre plus petite erreur mène à un grand désastre", a-t-il tweeté. 

2021 07 31 l'express4Vue aérienne de la zone endommagée après un incendie de forêt qui s'est déclaré dans le district de Manavgat à Antalya, en Turquie, le 31 juillet 2021. Les travaux de refroidissement se poursuivent toujours par des équipes.Anadolu Agency via AFP

Plus de 4 000 pompiers, aidés par cinq avions empruntés à la Russie et l'Ukraine et une quarantaine d'hélicoptères tentent de maîtriser les feux. Le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé vendredi que l'Azerbaïdjan, allié de la Turquie, a aussi promis d'envoyer des avions. La Grèce voisine, ainsi que la France, dont les relations avec Ankara ont été tendues ces dernières années, ont affirmé leur soutien et proposé de l'aide. Le gouvernement turc a été la cible des critiques à propos de sa gestion des incendies, notamment l'absence d'avions bombardier d'eau indispensables pour maîtriser les feux en zone montagneuse.  

2021 07 31 l'express5Un avion répond à l'incendie qui s'est déclaré il y a deux jours dans le district d'Aladag à Adana en Turquie le 31 juillet 2021. Anadolu Agency via AFP

Mais le chef de l'Etat Recep Tayyip Erdogan a rejeté vendredi les critiques et a évoqué les soupçons d'une éventuelle origine criminelle pour les incendies. "Les responsables rendront des comptes pour cette attaque contre notre nature et notre forêt", a écrit sur Twitter Fahrettin Altun, directeur de la communication du président turc. Des chroniqueurs sur les médias pro-gouvernementaux ont accusé le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation considérée comme terroriste par la Turquie et ses alliés occidentaux, d'être derrière les incendies. Mais ces accusations ont créé une atmosphère fébrile dans certaines régions les plus gravement touchées.