Sud-Ouest du 3 avril 2021

2021 04 03 SO Situation en Nouvelle-Aquitaine

 

2021 04 03 SO Reconfinement dernières virées avant fermeture

Sud-Ouest du 3 avril 2021 

« Un dernier bain de foule en ville avant un mois » 

Les messages affluent sur les téléphones, la fermeture des commerces dits « non essentiels » approche... Hier, le soleil aura suffi à ramener les Bordelais en ville

2021 04 03 fouleBeaucoup de Bordelais ont profité ce vendredi 2 avril de leur pause déjeuner pour faire quelques achats de dernières minutes avant la fermeture des commerces « non essentiels ». LAURENT THEILLET / SUD OUEST 

«Ce sont mes derniers achats. Je n’achète pas ce dont j’ai besoin mais ce qui me fait plaisir. » Aurélie est pressée. Elle hésitait entre deux pulls : le blanc ou le noir ? Le premier est de saison. Elle optera finalement pour le second, plus sombre, mais avec un arc-enciel. Un peu à l’image du moral des commerçants du centre-ville qui semblent, pour la plupart, résignés sans pour autant perdre espoir. « On parle beaucoup du click and collect mais l’opération marche pour une grande enseigne », s’agace Patricia Fauthoux qui doit fêter, en mai, les neuf ans de sa boutique Mixtape, rue de Cheverus, à deux pas de la rue Sainte-Catherine. 

En effet, si l’artère commerçante bordelaise ne désemplit pas ce vendredi 2 avril et que les chaînes qui s’y trouvent comptent sur la vente en ligne à partir de ce samedi soir, beaucoup de petits commerces n’ont pas le même rayonnement. « Tous les clients ne sont pas sur les réseaux sociaux et certains ne nous suivent pas sur Instagram (lire encadré). On a lancé un site Internet, mais il faut du temps avant que l’on soit bien référencé sur Google. Pour nous, le click and collect c’est peanuts à côté d’un vrai chiffre d’affaires. En novembre, nous étions à deux, voire trois ventes par jour. Avril est un très mauvais mois pour fermer. On aurait préféré février. » 

L’achat imprévu manquera 

La commerçante profite donc de l’activité constante de cette journée pour informer ses clients qu’elle sera tout le mois, avec son associé, dans leur deuxième magasin de la rue Sainte-Catherine à donner les commandes sur leur pas-de-porte. Mais ce qui leur manquera, c’est le coup de cœur… L’achat imprévu. Car il faut le reconnaître, si certains sont là par besoin, comme Sébastien qui, « dans le coin », venait tout juste de penser à sa crème hydratante Yves Rocher, grand nombre avait juste besoin d’un « dernier bain de foule ». C’est le cas de Cécile, 52 ans, arrivée de Sarlat avec son fils Victor de 17 ans. « On a profité de cette journée pour venir faire du shopping plaisir à Bordeaux. Tout ce monde, on n’a pas ça en Dordogne », s’amuse-t-elle. Son regard est attiré par la vitrine de Pylones, un autre commerce contraint de fermer ses portes. 

Il est 12 h 30. Les files se rallongent tant devant les enseignes de prêt-à-porter que de beauté. Qui a dit que le confinement avait tué le maquillage ? À l’extérieur de Nyx, trois copines attendent leur tour. Il manquait quelques produits à leur trousse de toilette. Les esthéticiennes non plus ne manquent pas de travail ce vendredi. Impossible d’arriver à l’improviste. Rive droite, à la Bastide, Anne, de l’institut de beauté Guinot, le confirme : « Nous avons du monde comme à chaque fois après une telle annonce. Je ne devais pas travailler ce vendredi après-midi et finalement je suis à l’institut. Nous sommes deux et avons une quinzaine de clientes chacune, sans compter celles qui viennent acheter des produits. » 

La boulangerie Paul et les fast-foods du coin font aussi le plein. Certains profitent de leur temps de pause déjeuner, comme les collègues Olivia et Séverine, sandwich en main, venues faire quelques achats de Pâques avant de reprendre le travail. Le soleil est radieux et un glacier italien situé rue de la Porte-Dijeaux ne désemplit pas. Les Bordelais flânent glace ou frappuccino collés aux lèvres et masque sur le menton, prêt à être remonté à tout instant. Il y a de la musique, du monde et des poussettes. Car l’heure est aussi aux achats pour les plus jeunes. 

« Se dire au revoir » 

Rue des Remparts, Eva Le Charpentier, la gérante du magasin pour enfants Arsène et les pipelettes, reconnaît qu’il y a eu quelques achats anticipés, notamment pour des cadeaux de naissance. « On a eu un bon jeudi et fait quelques petites ventes d’été. » Les beaux jours, ces étudiants bordelais en rêvent. Notamment Manon, venue avec ses amis faire un petit tour en ville. « On s’est dit que c’était l’occasion de se dire au revoir avant un reconfinement. Moralement, ce mois va être très dur. Finalement, j’ai un regret aujourd’hui : ne pas avoir pris de CV pour les distribuer. Les magasins sont ouverts, c’était l’occasion. » Espérons-le, rendez-vous le 2 mai.

2021 04 03 SO Des achats avant que ne tombre la barrière des 10 km

2021 04 03 SO Des achats avant que ne tombre la barrière des 10 km 2

2021 04 03 SO Des achats avant que ne tombre la barrière des 10 km3

2021 04 03 SO Qu'a t-on le droit de faire ce week-end

2021 04 03 SO Qu'a t-on le droit de faire ce week-end2

2021 04 03 SO Qu'a t-on le droit de faire ce week-end3

 

2021 04 03 SO Les contrôles sur les routes renforcés pour ce week-end pascal

2021 04 03 SO Le covid en bref

2021 04 03 SO Le covid en bref2

2021 04 03 SO Castillon-la-Bataille Le vaccinodrome ouvre ses portes le 6 avril

2021 04 03 SO Castillon-la-Bataille Le vaccinodrome ouvre ses portes le 6 avril2

2021 04 03 SO Listrac-Médoc Un bus pour vacciner les seniors