Sud-Ouest du 29 mai 2019 

Pourquoi le retour de la rougeole dans la région est pris au sérieux 

La rougeole est de nouveau présente en Nouvelle-Aquitaine. L’Agence Régionale de Santé rappelle que la couverture vaccinale à deux doses reste insuffisante

pourquoi le retour

La rougeole est de retour. L’alerte est signée de l’Agence Régionale de Santé (ARS), qui signale une recrudescence du nombre de malades de la rougeole dans la région, et notamment en Pyrénées-Atlantiques – du fait des 40 cas de l’épidémie à la Foire au jambon de Bayonne au début du mois – et plus généralement dans le sud de la Nouvelle-Aquitaine. 

1 Déjà près d’une centaine de cas depuis le début de l’année 

Au total, entre le 1er janvier et le 19 mai dernier, 98 cas de rougeole ont été signalés en Nouvelle-Aquitaine, dont 22 ont nécessité une hospitalisation. L’âge médian des malades est de 22 ans et la plupart n’étaient pas vaccinés, ou l’étaient insuffisamment. Avec 45 cas, les Pyrénées-Atlantiques sont le département le plus touché, suivi par la Dordogne (15cas), les Landes (13cas), la Gironde (12cas) ou encore le Lot-etGaronne (8 cas), la Charente-Maritime (3cas), la Haute-Vienne (1cas) et la Corrèze (1 cas). 

2 Une couverture vaccinale souvent faible dans la région 

L’ARS rappelle que la couverture vaccinale à deux doses reste insuffisante en Nouvelle-Aquitaine. Elle s’établit à 81 % de la population régionale mais connaît de fortes disparités selon les départements. Ainsi, la couverture vaccinale n’est que de 73 % dans les Pyrénées-Atlantiques, département le plus touché par ce nouveau foyer de cas de rougeole. Or, pour éradiquer la maladie, il faudrait que 95% de la population soit vaccinée. Le Lot-et-Garonne (75,8 %), la Dordogne (77,5 %) et la Charente (79,9 %) complètent le quatuor des départements de la région où la couverture vaccinale à deux doses est la plus faible. A contrario, c’est en Gironde (85,1%), en Corrèze (84,2 %) et en Haute-Vienne (82,1 %) qu’elle est la plus forte, et même supérieure à la moyenne nationale (80,3%). 

3 Une précédente épidémie de 1 000 malades l’an dernier 

De novembre 2017 à septembre 2018, la Nouvelle Aquitaine avait connu une importante épidémie de rougeole: 1 000 personnes ont contracté la maladie, un cas sur quatre a entraîné une hospitalisation et deux personnes sont décédées. En effet, la rougeole n’est pas une maladie bénigne et peut entraîner des complications respiratoires et neurologiques aux conséquences graves. La maladie est très contagieuse: en l’absence de vaccination, une personne atteinte peut contaminer jusqu’à 20 personnes. « Seuls des médicaments pour soulager les symptômes de la rougeole peuvent être administrés ; il n’existe pas de traitement pour soigner la maladie. Il existe un vaccin bien toléré qui a prouvé son efficacité pour limiter sa propagation», explique l’ARS.