Sud-Ouest du 28 mai 2019 

Hôpital de Libourne : les personnels des urgences rejoignent la grève nationale

les personnelsLes personnels des urgences de Libourne ont débrayé quelques minutes ce mardi midi SUD OUEST

Afin de protester contre le manque d’effectifs et leurs conditions de travail, les personnels des urgences de Robert-Boulin ont observé un débrayage de cinq minutes ce mardi midi et ont choisi de suivre le mouvement de grève nationale 

Une trentaine de personnels des urgences de l’hôpital Robert-Boulin, à Libourne, ont arrêté symboliquement de travailler quelques minutes ce mardi midi. Réunis dans la foulée avec des responsables de l’intersyndicale, ils ont décidé d’entamer une grève, suivant ainsi la mobilisation nationale des services des urgences dans toute la France. 

"Nous observons un manque d’effectif dans les domaines médical et paramédical, explique la médecin Isabelle Canivet, parmi les 18 que compte actuellement le service de Robert-Boulin. Partout en France, on ferme des lits et ici, à Libourne, nous nous retrouvons avec quinze ou vingt patients chaque jour qui devraient être hospitalisés et qui se retrouvent aux urgences. On ne peut leur donner à manger ou boire correctement, on ne peut s’en occuper décemment, étant en sous-effectif." 

Selon l’urgentiste, les référentiels de personnels pour accueillir les patients dans de bonnes conditions, ne sont pas respectés. Elle déplore tout particulièrement un manque d’effectif dans le domaine paramédical, formé des infirmiers et aides-soignants.