L'Est Républicain du 3 avril 2019 

Haute-Saône – SANTÉ Urgences : le Smur de Luxeuil-les-Bains en suspens 

Le Service mobile d’urgence et de réanimation de Luxeuil est suspendu depuis les vacances de Noël. Une suspension temporaire comme il arrive ponctuellement lorsque les effectifs médicaux sont en tension, répond la direction. Mais qui s’inscrit aussi dans une réorganisation prochaine des urgences.

smur de luxeuilLorsque la ligne luxovienne fait défaut, « on actionne davantage les Smur de Lure, Vesoul ou Gray », assure le directeur Pascal Mathis. « Il n’y a aucune difficulté. On fait largement face à nos besoins, et c’est organisé également avec l’hélicoptère, l’Héli-Smur, qui assure un certain nombre de transferts. » Photo ER /Lionel Vadam

Faut-il craindre pour l’avenir de la ligne de Service mobile d’urgence et de réanimation (Smur) à Luxeuil-les-Bains ? La ligne, qui fonctionne normalement en journée, de 9 h à 19 h, est actuellement suspendue depuis les vacances de Noël. La raison ? Des tensions sur l’effectif médical des services d’urgence, qui ont contraint l’hôpital à transférer un médecin urgentiste du site de Luxeuil à Vesoul. 

Huit postes en souffrance à Vesoul 

Concrètement, « nous sommes à 18 médecins en équivalent temps plein quand il faudrait être à 26 », détaille le Dr  Toufiq El Cadi, médecin chef de service des urgences de Vesoul, Lure et Luxeuil-les-Bains. Parallèlement, et comme souvent en période hivernale, les urgences font face à une activité croissante sur leur site vésulien. 

La situation n’a rien d’exceptionnel, fait valoir la direction du groupe hospitalier de la Haute-Saône (GH70) : « Ça a toujours existé », répond ainsi le directeur Pascal Mathis. « L’année dernière, c’était déjà pareil. C’est un problème de gestion quotidienne qui fait que, ponctuellement, on peut être amené à suspendre une activité, un endroit. » 

Lorsque la ligne luxovienne fait défaut, « on actionne davantage les Smur de Lure, Vesoul ou Gray. Il n’y a aucune difficulté. On fait largement face à nos besoins, et c’est organisé également avec l’hélicoptère, l’Héli-Smur, qui assure un certain nombre de transferts. » 

Un transfert à Vesoul en question 

Mais en parallèle de cette situation ponctuelle se dessine une véritable réflexion sur l’implantation de cette demi-ligne de Smur. Un potentiel transfert à Vesoul est en question, et devrait être tranché dans le cadre de la réorganisation du service des urgences. « On travaille encore sur cette restructuration », précise Pascal Mathis. « Mais effectivement, on réfléchit à un transfert. En termes de moyens, on arrive à la même quantité de temps d’ouverture et de personnels médicaux mobilisés. La différence, c’est qu’en regroupant sur Vesoul, on peut mutualiser les effectifs médicaux là où sont les besoins. » 

Frédéric Burghard pragmatique, mais vigilante, mais vigilant

« Je ne peux que regretter de voir que le service s’organise sur un mode dégradé sur le territoire qui est le mien », commente Frédéric Burghard, maire de Luxeuil-les-Bains et président du conseil de surveillance du groupe hospitalier. « Mais il faut être pragmatique. Nous devons fonctionner avec les moyens du bord. » 

Mais l’élu prévient d’ores et déjà que s’il est question de rediscuter de la couverture sanitaire de l’ensemble de la Haute-Saône, il souhaite qu’on prenne en compte « l’activité désormais bien installée et plutôt grandissante de l’hôpital médian Belfort-Montbéliard ». « On a à Trévenans un service de Smur qui irradie vers une bonne partie de la Haute-Saône. Si discussions il doit y avoir, il faudra être très vigilant sur l’articulation de la zone d’influence de tous les services en question : l’hôpital de Remiremont et celui de Belfort-Montbéliard compris. »