2019 07 05 SO Clinique de lesparre

Sud-Ouest du 5 juillet 2019 

Lesparre : Des avancées confirmées pour la clinique 

SANTÉ Après une réunion au ministère de la Santé, le directeur de la clinique et le député du Médoc obtiennent des moyens

des avancées

Mardi dernier, Yann Pilatre, le directeur de la clinique mutualiste de Lesparre, avait rendez-vous au ministère de la Santé pour faire un point sur la situation de l’établissement médocain et mettre à plat toutes les difficultés rencontrées par la clinique. Une réunion de travail qui a été obtenue par Benoît Simian, le député LREM du Médoc. « Le député a proposé son aide. C’est lui qui est venu à notre rencontre. Nous avons accepté sa proposition», explique aujourd’hui le directeur de la clinique de Lesparre. 

Contacté hier par « Sud Ouest», Yann Pilatre est revenu sur l’échange qui s’est déroulé avec le directeur de cabinet de la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Rendez-vous auquel participait Benoit Simian. 

Rappelons que depuis deux ans, suite à une décision nationale, le nombre des internes (étudiants de troisième cycle des études médicales) mis à disposition pour renforcer les urgences, a baissé. Les étudiants ont été réorientés vers les services de gynécologie et de pédiatrie. À Lesparre, mis devant le fait accompli, la clinique avait eu recours à l’intérim pour compléter son équipe d’urgentistes. Ce qui avait eu pour conséquence, notamment, de mettre à mal ses finances et de désorganiser tout un fonctionnement. Sur ce dossier, l’entretien au ministère de la Santé aura porté ses fruits. La clinique devrait rapidement retrouver sa «dotation » d’internes, peut-être dès l’automne prochain. Yann Pilatre confirme qu’une convention va être signée entre la clinique et la Faculté de médecine de Bordeaux. 

La maternité confortée 

La maternité est l’autre dossier sensible abordé lors de cet entretien au ministère de la santé. Avec moins de 300 naissances en 2018, Yann Pilatre voulait s’assurer que ce service de la clinique ne serait pas remis en cause. «Sur notre territoire, il nous a été dit que notre maternité était incontournable ». Et Yann Pilatre de commenter encore: « Nous allons travailler sur un plan d’action pour relancer la maternité ». 

Plus de places à la dialyse 

L’ouverture d’une unité de dialyse à la clinique au mois de mars dernier avait permis de répondre à une forte demande du territoire. Depuis plusieurs semaines, Yann Pilatre tente d’obtenir l’aval de l’Agence régionale de santé, un accord permettant de créer six places supplémentaires dans ce nouveau service. Le ministère de la Santé a donné son accord pour augmenter la capacité d’accueil. La veille de ce rendez-vous à Paris, l’ARS avait envoyé un premier signe positif. La montée en puissance se fera progressivement avant d’arriver à 12 places. 

La cancérologie maintenue 

L’offre de soins en cancérologie de la clinique ne sera pas non plus remise en cause. Le renouvellement de l’autorisation sera donné. Enfin, comme le rapporte Benoît Simian, le projet d’une maison médicale de gardes est à l’étude avec la clinique de Lesparre. Dans un local de l’établissement, elle permettrait, le week-end notamment, d’avoir un médecin généraliste de permanence, et un deuxième sur le terrain. Une façon de répondre à la demande des patients qui peinent à trouver un soignant dans leur zone de vie et de désengorger aussi les urgences de la clinique.