Sud-Ouest du 11 janvier 2020 

L’avenir de la forêt devient l’affaire de tous

l'avenir de la forêtAffluence jeudi soir à la réunion publique à Donnezac pour débattre de l’avenir de la forêt. PHOTO P. L. 

Le Département lance, cette année, une étude d’aménagement forestier sur Donnezac, Saint-Savin, Reignac et Val-de-Livenne.

Comment préserver et entretenir l’espace forestier sur une partie de la Haute Gironde ? La question est aujourd’hui posée sur les quatre communes de Donnezac, Saint-Savin, Reignac et Val-de-Livenne qui ont confié au Département le soin de présenter une étude d’aménagement foncier durant cette année. « Il existe ici un gros potentiel forestier. Ce qui constitue un atout intéressant », explique Marie Méric, chargée des opérations foncières au Conseil départemental de la Gironde. 

À ses côtés, Alain Renard, maire de Saint-Savin et vice-président chargé de la préservation de l’environnement, rappelle « que le Conseil départemental a bien retenu le principe de financer cette étude d’aménagement foncier qui répond à un double objectif en termes de restructuration parcellaire et de préservation environnementale ». Il s’agit par conséquent d’associer les propriétaires à cette démarche. Ceux-ci étaient invités jeudi soir à une réunion publique à Donnezac. Marie Méric s’appuie sur les résultats d’une précédente étude qui a démontré que des échanges parcellaires à l’amiable avaient pu être réalisés entre propriétaires dans les années qui ont suivi la tempête Martin en 1999 et avec le concours de la Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer). « Il s’agissait alors de permettre le nettoyage des chablis et de reboiser pour composer des parcelles de taille suffisante. Ce sont 1 800 hectares qui avaient été ainsi recomposés. Aujourd’hui encore, il existe une réelle volonté de poursuivre une restructuration forestière touchant essentiellement des secteurs morcelés. On peut certainement avancer encore. Il y a d’importantes marges de manœuvres possibles. » 

En suivant une procédure précise, le Département a proposé de réunir le maximum de monde concerné autour de la table : à commencer par les propriétaires, mais également les élus, les agriculteurs, les organismes qualifiés comme le centre de la propriété forestière, l’Inao (Institut national de l’origine et de la qualité), les services fiscaux et le Département réunis dans une commission pilote de l’opération. 

Exploitation et environnement 

Aujourd’hui, le Département lance une étude portant sur une nouvelle opération d’aménagement forestier et qui débouchera en suivant sur une enquête publique. Les objectifs sont multiples : au-delà du maintien d’un espace forestier, il s’agit d’améliorer les conditions d’exploitation forestière, de préserver les espaces environnementaux et naturels, notamment au maintien des bassins versants et réserves d’eau, il s’agit d’améliorer les dessertes pour assurer par exemple la lutte et la protection contre les incendies. 

Les parcelles privées comme les parcelles publiques incluses dans le domaine communal sont concernées. Et à partir de là, il s’agira de définir très précisément les périmètres des zones concernées. Autant dire que les propriétaires de parcelles peuvent être intéressés, d’autant que des mesures d’incitation existent pour valoriser l’exploitation forestière mais aussi pour tirer des revenus.