Sud-Ouest du 4 décembre 2020 

2020 12 04 SO Voici le plan de vaccination

 

2020 12 04 SO L'épidémie en France

Une campagne de vaccination en trois temps 

COVID-19 Le gouvernement a présenté, hier soir, le calendrier général ainsi que les modalités de la vaccination

2020 12 04 campagneJean Castex et Olivier Véran, hier soir, lors de la conférence de presse. PHOTO AFP 

Lundi la Haute autorité de santé (HAS), organisme indépendant, avait rendu sa copie, à savoir ses recommandations relatives à la stratégie vaccinale contre le Covid-19. Hier soir, Jean Castex, entouré de quelques-uns de ses ministres dont Olivier Véran, ministre de la Santé a présenté la stratégie adoptée par le gouvernement et le calendrier de la future campagne vaccinale. 

Comme l’avait avancé la HAS, les personnes risquant de déclarer une forme grave du Covid et celles qui ont un risque élevé d’exposition au virus seront les publics candidats prioritaires à la vaccination . 

Trois phases définies, en partant du principe que les premières autorisations de mises sur le marché des vaccins les plus avancées devraient être délivrées fin décembre 2020 ou tout début janvier 2021. 

Les majeurs au printemps 

La phase 1 de vaccination, qui courra sur janvier et février, concernera les personnes âgées en Ehpad et établissements ainsi que les professionnels de santé de ces structures âgés de plus de 65 ans, ou présentant des risques et/ou des comorbidités, soit un million d’hommes et de femmes. Le vaccin administré sera probablement le Pfizer-BioNTech, qui, rappelons-le, doit se conserver, dans des congélateurs, à une température de -80°C. 

Viendra ensuite la phase 2 qui correspondra à une arrivée plus massive de vaccins sur le marché dont Moderna, Astra Zeneca, CureVac, Jansen. Objectif : vacciner, sur février et mars, 14 millions de personnes dont les seniors de plus de 65 ans et les professionnels de santé et du médico-social de plus de 50ans. 

Puis au printemps, un élargissement de la campagne aux plus de 50 ans, aux professionnels des secteurs essentiels en cette période de pandémie (sécurité, éducation, alimentation), aux précaires et publics vulnérables, pour arriver enfin au grand public, de plus de 18 ans. 

Et les mineurs? Encore oubliés? « La Haute autorité de santé a recommandé, à ce stade, le vaccin aux majeurs. Nous verrons par la suite s’il est nécessaire ou pas de l’étendre aux mineurs», a lâché Olivier Véran. Pour cette campagne ce sont 200 millions de doses qui ont été précommandées pour la France (lire par ailleurs), de quoi vacciner en théorie 100 millions d’individus, soit plus que n’en compte le pays. 

Avant de se voir proposer l’aiguille dans le bras, il nous faudra passer par une consultation médicale. Le médecin informera le patient, lui proposera le vaccin et recueillera son consentement. Puis, on pique, et on repique une deuxième fois, vingt-et-un jours plus tard (avec un maximum de dépassement de cinq jours). Dans un troisième temps, les vaccinés seront soumis à un suivi. C’est ce qu’on appelle la « pharmacovigilance». Cela va permettre d’évaluer les effets sur le moyen et le long terme. Une évaluation scrupuleuse, avec, dans le viseur, des réponses à certaines questions encore en suspend telles que : l’effet des vaccins sur certains sousgroupes comme les personnes âgées, la transmission du virus, la durabilité des bénéfices de l’injection, etc. « Le vaccin est un véritable espoir, il faut néanmoins rester prudent : les produits en lice pour une autorisation de mise sur le marché ont présenté une efficacité sur trois mois seulement», a rappelé le Pr. Alain Fischer, immunologue, qui sera le «monsieur Vaccin» de cette campagne, nommé par le président de la République. « Pour autant, le fait que les processus de recherche et de lancement de ces produits aient été accélérés au niveau mondial ne remet en rien en cause leur sécurité et les conditions d’autorisation de leur mise sur le marché», a rassuré le spécialiste. 

S’immuniser contre la peur 

On notera que le vaccin sera gratuit, et non obligatoire. Ce sont les médecins généralistes qui seront en charge de les administrer à leurs patients et ce, dans un souci de proximité et de... confiance. Le mot est lâché. Pour la gagner cette confiance, le Pr. Fischer entend impliquer les professionnels de santé, la société civile mais également des universitaires spécialisés en sciences sociales, via un conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. 

Olivier Véran, quant à lui, a appelé la population à « s’immuniser contre la peur», en rappelant que des maladies comme la variole ont été éradiquées grâce à un produit vaccinal. Et Jean Castex d’ajouter: « Se faire vacciner, c’est se protéger mais également un acte altruiste, de protection des autres. Je fais appel à votre responsabilité.»

2020 12 04 SO Face aux laboratoires les pays d'Europe ont avancé groupés

2020 12 04 SO Face aux laboratoires les pays d'Europe ont avancé groupés2

2020 12 04 SO Les meilleurs candidats-vaccin seront testés en France

2020 12 04 SO Le cri d'alarme des psychiatres français

2020 12 04 SO Le cri d'alarme des psychiatres français2

2020 12 04 SO Le cri d'alarme des psychiatres français3

2020 12 04 SO Covid comment se faire tester au parc des Vergers

2020 12 04 SO Covid comment se faire tester au parc des Vergers2