Sud-Ouest du 21 août 2019 

« Plus rien ne répondait » 

BORDEAUX Au lendemain de l’accident, le capitaine raconte comment le « Burdigala II » est devenu incontrôlable

plus rien ne répondait3Denis Larrose (debout) était aux commandes du « Burdigala II » lorsque l’accident s’est produit. Le capitaine du bateau a tout tenté, en vain. Les moteurs ne répondaient plus. PHOTO LAURENT THEILLET

"Denis Larrose, le capitaine du «Burdigala II » et gérant des Croisières Burdigala à Bordeaux s’active à nettoyer et ranger l’intérieur du navire de croisière qui, la veille (lire « Sud-Ouest» d’hier), a percuté une pile de sécurité au niveau du pont Chaban-Delmas, faisant dix blessés dont trois souffrant de diverses fractures. Denis Larrose a peu dormi et ne comprend toujours pas ce qui a pu se passer quelques minutes après avoir quitté le ponton d’embarquement, quai des Queyries. 

«Le bateau est piloté par un ordinateur qui gère un automate. Ce dernier veille sur la propulsion, l’électricité à bord, etc.», explique Denis Larrose, capitaine au long cours qui affiche 39 ans de métier sur l’eau et se dit navré par ce qui est arrivé. «Ma frustration, c’est d’avoir été impuissant face à cette avarie.»"...

plus rien ne répondait4

2019_08_21_SO_Plus_rien_ne_répondait

2019 08 21 SO On s'est senti en insécurité0

2019 08 21 SO On s'est senti en insécurité1

2019 08 21 SO On s'est senti en insécurité