Sud-Ouest du 13 mai 2019 

L’implant de la colère 

CONTRACEPTIF DÉFINITIF Une plainte cible les effets néfastes du dispositif Essure. Témoignage d’une victime présumée

implant de la colère

 

"Pour Laurence (1), 44 ans, assistante administrative dans le BTP en région paloise, deux enfants, ça suffisait. Alors quand les médecins lui ont proposé, en mars 2016, le système de contraception définitive Essure, commercialisé depuis 2002 en France (lire ci-contre), elle n’a pas hésité. « Pour ma gynécologue, la ligature des trompes, c’était ‘‘archaïque’’. Les implants, remboursés à 100%, se posaient sans anesthésie générale, sans douleur…» 

Pourtant Laurence déchantera rapidement, comme des milliers de femmes en France et dans le monde, qui se disent aujourd’hui victimes d’effets indésirables et veulent faire connaître leur désarroi devant « le mépris », « l’arrogance » des médecins qui les leur ont prescrits. 

Plainte contre X 

En France, près de 70 patientes et leurs proches ont déposé une plainte pénale contre X, en avril, auprès du pôle santé du tribunal de grande instance de Marseille. La plainte vise des faits de «blessures involontaires, mise en danger et, possiblement, tromperie aggravée »."...

les implants de la colère 2

 

2019_05_13_SO_L'implant_de_la_colère