Sud-Ouest du 9 juillet 2019  

Libourne : une force de frappe pour la santé mentale

une force de frappeL’hôpital Robert-Boulin, l’ancien et le nouveau. PHOTO J.-C. GALIACY 

"Un conseil local a été créé afin d’améliorer l’accès aux soins et à la prévention ainsi que l’intégration des malades 

A la fin de l’hiver dernier, Philippe Buisson s’impatientait de la lenteur prise dans l’aménagement d’un contrat local de santé mentale (CLSM) dans le Libournais. Dans nos colonnes, le président de la Communauté d’agglomération du Libournais (Cali) jugeait alors « essentiel » de gérer la psychiatrie « ensemble » sur le territoire. 

« On doit accompagner les malades en termes d’habitat, de transport et surtout de surveillance, disait-il. L’élu se retrouve souvent seul face à des cas psychiatriques. » 

Ce début d’été lui a offert la première concrétisation de ce qu’il escomptait. Lancé par le Pays du Grand Libournais de l’inamovible Marcel Berthomé et présidé par le Dionysien Sébastien Laborde (notamment vice-président chargé des questions de santé au sein de la Cali), le conseil local de santé mentale organisait sa première assemblée, il y a quelques jours. 

Le Libournais devient ainsi le troisième territoire girondin à se doter d’un tel outil, après la métropole et le Sud-Gironde. 

Sa mission ? « Développer des actions en faveur de l’amélioration de l’accès à la prévention et aux soins, de la promotion de la santé mentale et de l’inclusion sociale des personnes concernées. »"...

2019_07_09_SO_Libourne_une_force_de_frappe_pour_la_santé_mentale