Sud-Ouest du 5 mai 2019 

En forêt d’Amazonie, les Indiens sont à cran 

Au Brésil, la déforestation pratiquée par les industriels et les trafiquants de bois transforme les terres autochtones du Pará en baril de poudre. Et l’élection du président Bolsonaro n’a rien arrangé

brésil 5

"D’après l’ONG Imazon, la déforestation en Amazonie a augmenté de 54 % en janvier par rapport au même mois 2018, et le Pará concentre, à lui seul, 37 % des aires dévastées. 

Le territoire Arara, où vivent environ 300 indigènes sur 274 010 hectares – une surface équivalente à environ 264 000 terrains de football –, est censé être inviolable depuis qu’il a été officiellement délimité par le gouvernement, en 1991."...

..."Les terres Arara se trouvent dans la zone d’Altamira, la plus vaste municipalité, au nord du pays. Elles ont été déjà fortement impactées par le projet dantesque d’une centrale hydroélectrique avec son barrage (lire ci-dessous). C’est aussi à Altamira que le régime militaire a inauguré, en 1970, le premier tronçon de la Transamazonienne. Inachevée, cette route censée traverser le «poumon de la planète» a déjà laissé une cicatrice de plus de 4 000 km dans l’écosystème."...

brésil 5 2

..."Surara Parakana, chef de tribu venu à la réunion le visage recouvert de peintures traditionnelles de couleur noire, reste sceptique et réclame des mesures concrètes : «Il faut que l’État agisse parce que notre forêt fournit de l’oxygène au monde entier, pas seulement aux Indiens.»"

2019_05_05_SO__En_forêt_d'Amazonie_les_indiens_sont_à_cran