Sud-Ouest du 8 juin 2019 

Pourquoi cette tempête hivernale à la fin du printemps ? 

MÉTÉO Rare mais pas inédit, un coup de vent de ce genre n’avait pas balayé le pays depuis plus de trente ans

pourquoi cette tempête

 

"À deux petites semaines de l’été, la journée d’hier était a priori davantage destinée à se dorer la pilule sur le sable chaud plutôt qu’à le fuir chassé par les vents violents. Près de 130 km/h de la Vendée à la Charente-Maritime, des rafales de 117 km/h au Cap Ferret (Gironde), autour de 100 à Cognac (Charente), comme à Bordeaux (Gironde). Si les côtes atlantiques sont chaque année balayées par plusieurs tempêtes, rares sont en revanche celles à se produire à une date aussi avancée dans la saison printanière. 

« Observer une tempête comme Miguel en juin est rare, la période la plus propice se situant entre octobre et mars », rappelle-t-on Météo France."...

..."Outre la surprise provoquée hier par tant d’agitation dans le ciel et les eaux, il faut aussi noter que ces coups de vent « hors saison » rendent aussi la végétation plus vulnérable. « Couverts de feuilles, la prise au vent est importante et les arbres cèdent plus facilement qu’en hiver à force de vent égale », explique les ingénieurs de Météo France. 

« Dans la situation actuelle, la saturation des sols en eau est un autre facteur aggravant. Les récentes précipitations rendent la résistance des racines moins bonne.»"

2019_06_08_SO_Pourquoi_cette_tempête_hivernale_à_la_fin_du_printemps