Le Parisien du 27 août 2019 

Amazonie : le «Jour du Feu», l’acte criminel qui a décuplé la catastrophe 

Les autorités brésiliennes sont accusées de ne pas avoir empêché un incendie criminel organisé par des agriculteurs pro-Bolsonaro alors qu’elles étaient au courant.

Le ministre brésilien de la Défense l'a assuré lundi, les incendies en Amazonie sont « sous contrôle ». L'année 2019 a été jusque-là particulièrement dure pour cette forêt qualifiée un peu abusivement de « poumon de la planète », avec 80 000 feux de forêt répertoriés au Brésil depuis le début de l'année, dont plus de la moitié en Amazonieen hausse de 84 % par rapport à la même période l'année dernière. 

La principale cause de cette catastrophe reste la déforestation, et plus particulièrement les brûlis allumés dans les zones déboisés pour les rendre fertiles, une pratique que des agriculteurs brésiliens ont voulu fermement revendiquer par un événement qu'ils ont appelé le « Jour du Feu », le 10 août dernier. A l'origine du départ de nombreux foyers de feu, cet événement a largement contribué à l'ampleur de la catastrophe. Les autorités locales étaient pourtant au courant. Explications. 

Qu'est-ce que le « Jour de Feu » ? 

Le site du magazine Globo Rural rapporte qu'au sein d'un groupe WhatsApp brésilien appelé « Jornal A Voz da Verdade » (« le Journal de la Voix de la Vérité » en portugais) qui comporte 246 participants actifs, environ 80 personnes dont des agriculteurs, des prospecteurs et accapareurs de terres ont créé un sous-groupe du nom de « SERTÃO ». 

Dans ce nouveau groupe dont le nom fait référence au magasin de son créateur, un marchand du nom de Ricardo De Nadai, les participants se sont coordonnés pour mettre le feu à des zones de la forêt amazonienne et à des terrains vacants le 10 août. Un événement qu'ils appellent « Dia do Fogo », le « Jour du Feu ». 

Le but de ces départs de feu était d'incendier la forêt nationale de Jamanxim, une réserve de 1,3 million d'hectares réputée pour sa riche biodiversité, pour ensuite atteindre Terra do Meio, une zone de conflits agraires en Amazonie.