Sud-Ouest du 12 janvier 2020 

Incendies en Australie : ces feux de forêts géants qui se multiplient autour du globe

feux de forêts géantsLe Portugal connaît les plus gros incendies d'Europe depuis le début des années 2000. Ici, deux villageois inquiets constatent l'avancée de l'incendie à Trofa, dans le nord du pays, en juillet 2016. ARCHIVES AFP 

CHRONOLOGIE – Ce sont des « monstres incontrôlables ». Les incendies qui consument l’Australie depuis septembre virent au désastre écologique. Ces « mégafeux » se produisent de plus en plus souvent dans le monde. Zoom depuis 2016. 

Les Australiens n’en ont pas fini avec les incendies géants qui font des ravages depuis des semaines dans le pays et ont causé la mort d’au moins 26 personnes à ce jour. La Nouvelle-Galles du Sud, province la plus touchée, a connu un relatif répit le dimanche 5 janvier, avec une chute des températures et quelques averses. Mais cela ne durera pas et la période des incendies ne prendra pas fin avant février. Déjà 10,3 milliards d’hectares de forêt et de brousse sont partis en fumée dans l’île-continent, où des records absolus de température, dépassant par endroit 49°C, ont été battus en 2019.

Certes, de tels incendies ne sont pas sans précédents dans le pays. En 1851, 5 millions d’hectares de forêts et de broussailles avaient été ravagés. En 1896, les feux avaient tué 200 personnes en l’espace de trois semaines. En 1939, 71 personnes avaient trouvé la mort dans les flammes, rien que dans l’Etat de Victoria. L’Australie est donc habituée aux feux de brousse, qui coïncident avec des vagues de chaleur et des vents secs et violents. Mais pas de cette ampleur. 

Incendies XXL 

Reliés au réchauffement climatique par les spécialistes, mais aussi, dans certaines régions du monde, au rôle des incendiaires et à la pression démographique, ces dernières années, de tels incendies XXL se produisent de plus en plus souvent dans le monde. De plus en plus dévastateurs, ils gagnent en intensité et aggravent un autre danger, la déforestation, tout en accroissant la pollution de l’air avec les énormes quantités de dioxyde de carbone (CO2) qu’ils libèrent dans l’atmosphère.

2016 : Californie, Canada, Brésil, Congo, Portugal… Une année record pour les incendies

feux de forêts géants 2Le 21 juillet 2016, les flammes ont ravagé plus de 8.000 hectares en Californie. CRÉDIT PHOTO : ARCHIVES AFP DAVID MCNEW

En juin et en juillet 2016, des feux géants ont provoqué de grandes évacuations en Californie : près de 90.000 personnes ont dû abandonner temporairement leur logement. Dans une étude publiée le 10 octobre suivant par la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), des chercheurs américains estimaient, pour la première fois, la part prise par l’élévation des températures dans l’augmentation récente de fréquence et d’intensité des incendies dans le Grand Ouest américain. Selon ces scientifiques, en trente ans, le réchauffement climatique avait doublé les feux de forêt aux Etats-Unis, provoquant la perte cumulée de 40 000 kilomètres carrés de surfaces forestières dans le pays depuis 1984. 

>>> Sur notre site :Incendie en Californie : des milliers d’habitants fuient les flammes 

En mai 2016, le Canada était aussi la proie des flammes : 100.000 personnes étaient évacuées de Fort McMurray. 

A elle seule, la forêt brésilienne, considérée comme le « poumon de la planète », a perdu 3,7 millions d’hectares au cours de cette seule année, trois fois plus qu’en 2015. 

La République du Congo a subi l’incendie de forêt le plus étendu jamais signalé en Afrique centrale, avec 15.000 hectares détruits. 

Mais le pays le plus touché reste le Portugal qui connaît les plus gros incendies d’Europe depuis le début des années 2000 (avec tous les trois ans des situations dramatiques comme en 2010 et en 2013), et dont les surfaces boisées ont vu en 2016 partir en fumée l’équivalent de la moitié des forêts calcinées dans toute l’Union européenne. 

feux de forêts géants 3A Madère, l’incendie était visible à des dizaines de kilomètres à la ronde. CRÉDIT PHOTO : ARCHIVES AFP 

Les flammes ont consumé des milliers d’hectares dans les régions de Viana Do Castelo, Viseu, Aveiro et Leiria, dans le centre du pays, et dans l’île de Madère. Si certains incendies ont une origine criminelle, la catastrophe, qui a déclenché « un plan d’urgence » de lutte contre les incendies, s’explique surtout par la chaleur (plus de 35°C août dans le nord du pays) et des vents importants qui ont attisé les flammes, rendant incontrôlable les feux.

Au total, en 2016, 29,7 millions d’hectares de forêts – l’équivalent de la Nouvelle-Zélande – ont disparu dans le monde, soit une progression de 51% par rapport à 2015. 

