Sud-Ouest du 9 avril 2019 

Le frelon asiatique sort de sa boîte 

APICULTURE Identifié en 2004 dans le Lot-et-Garonne, le frelon asiatique y complique la vie des apiculteurs. À Caudecoste, aux portes d’Agen, une lutte incessante redémarre chaque printemps

le frelon asiatique sort de sa boîte

 

L’offensive du frelon asiatique s’est accentuée au cours des deux dernières années, note Guillaume Vallée, apiculteur en Lot-et-Garonne, qui a dû déménager l’un de ses ruchers. PHOTOS LAURENT THEILLET ET ARCHIVES XAVIER LÉOTY/ « SUD OUEST »

"Sanglé dans sa combinaison blanche, Guillaume Vallée ne masque pas une forme d’admiration envers son meilleur ennemi. « Le frelon asiatique est un insecte fascinant, une vraie machine de guerre », avoue-t-il en jetant un regard panoramique sur les ruches disposées au cœur d’un bouquet de chênes, en contrebas de la maison d’Anne-Marie et de Bernard Limousin. Le premier prend peu à peu le relais des seconds dans ce coin de campagne en fleurs, à l’écart du bourg de Caudecoste, à une quinzaine de kilomètres d’Agen."...

..."Dans le Lot-et-Garonne, on est bien placé pour le savoir. C’est dans le département que l’insecte a été repéré avec certitude dès 2004. Son aire de répartition n’a cessé de s’étendre depuis lors. À quelques exceptions près, on peut maintenant discerner ses pattes jaunes sur l’ensemble de l’Hexagone. Contrairement aux idées reçues, les hivers rigoureux ne le tuent pas. On retrouve la bestiole jusqu’aux franges de la Scandinavie."...

..."À court terme, l’apiculteur espère la mise au point d’une application, développée avec le soutien du Conseil départemental du Lot-et-Garonne, pour que chacun puisse signaler un nid de frelons asiatiques croisé au détour d’un chemin creux. « On peut faire beaucoup mieux sur la détection des nids. C’est une affaire qui concerne la société dans son entier, pas seulement les apiculteurs », veut-il croire"...

d'importants dégâts collatéraux

Sud-Ouest du 9 avril 2019 

« Évaluer l’efficacité du piégeage des fondatrices est difficile » 

L’EXPERT Spécialiste du frelon asiatique à l’Inra, Denis Thiéry appelle à ne pas multiplier les pièges sans avis compétent

évaluer

"Denis Thiéry est directeur de recherche à l’unité SAVE (Santé et agroécologie du vignoble) à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) de Bordeaux. Il a publié de nombreux articles sur le frelon asiatique. 

« Sud Ouest » Les femelles fondatrices de nouvelles colonies commencent-elles à bâtir leurs nids à cette période de l’année ? 

Denis Thiéry Oui. Elles ont été conçues au mois de juillet dernier. Entre juillet et octobre, elles ont vécu à l’état de larves dans le nid. Elles l’ont quitté en octobre, début novembre au plus tard, après avoir été fécondées. Elles ont survécu à l’hiver en s’enfouissant dans des galeries souterraines, dans des tas de bois, du compost... C’est maintenant qu’elles ressortent pour commencer à confectionner une petite « galette » où pondre leurs œufs."...

..."Les pièges sont décriés parce qu’ils ramassent tous les insectes volants. Doit-on continuer alors que toutes les études démontrent un effondrement de la biodiversité chez les insectes ? 

C’est une question importante. Le parallèle s’impose avec l’agriculture productive qui lutte contre les ravageurs. Ses pratiques s’accompagnent d’un coût pour la biodiversité. Quel est le plus important pour la société ? À elle de choisir. Dans le cas d’espèce, on tente de protéger l’apiculture, une filière de production qui utilise les services des abeilles domestiques. Elles sont, elles aussi, des agents de la biodiversité. Et les insectes sont en butte à bien d’autres facteurs de mortalité d’origine humaine, comme la perte des habitats et l’éclairage urbain.

Peut-on espérer la mise au point de pièges spécifiques au frelon asiatique ? 

Depuis quinze ans, je vois arriver des pièges soi-disant « technologiques » et sélectifs, ils ne marchent pas. Les pièges qui comportent des protéines animales – viande ou poisson – sont sans doute plus sélectifs. C’est la nourriture des larves. Mais les frelons ne s’intéressent qu’au frais. Il faut donc renouveler ces pièges très souvent."...

2019_04_09_SO_Evaluer_l'efficacité_du_piégeage_des_fondatrices_est_difficile

2019 04 09 SO L'abeille a peur mais elle se soigne