Sud-Ouest du 18 janvier 2021 

Vaccination : il va falloir être patient 

SANTÉ Le plan vaccinal entre aujourd’hui dans une nouvelle phase. Certains professionnels se disent inquiets sur une possible pénurie de doses. Mais la méfiance envers le vaccin recule

2021 01 18 vaccination il va falloir être patient

Samedi soir, on ne comptait encore que 413 000 vaccinés. PHOTO LOIC DÉQUIER / « SUD OUEST »

C’est aujourd’hui que la France, désormais intégralement sous couvre-feu à 18 heures, va enclencher une nouvelle étape de sa stratégie vaccinale. Ce sont les personnes de plus de 75 ans, ne vivant pas en Ehpad, soit environ 5millions d’individus, et celles qui présentent des pathologies à haut risque, soit environ 800 000 cas, qui auront droit à la précieuse injection. 

Précieuse, c’est le mot, car on se bouscule au portillon pour avoir droit à sa piqûre dans les meilleurs délais. Vendredi, plus d’un million de rendez-vous ont déjà été pris pour la première et la deuxième dose dans un des 833 centres de vaccination déjà ouverts. La plateforme Doctolib affiche complet et diffuse un message selon lequel il n’y aura pas de nouvelles disponibilités avant plusieurs jours. 

Pas assez de doses? 

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, s’en tient, quant à lui, à un message exhortant à la patience puisque 6,4millions de personnes sont concernées par la première phase de vaccination. Selon lui, plus d’un million de piqûres auront été effectuées d’ici à fin janvier, entre 2,4 et 4millions un mois plus tard. 

Mais, samedi soir, on ne comptait encore que 413 000 vaccinés, loin des espérances d’Olivier Véran. «À ce rythme-là, ironise le maire PS de Dijon, François Rebsamen, il faudra plus de quatre mois et demi pour vacciner les seules personnes de plus de 75 ans.» 

« Il n’y aura pas assez de vaccins pour tout le monde », affirme même Jacques Battistoni, le président du syndicat de médecins généralistes MG France, dans « Le Journal du dimanche » d’hier. 

« Le gouvernement fait des promesses qu’il ne pourra pas tenir, ajoute-t-il. On nous annonçait 2,5 millions de doses pour fin janvier et 5,3millions pour fin février. Or, la population cible de personnes âgées fragiles de plus de 75 ans s’élève à 6,3 millions. Comme il faut deux injections à chaque fois, qu’on vaccine aussi les soignants de plus de 50 ans, 13 millions de doses seraient au moins nécessaires.» 

Un rebond de l’épidémie en mars 

Le Premier ministre Jean Castex a d’ailleurs dû reconnaître que la vaccination des plus de 75 ans ne pourrait se faire en quelques jours. Comme si ces informations ne suffisaient pas à saper le moral, l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, en a remis une couche hier sur RTL. « Les scénarios montrent qu’on devrait arriver à tenir jusqu’au mois de mars, a-t-il notamment déclaré. Malheureusement, par rapport aux variants, qui sont vraiment un changement dans la donne de cette épidémie, je n’ai pas d’argument rationnel pour vous dire qu’on ne va pas subir une progression de l’épidémie qui pourrait commencer en mars-avril.» 

Ces retards et ces contretemps risquent donc d’exaspérer les Français et offrir une nouvelle fenêtre de tir contre un gouvernement déjà accusé d’imprévoyance et d’amateurisme dans la gestion des masques et des tests. 

Paradoxalement, ces aléas semblent inverser une tendance vaccino-sceptique jusqu’à présent. Si on en croit les sondages (lire encadré), une majorité de Français sont désormais candidats à relever leur manche de chemise. Et, en annonçant que ses livraisons de vaccin pourraient connaître du retard – ce devrait finalement être de quelques jours seulement et non pas de trois semaines – Pfizer a créé une légère panique, y compris au sein du gouvernement et d’autres exécutifs européens, sans doute bénéfique à la vaccination, même s’il ne faut pas trop souhaiter que de telles déclarations se renouvellent. 

Comme si les Français, s’apercevant que les doses pourraient manquer, regardaient alors une seringue avec envie plutôt que méfiance. C’est cette même peur qui, lors du premier confinement, avait poussé de nombreux consommateurs à dévaliser dans les magasins les rayons de pâtes et de papier-toilette. Heureusement, les vaccins ne se trouvent pas en grande surface.

2021 01 18 vaccination il va falloir être patient3

 

2021 01 18 vaccination il va falloir être patient2

2021 01 18 SO Covid En bref

2021 01 18 SO Le centre de vaccination a été pris d'assaut

2021 01 18 SO Le centre de vaccination sera ouvert dès demain

 

2021 01 18 Attestation de déplacememnt dérogatoire