2017 : Californie, Groenland, Portugal… 

Aux États-Unis, près de 600.000 hectares du territoire californien ont été ravagés par les flammes en 2017. 

feux de forêts géants 4En décembre 2017, l’incendie « Thomas » devenu incontrôlable, a ravagé la Californie. CRÉDIT PHOTO : ARCHIVE AFP 

L’État du sud-ouest américain a été dévasté par deux incendies apocalyptiques: le premier en octobre, dans la région viticole de Napa et de Sonoma au nord de San Francisco (40 morts et 100.000 hectares détruits) ; le deuxième en décembre dans les environs de Santa Barbara, près de Los Angeles. Baptisé « Thomas Fire », c’était le troisième incendie le plus destructeur depuis 1932 (114.000 ha en flammes).

Plus atypiques, des incendies ont également ravagé en août une partie du Groenland, où un record de chaleur avait été enregistré au mois de juillet. 

feux de forêts géants 9En 2019, la Sibérie et l’est de la Russie ont fait face à l’un des plus grands feux de forêt de l’histoire du pays. CRÉDIT PHOTO : ARCHIVES AFP

Les zones concernées étaient situées au-dessus du cercle polaire arctique : un phénomène rarissime dans l’île arctique. Les premiers feux ont été signalés le 31 juillet 2017 sur ce territoire autonome du Danemark dont la végétation est en grande partie constituée de toundra. Pour certains scientifiques comme le climatologue français Jean Jouzelil s’agit d’un symptôme de plus du réchauffement climatique. 

L’Europe n’est pas épargnée avec le Portugal, de nouveau cruellement ravagé par les flammes. 

feux de forêts géants 6En 2017, plus de 100 personnes ont péri en moins de quatre mois dans de violents incendies au Portugal. CRÉDIT PHOTO : ARCHIVES FRANCISCO LEONG AFP 

En juin 2017, le pays a décrété trois jours de deuil national, après l’incendie de forêt le plus meurtrier de son histoire récente, un feu d’une violence inouïe, qui a fait 64 morts près de Pedrogao Grande, dans le centre du pays. En octobre, le Portugal était frappé pour la deuxième fois en quatre mois par les incendies les plus meurtriers de son histoire. En deux jours, ils faisait 41 morts, et 71 blessés, ce qui porte à 105 le nombre de personnes victimes des flammes. La catastrophe a entraîné la démission de la ministre de l’Intérieur portugaise, Constança Urbano de Sousa, alors que le gouvernement portugais était de plus en plus critiqué pour sa gestion des feux de forêt. 

2018 : Californie, Lettonie, Suède, Cercle arctique…

feux de forêts géants 7Le 31 juillet 2018, en Californie, le principal incendie, baptisé « Carr », s’étendait sur près de 42. 000 hectares. CRÉDIT PHOTO : ARCHIVES AFP 

Il y a deux ans, les incendies dantesques qui ont de nouveau dévasté la Californie,ont fait la une des médias et choqué le monde entier. Le 30 juin 2018, le « County Fire » dans le comté de Yolo à l’ouest de Sacramento n’était toujours pas contenu, malgré la mobilisation de 4.000 pompiers et de 25 hélicoptères. 

Au cours des six premiers mois de l’année, CalFire [le service des pompiers] a déjà dû éteindre des feux sur 21.448 hectares contre en moyenne 9.308 ces dernières années, 

s’était alors inquiété Jerry Brown, le gouverneur de Californie.

Une centaine de personnes avaient perdu la vie dans ces brasiers géants et environ 0,8 millions d’hectares de forêt avaient brûlé. En terme de superficie, ces incendies monstres sont toutefois bien moins importants que ceux qui consument actuellement l’Australie. 

Mais la « saison des feux » américaine ne se cantonne pas à la Californie. En juillet 2018, les soldats du feu ont aussi dû combattre des brasiers dans l’Utah, l’Oregon, le Colorado et l’Etat de Washington. Du 1er janvier au 29 juin, les flammes ont ravagé près d’un million d’hectares aux Etats-Unis, très au-delà de la moyenne décennale (810.000 hectares à cette date), selon les services des pompiers. Un bilan confirmé par l’agence publique NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), qui avait recensé 66.131 incendies pour toute l’année 2017 pour un total de 4 millions d’hectares partis en fumée. 

Du Royaume-Uni à la Lettonie en passant par la Suède et l’Allemagne, le nord de l’Europe a connu durant l’été une vague de chaleur et de sécheresse d’une longueur inhabituelle qui a provoqué de multiples incendies, mais aussi l’inquiétude des agriculteurs quant aux récoltes à venir. 

feux de forêts géants 8Un feu de forêt à Ljusdal, dans le centre de la Suède, le 18 juillet 2018. CRÉDIT PHOTO : ARCHIVES MAJA SUSLIN, TT NEWS AGENCY, AFP 

En Saxe-Anhalt, dans le centre de l’Allemagne, l’incendie le plus grave de ces 18 dernières années a eu lieu au début du mois de juillet dans une région boisée, détruisant quelque 80 hectares de forêt. L’ensemble des régions orientales ainsi qu’une partie du nord de l’Allemagne étaient menacées par des départs d’incendie en raison de l’absence de pluie depuis des semaines. 

