Sud-Ouest du 9 février 2019 

Érosion : le préfet met le Cap-Ferret au pied du mur 

LITTORAL Inquiétudes et interrogations après l’état d’urgence déclaré jeudi par le préfet et les premières mesures d’interdiction hier

érosion le préfet

"Jeudi soir, Philippe De Gonneville. Le premier adjoint de Lège-Cap-Ferret, n’imaginait pas une seconde qu’il interdirait le lendemain matin la circulation des promeneurs entre Hortense et La Pointe, pour une durée indéterminée. Un secteur très prisé, apprécié des pêcheurs, des propriétaires des maisons des 44 hectares, et des estivants qui connaissent la beauté de ce coin de paradis."...

..."Hier matin au pied du phare du Ferret, Philippe de Gonneville a confié avoir été surpris par cet état d’urgence soudain décrété par l’État mercredi par courrier. « Le préfet nous a demandé instamment de prendre cet arrêté. Il s’appuie sur une étude de la Cerema dont nous n’avons pas été destinataire. Notre souci premier est la sécurité des personnes et des biens. Mais sur le côté Bassin, nous n’avions aucune étude qui montrait l’imminence d’un danger. Nous attendons de voir cette étude pour connaître la pertinence de ces mesures.»"...

..."Il serait donc envisageable d’abandonner des maisons, ce qui est une crainte pour nombre de propriétaires de la Pointe et une «préoccupation» pour Philippe de Gonneville. Vital Baude, conseiller régional, délégué au Littoral, enfonçait hier le clou en soulignant «la nécessaire et inéluctable relocalisation des biens menacés». Mais lesquels et cela sera-t-il vraiment nécessaire si des mesures efficaces sont prises ?"...

érosion le préfet 2

2019_02_09_SO_Erosion_le_préfet_met_le_Cap_Ferret_au_pied_du_mur