Sud-Ouest du 4 mars 2019 

Préchac : Le centre fête sainte Barbe et ses 90 ans

préchacDu beau monde pour les 90 ans du centre de première intervention. PHOTOS ST. S. 

La cérémonie de la Sainte-Barbe au centre de première intervention de Préchac a revêtu un caractère particulier, le samedi 23 février. En effet, le CPI fêtait son 90e anniversaire d’existence et a convié, pour cette occasion marquante, ses anciens sapeurs-pompiers volontaires.

La création du centre date du 31 mars 1929 par délibération du Conseil municipal, approuvée par l’arrêté préfectoral du 26 octobre 1929. M. Alban Delas est à l’origine de la fondation du corps des sapeurs-pompiers volontaires de Préchac. Durant ces quatre-vingt dix années de pérennité, 10 chefs de corps et de centre se sont succédé à échéances plus ou moins longues. 75 sapeurs-pompiers, dont 2 sont des personnels féminins, ont maintenu le CPI en vie et actif. 

Les promotions 

68 interventions ont été réalisées en 2018. Le Centre rend service à la population mais il vient aussi renforcer celui de Saint Symphorien sans oublier sa contribution dans la métropole bordelaise. Il complète également l’effectif du véhicule de secours et d’assistance aux victimes du groupement centre. « Sous son apparence tranquille, le CPI de Préchac participe activement à l’activité opérationnelle départementale », a souligné le lieutenant Cazes, chef de centre. La Sainte-Barbe fut aussi l’occasion de récompenser le travail des agents Mathieu Boulogne, Amandine Duffie, Brice Boulogne, Rémy Balauze et la nomination au grade de lieutenant pour Francis Garbaye, président de l’Amicale du CPI qui fête cette année ses quarante ans d’engagement. Autre fierté de la caserne préchacaise, Nicolas Maffei vient d’être recruté comme sapeur-pompier professionnel. 

Campagne de recrutement 

Malgré un taux de réussite de 30 %, le CPI voit son effectif diminuer d’autant. Pour 2019, le lieutenant Philippe Cazes, chef de centre, annonce que les efforts se porteront sur la recherche de nouveaux sapeurs-pompiers volontaires. « Nous cherchons des solutions pour étoffer notre effectif. En exemple, nous avons agrandi notre périmètre de recrutement aux communes voisines comme Villandraut et Uzeste. »