Franceinfo du 22 septembre 2019 

Crise aux urgences : 2 300 professionnels de santé souhaitent "des états généraux de l'hôpital public" 

Ils signent cet appel dans le "Journal du dimanche" daté du 22 septembre.

2300 professionnelsUne banderole devant des services d'urgence en grève, à Bouzic (Dordogne), en avril 2019. (GARO / PHANIE / AFP) 

"Un point de rupture est franchi. La sécurité n'est plus assurée." Dans une tribune publiée le 22 septembre dans le Journal du dimanche (article abonnés), quelque 2 300 professionnels de santé signent un "appel pour des états généraux de l'hôpital public""Nous, chefs de service et responsables d'unités de soins, médecins hospitaliers, internes, cadres de santé, infirmières, aides-soignantes, alertons une nouvelle fois sur l'aggravation des conditions de travail", écrivent-ils. 

Selon les signataires de cet appel, "la situation est la même sur l'ensemble du territoire". D'après eux, c'est la "conséquence d'une politique d'austérité appliquée de façon continue depuis dix ans aux hôpitaux publics auxquels on demande toujours plus sans moyens supplémentaires". 

Pour ces professionnels de santé, le plan de 750 millions d'euros présenté début septembre par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, n'est pas suffisant. Ils listent cinq mesures : "la réévaluation des filières de soins", "l'embauche en nombre suffisant de personnels soignants, de travailleurs sociaux et de secrétaires""la revalorisation des salaires des personnels hospitaliers", "l'instauration d’une enquête annuelle dans chaque établissement sur le bien-être au travail" et "la révision du mode de financement pour que chaque service dispose d'un budget annuel cogéré avec l'administration".