Aerobuzz.fr du 18 juin 2021 

Seagle : Et si le successeur des Canadair était Belge…

En toute discrétion, une start-up Belge, Roadfour, vient de présenter son projet de gros bombardier d'eau futuriste : le Seagle. L'objectif déclaré est d'offrir une succession aux vénérables Canadair assez largement utilisés en Europe pour combattre les feux de forêt. Le projet Seagle se veut, lui, bien plus radical dans son concept et dans ses ambitions.

2021 06 18 seagle

Même si la machine est increvable, sans limite de potentiel cellule, que des CL-215 sont en service, avec leur moteurs d’origine ou remotorisés avec des turbines, parfois depuis plus de 40 ans, l’arrêt de la production du CL-415 par Bombardier depuis 2015 a ouvert la porte à une éventuelle succession. En attendant le Canadair 515, le Seagle affiche des caractéristiques supérieures

L'Indonésie commande 6 Canadair 515 - Aerobuzz

Cette commande est la première pour le nouveau modèle de bombardier d'eau Canadair CL-515 annoncé par Viking fin 2018. Néanmoins cette commande, ferme, est soumise au lancement effectif de cette production ce dont le conseil d'administration de Longview doit encore décider dans les semaines à venir.

https://www.aerobuzz.fr

Il s’agirait d’un hydravion à coque d’une masse maximale au décollage de 32 tonnes grâce à une conception faisant appel massivement aux matériaux composites. La structure sera susceptible de supporter jusqu’à 3,5 G.

A l’intérieur de cette coque, quatre réservoirs permettront d’emporter jusqu’à 12.000 litres d’eau, à peu près le double de ce que peut écoper un CL-415, faisant du Seagle un appareil légèrement plus performant qu’un Beriev 200 et un équivalent mieux optimisé pour la mission feux de forêt que le nouveau AG600 Chinois.

Contrairement à ce dernier, le Seagle sera biturbine, deux fois 5.000 ch, pour une vitesse de croisière de 250 kt (nettement supérieure à celle d’un Canadair mais inférieure à ses concurrents) et une distance franchissable de 1550 nautiques (2700 km) offrant au Seagle une autonomie confortable de six heures.

Le cockpit, situé sous une bulle offrant une belle visibilité pourra accueillir quatre personnes, deux membres d’équipages et, éventuellement, deux observateurs.

2021 06 18 seagle2

L’aspect réellement révolutionnaire du Seagle est de faire reposer sa flottabilité sur des foils, ces lames qui permettent aux navires les plus performants de « voler » au-dessus de l’eau avec un minimum de frottement. L’écope se trouvera intégrée à une lame située sensiblement en arrière du centre de gravité. Avec ces dispositifs, les écopages devraient être rendus plus faciles et surtout moins exigeants pour la cellule puisque la plupart des chocs avec les vagues seront évités. La hauteur de clapot maximale pour l’écopage en sera sans doute relevée ce qui permettra des manœuvres en mer dans des secteurs non protégés et par gros temps.

2021 06 18 seagle3

Seafour, société de création très récente, n’a pas publié de calendrier précis mais a annoncé dans la presse économique belge qu’elle espérait être en mesure de livrer les premiers clients six ans après la première commande. Il reste une donnée essentielle à connaître, le prix unitaire à l’achat et donner toutes les garanties aux clients potentiels que l’entreprise, sans expérience préalable, sera en mesure d’assurer le soutien technique des flottes.

L’innovation du Seagle sera-t-elle plus attirante pour les opérateurs que la certitude de la formule, certes ancienne mais parfaitement éprouvée, de son célèbre prédécesseur ?  Voilà tout l’enjeu des années à venir lors des négociations avec les prospects.