La Nouvelle République du 11 juillet 2019 

Des pompiers réservés aux urgences

feu d'artifice 11A Blois, le prochain feu d’artifice est prévu pour le 13 juillet. Le spectacle prévu le 14 juillet à Nouan-le-Fuzelier a quant à lui été annulé. © (Photo archives NR, Jérôme Dutac) 

Les traditions ont la vie dure. Dans nombre de villages, les habitants se souviennent que pour les feux de la Saint-Jean ou le traditionnel feu d’artifice du 14 juillet, les pompiers de la caserne locale étaient systématiquement présents. Mais avec la départementalisation des secours, cette habitude tend à disparaître. C’est le cas en Loir-et-Cher avec une nouvelle disposition prise en 2018 par le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis 41). Les pompiers n’assument plus le service sécurité lors des fêtes organisées par les communes. D’où l’étonnement de certains habitants de Cellettes le week-end dernier quand une fusée égarée a provoqué un feu de haie certes spectaculaire mais qui n’a heureusement pas fait de victime.

Le maire est l’organisateur et donc le maître d’œuvre de son feu d’artifice, lequel est soumis à déclaration voire à autorisation selon la catégorie du spectacle pyrotechnique. Le Sdis 41 se tient à la disposition des municipalités en qualité de conseiller technique. Un rôle qui consiste à émettre des préconisations en termes de localisation et de préparation du site choisi, de protection des habitations et de bâtiments sensibles, de point d’eau utilisable en cas d’incendie… En cas de sinistre bien sûr, les pompiers interviendront dans les meilleurs délais. Mais cette nouvelle disposition a pour objectif de ne pas immobiliser des moyens de secours afin de les réserver aux interventions urgentes.