L'Alsace.fr du 2 mai 2019 

Maternités et urgences menacées : opération déminage

 

maternité et urgences menacéesLe personnel hospitalier est en grève depuis une semaine aux urgences de l'hôpital Emile Muller à Mulhouse. Photo L'Alsace / Jean-François Frey 

"Fermeture de la maternité et des urgences de l’hôpital d’Altkirch, fermeture de la maternité de Thann : autant de sujets à l’origine de la grogne qui monte des territoires de santé touchés par des restrictions drastiques. Pour y faire face et avant la réunion de concertation prévue demain à Mulhouse, en présence des professionnels de santé, élus et partenaires, la direction du GHRMSA (Groupe hospitalier de la région de Mulhouse et Sud Alsace) et la direction régionale de l’ARS ont voulu transmettre un message d’apaisement, ce matin lors d’une conférence de presse."...

"Maintenir l'offre de soins" 

Du côté de la direction du GHRMSA : « Nous ne sommes plus en mesure d’assurer une présence médicale pour les deux maternités, ni pour les urgences d’Altkirch. Dans les deux cas, la totalité de l’équipe soignante ne peut être maintenue, faute de médecins. Il est de notre responsabilité de préparer le changement, pour maintenir sur notre territoire l’offre de soins », précise Corinne Krencker, la directrice. Une piste est discutée côté SMUR, pour y inclure une sage-femme, pour les cas les plus urgents. Autre piste évoquée sérieusement, l’ouverture d’un hôtel hospitalier pour les femmes enceintes à terme de leur grossesse. Pour les urgences altkirchoises, la prise en charge se ferait comme à Thann, via une polyclinique accessible de 8 h à 22 h, tous les jours. Avec toujours, une concertation avec les médecins généralistes sur le terrain. Une des propositions serait de mettre en place une prise en charge de certains malades par une entrée dans le service soignant, sans passer par les Urgences."

2019_05_02_L'Alsace_Maternités_et_urgences_menacées_opération_déminage