Afin de pouvoir lire un article dans son format d'origine, il vous suffit de cliquer sur celui-ci

Sud-Ouest du 25 octobre 2020

2020 10 25 SO Le chiffre du jour

Sud-Ouest du 25 octobre 2020 

«Une période longue et difficile» 

ÉPIDÉMIE En défendant la prolongation jusqu’au 16 février du plan d’urgence sanitaire devant l’Assemblée nationale, Olivier Véran a promis des jours difficiles

2020 10 25 covid72% des Français seraient prêts pour un nouveau confinement, selon un sondage Ifop. PHOTO AFP 

L’épidémie de Covid-19 progresse, la résignation aussi. 72% des Français, interrogés par l’institut Ifop se disaient prêts, il y a quelques jours, à respecter un nouveau confinement. Alors que les chiffres des personnes contaminés s’envolent, que la saturation menace à nouveau les services de réanimation et qu’ils sont désormais 46 millions à vivre sous couvre-feu, ils semblent de plus en plus nombreux à s’être persuadés qu’il s’agit bien de « la meilleure façon pour stopper l’épidémie… Même si elle est économiquement et socialement difficilement supportable », comme le reconnaissait, hier, l’épidémiologiste et membre du Conseil scientifique Arnaud Fontanet. 

Jusqu’au printemps? 

Résignée, telle était aussi, semblet-il, l’attitude du ministre de la Santé Olivier Véran quand il a défendu, hier matin, devant les élus de l’Assemblée nationale, la prolongation de l’État d’urgence sanitaire. Avant que les élus ne votent à main levée le projet de loi qui proroge jusqu’au 16 février l’application de cette mesure, Olivier Véran a parlé de faire face à «une période longue et difficile ». Si le dispositif peut toutefois être levé par anticipation en cas d’amélioration de la situation, il n’est désormais plus exclu que cette «période » puisse durer jusqu’au printemps 2021. 

En attendant « et quoi que nous fassions », explique Olivier Véran, le bilan des malades, des cas graves et des décès va « s’alourdir dans les prochains jours et semaines du fait de la dynamique du coronavirus », a affirmé le ministre. Pour faire face au virus et aux contraintes qu’il nous impose, Olivier Véran en a appelé à «l’union nationale ». Elle sera difficile à atteindre dans l’hémicycle. 

Opposé à un « état d’exception qui banalise les atteintes aux libertés », le groupe Les Républicains a défendu, en vain, une motion de rejet préalable du projet de loi. Pourquoi, dès à présent, dégainer cette « arme atomique » de l’état d’urgence sanitaire, a interrogé Philippe Gosselin au nom de la droite ? L’objectif est-il « le confinement généralisé » ? « Dites-le ! Il ne faut pas infantiliser la représentation nationale et encore moins nos concitoyens », a-t-il réclamé. 

La France Insoumise est venue en soutien, tout comme le Rassemblement national. Ce à quoi Olivier Véran a répondu: « La maison brûle mais on va d’abord débattre de la couleur du Canadair ? » Tout en demandant aux oppositions leurs « solutions ». La plupart des groupes politiques soutiennent la nécessité de pouvoir agir, mais refusent de donner un « blanc-seing ». 

Mais au sein de la majorité, des interrogations se font jour, comme chez Agir, où Christophe Euzet a rappelé la ligne de crête de «l’acceptabilité sociale des mesures prises ». Les socialistes ont cherché, sans succès, à imposer une exception au couvre-feu pour le secteur de la culture, particulièrement affecté, ou à maintenir la liberté de manifester sous état d’urgence. 

Le projet de loi sera au menu du Sénat dès mercredi et devrait être adopté définitivement début novembre.

2020 10 25 covid2

2020 10 25 SO Le spectre du reconfinement

2020 10 25 SO Le spectre d'un reconfinement se profile

2020 10 25 SO Nouvelles restrictions à Madrid l'alerte nationale envisagée par l'exécutif

2020 10 25 SO Le couvre-feu avancé à 22 heures à Bruxelles

2020 10 25 SO 80 000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures aux Etats-Unis un record

2020 10 25 SO 80 000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures aux Etats-Unis un record2

2020 10 25 SO Le Chili