En Lettonie, dans l’ouest du pays, un vaste incendie a entraîné le 17 juillet l’évacuation d’un village, et les pompiers luttaient toujours le 20 juillet pour contenir le feu

Au nord de l’Europe, plusieurs incendies se sont déclarés en Suède, jusqu’en Laponie, et deux Canadair français ont même été envoyés pour aider les pompiers suédois à maîtriser la situation.

>>> Sur notre site :La Suède ravagée par les pires incendies de son histoire 

Alors que le royaume nordique combattait les feux de forêt les plus importants de son histoire, tout le Cercle arctique vivait un été particulièrement chaud et sec, engendrant des incendies anormaux et préoccupants.

2019 : Canada, Sibérie, cercle polaire, Portugal, Amazonie… 

feux de forêts géants 9En 2019, la Sibérie et l’est de la Russie ont fait face à l’un des plus grands feux de forêt de l’histoire du pays. CRÉDIT PHOTO : ARCHIVES AFP 

À travers ces incendies, il y a tout un enchaînement qui amplifie le réchauffement climatique.Jean Jouzel, climatologue et ancien vice-président du groupe scientifique du Giec, le 13 août 2019 sur France Info 

L’été dernier, des incendies « sans précédent » ont ravagé de nouveau le cercle arctique. De la Sibérie au Canada, des millions d’hectares sont partis en fumée depuis début juin, en raison des températures élevées combinées aux impacts de foudre.

En août, plus de 12 millions d’hectares de forêts étaient ainsi partis en fumée depuis le début de l’année en Sibérie, sans faire de victime, dans cette région de la Russie très peu peuplée. En cause, des températures de 5 à 8°C plus chaudes par rapport aux normales. Et avec comme conséquences, selon les estimations du climatologue Jean Jouzel, des émissions de gaz carbonique équivalentes à celles d’un pays comme la France sur une année. Ce qui fait dire au scientifique, qui évoque un « cercle vicieux » dans une interview à lire sur le site de France info, que les incendies causés par le réchauffement climatique participent donc aussi eux-mêmes au réchauffement.

Le dimanche 21 juillet, plus de mille pompiers luttaient de nouveau au Portugal contre des incendies qui ont fait huit blessés dans une région montagneuse du centre du pays où le feu avait tué plus d’une centaine de personnes en 2017, traumatisant la population.

 

feux de forêts géants 10Le 21 juillet 2019, les flammes se rapprochaient de maisons isolées dans les villages proches de la ville de Maçao (7 000 habitants). Une femme crie sa peur et appelle à l’aide. CRÉDIT PHOTO : PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP 

Le 22, les feux de forêt étaient maîtrisés à 90%. Les incendies ont fait une trentaine de blessés, dont un gravement brûlé, selon le dernier bilan de la protection civile. 

>>> Sur notre site :Incendies au Portugal : après l’enfer, la colère et la détresse des habitants 

Le désastre de la forêt amazonienne, détruite par les flammes l’été dernier, a fait la une des médias durant tout l’été.

 

feux de forêts géants 11A Candeias do Jamari, dans le nord-ouest du Brésil, 26 août 2019. CRÉDIT PHOTO : V. MORIYAMA. GREENPEACE. AFP 

30% d’incendies en plus

par rapport à 2018

Dus essentiellement à la déforestation, ces incendies avait soulevé de vives critiques dans la communauté internationale, notamment en France, à l’encontre de l’administration du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, favorable dans la forêt à des projets de développement économique, notamment minier. 

>>> Sur notre site :Feux de forêts en Amazonie : sécheresse, déforestation… pourquoi de tels incendies ?

Difficile d’avoir un bilan global chiffré précis, car la forêt amazonienne s’étend sur plusieurs pays. Pour le Brésil, le chiffre de l’Institut national brésilien de recherches spatiales (INPE) est alarmant, même si le pays est loin du record de 2004 avec ses 218.637 foyers. Selon l’organisme, le nombre d’incendies de forêt en Amazonie brésilienne a augmenté de 30 % en 2019 par rapport à l’année précédente, et la déforestation y a atteint des niveaux records, dépassant les 10.000 km2 entre août 2018 et juillet 2019, pour la première fois depuis 2008. 

L’INFO EN PLUS 

Qu’est-ce qu’un « méga-feu » ? Pour les spécialistes, il s’agit d’un incendie hors-norme par sa taille (plus de 10.000 hectares en Australie et aux États-Unis, mais 5.000 hectares en France), sa durée (des jours, voire des semaines) et surtout son comportement extrême : intensité, vitesse de propagation, fronts multiples, mais aussi mise en péril des biens et des personnes.