Sud-Ouest du 28 décembre 2018 

Bordeaux : l’erreur médicale sanctionnée 27 ans après, le combat d’une mère

l'erreur médicaleC’est en fouillant un carton d’archives dans son garage que Nathalie Ursin a retrouvé la fameuse ordonnance. GUILLAUME BONNAUD/"SO" 

"Un médecin est condamné à verser 3,25 millions pour ne pas avoir ordonné en 1991, l’hospitalisation d’un bébé et retardé le diagnostic de méningite 

Pensionnaire depuis plusieurs années d’un foyer d’accueil médicalisé, Océane regarde les jours défiler, le plus souvent assise sur son fauteuil. Elle ne marche plus et a toujours besoin d’un bras ou d’une main secourable pour les gestes élémentaires du quotidien. Quand son visage s’éclaire, elle a le sourire de l’enfant qu’elle est restée."... 

..."Toutes formes de préjudices confondues, le tribunal de grande instance de Bordeaux a condamné le généraliste dépêché par l’association SOS Médecins au chevet d’Océane, en juin 1991, et son assureur à lui verser près de 3,25 millions d’euros.  

Le praticien s’était lourdement trompé en se contentant de prescrire de l’Aspégic et du Doliprane. Au regard des données de la science, l’état fiévreux du nourrisson, à peine âgé d’une semaine, aurait dû le conduire à organiser sans délai son hospitalisation. Celle-ci n’est intervenue que quatre jours plus tard, à la demande de ses parents. Une méningite néonatale infectieuse a aussitôt été diagnostiquée. Mais le mal était fait. Les bactéries avaient atteint les membranes enveloppant le cerveau et la moelle épinière. « Je me suis dit : ‘‘Je vais me débrouiller. Elle va s’en sortir.’’ » Pendant les premières années, Nathalie Ursin fait face, convaincue que sa seule volonté finira par apprivoiser le handicap. Océane a du mal à tenir sa tête droite, ne peut pas se lever, ne prononce que quelques mots. Mais à l’âge de 5 ans, la situation semble s’améliorer. La parole reste difficile, mais elle se déplace, attrape un ballon à deux mains, se déshabille et mange sans l’aide de personne."...

2018_12_28_SO_Bordeaux_l'erreur_médicale_sanctionnée_27_ans_après_le_combat_d'une_mère