Sud-Ouest du 1er avril 2019 

Quand les propriétaires forestiers s’assurent 

GROUPAMA FORÊTS ASSURANCES L’assureur a vu le nombre de cotisations croître de 10 % en un an. Il faut dire que l’État a décidé de ne plus les aider après une tempête

quand les propriétaires

«Plus que jamais, s’assurer est le premier acte de gestion durable de la forêt!» Cette phrase, Pascal Mayer, directeur général de Groupama Forêts Assurances, la répète à l’envi et en a fait la devise de l’assurance forêt des sylviculteurs. Il faut dire que le paysage en terme de risques a quelque peu changé… «À partir des années 1960, lorsque la menace des incendies a vu son importance diminuer du fait de la mise en place des DFCI, nous avons vécu pendant une cinquantaine d’années une période bénie sans gros aléas climatiques. Et ce, jusqu’en 1999 où, à quelques jours d’intervalle, Lothar et Martin ont déferlé, puis dix ans plus tard, en 2009, Klaus. Le risque centennal a été bousculé. Il a fallu revoir notre copie», souligne le directeur général.

Et de rappeler que Groupama Forêts Assurances a alors revu ses tarifs à la hausse, calés sur une récurrence de 20 à 30 ans et a relevé son seuil d’intervention, le faisant passer de 25 à 40%. «Ce qui correspond à une grosse éclaircie et au seuil d’intervention de l’État. » Jusqu’alors. Car en 2017, l’État a fait savoir qu’il n’interviendrait plus pour aider les sylviculteurs à reconstituer leurs forêts après le passage d’une tempête, dans la mesure où ce risque est assurable."...

..."Il est primordial maintenant que la discussion engagée avant l’élection présidentielle reprenne. Elle concernait l’hypothèse de créer un fonds de garantie qui viendrait abonder, en cas de tempête, les propriétaires qui se seraient assurés en amont. Ça reviendrait à dire que l’État ne se désengagerait pas totalement mais verrait sa contribution, après sinistre, divisée par deux."...

2019_04_01_SO_Quand_les_propriétaires_forestiers_s'assurent