Sud-Ouest du 25 novembre 2020

2020 11 25 SO Epidémie en France

2020 11 25 SO Plus de 50 000 morts en France

 Sud-Ouest du 25 novembre 2020 

Le déconfinement, une pièce en trois actes 

COVID-19 C’est une stratégie de déconfinement par palier qu’a présentée, hier soir, Emmanuel Macron. Commerces, déplacements, restaurants, lycées : le calendrier est fixé. Mais l’étau ne va se desserrer que progressivement

2020 11 25 déconfinement« Il nous faut poursuivre nos efforts », a insisté Emmanuel Macron, hier, lors de son allocution télévisée. PHOTO LAURENT THEILLET 

Avant de prendre la parole, hier soir, à 20 heures, Emmanuel Macron avait déjà précisé ses intentions: «donner un cap» et de la «lisibilité». Après un mois de reconfinement, l’une des priorités était sans conteste celle-ci: offrir des perspectives. Après l’avoir écouté, cet objectif-là est rempli. En effet, ce n’est pas un déconfinement qu’a présenté le chef de l’État, mais un plan, sinon un calendrier, de déconfinement. Une nuance de taille, car c’est désormais une pièce en trois actes qui va rythmer notre quotidien et nous conduire jusqu’en 2021. Un scénario qui, sous réverse que l’épidémie reste sous contrôle, verra les verrous sauter progressivement les uns après les autres. En clair, l’étau mis en place le 30 octobre ne se desserrera que par palier. Mais avec l’œil toujours rivé sur les indicateurs épidémiologiques. Car le fil rouge de cette manœuvre est là : ne plus perdre la maîtrise du virus. 

1 Le 28 novembre : réouverture des commerces 

C’était attendu: la première étape débutera dès samedi, soit trois jours avant le 1er décembre, avec la réouverture des commerces nonessentiels. Et ce, jusqu’à 21heures maximum. Avec, cependant, l’obligation pour eux de respecter un protocole sanitaire renforcé dont cette nouvelle jauge d’un client pour 8 mètres carrés. Si cet assouplissement vient confirmer l’amélioration de la situation sanitaire, il contribuera aussi à faire baisser la pression sur l’exécutif. Depuis le 15 novembre, les fédérations de commerçants et de la distribution notamment plaidaient pour une réouverture anticipée. Par ailleurs, samedi, les lieux de cultes pourront aussi rouvrir, mais dans la limite de 30 fidèles par office. Les activités extrascolaire en plein air pourront aussi reprendre. 

2 Le 15 décembre : fin du confinement ? 

Deuxième temps : le 15 décembre. Si le nombre de contaminations reste autour des 5000 cas par jour, pour 2500 à 3000 personnes en réanimation, alors le confinement pourra être levé. Conséquence, et c’est important pour les fêtes de Noël, les déplacements interrégionaux pourront reprendre. Ce 15 décembre devrait aussi coïncider avec les réouvertures des lieux de culture : cinéma, théâtres et musées, mais là encore, dans le respect d’un protocole sanitaire strict. «Un système d’horodatage pourra permettre l’organisation des représentations en fin de journée», a précisé le chef de l’État. Il n’empêche. La vigilance et plus grande prudence resteront de mise. Ainsi, les déplacements seront toujours encadrés. En effet, si les attestations disparaîtront, un couvre-feu prendra le relais, de 21heures à 7heures du matin. À l’exception des 24 et 31 décembre pour permettre de réveillonner. Mais avec cette nuance : les rassemblements sur la voie publique seront interdits ; tandis que les bars, les restaurants et les discothèques resteront fermés. 

Quant aux stations de ski, Emmanuel Macron a jugé «impossible » leur ouverture avant les fêtes de fin d’année. Sur ce point, une décision définitive sera prise dans les prochains jours. Mais tout porte à croire qu’elles devront attendre janvier pour ouvrir. 

3 Le 20 janvier : réouverture des restaurants 

Enfin, la dernière étape est attendue le 20 janvier. Si les deux précédentes n’ont pas entraîné de rebond de l’épidémie, les cours en présentiel pourraient reprendre dans les lycées pour commencer. Et deux semaines plus tard, dans les universités. Ce 20 janvier pourrait aussi marquer la réouverture des restaurants. En revanche, les bars et les discothèques restent, eux, dans l’incertitude. À ce stade, ils ne savent pas s’ils pourront rouvrir. 

4 La vaccination ne sera pas obligatoire 

Hier soir, Emmanuel Macron l’a reconnu: «Le pic de la seconde vague est passé.» Pour autant, le virus circule toujours. Et le chef de l’État ne l’a pas caché : «Nous ne sommes pas au bout». C’est ce qui explique cette stratégie de déconfinement en palier. Et celle-ci sera couplée à une stratégie sanitaire revue et corrigée. Le dépistage et l’isolement des malades devront être améliorés ; tandis que le vaccin commencera à arriver (lire ci-contre). Toutefois, comme l’a précisé le chef de l’État: la vaccination ne sera pas obligatoire. Mais un comité scientifique et un collectif citoyen seront installés pour en assurer le suivi et « associer plus largement la population». Car, au deuil des familles, aux inquiétudes financières et à l’usure morale, un autre front s’est ouvert: celui du complotisme. Un élément à ne pas négliger non plus

2020 11 25 SO Les annonces d'Emmanuel Macron

2020 11 25 SO Tout faire pour éviter la troisième vague

2020 11 25 SO Tout faire pour éviter la troisième vague2

2020 11 25 SO Le centre hospitalier face à la deuxième vague

2020 11 25 SO Le centre hospitalier face à la deuxième vague2

2020 11 25 SO Le Conseil d'état rejette le référé des parents

2020 11 25 SO Le Conseil d'état rejette le référé des parents2