Sud-Ouest du 27 décembre 2018 

Communes forestières dans les Landes : le feu sous la broussaille

communes forestièresLa loi impose le débroussaillement à proximité de la voirie et des zones urbaines. ARCHIVES P. B. / « S. O. » 

Leurs maires s’inquiètent de la mise en place du règlement interdépartemental de protection contre les incendies. 

Après les présidents des Associations de défense des forêts contre l’incendie (DFCI) qui se plaignent du règlement interdépartemental de protection de la forêt contre les incendies, parce qu’il est insuffisamment appliqué, ce sont les maires des communes forestières qui rouspètent. Mais eux se demandent plutôt comment le mettre en œuvre, notamment à propos de l’obligation générale de débroussaillement le long des routes. « On nous demande de faire appliquer la loi, dit Marc Ducom, maire d’Ychoux et président de l’Association des communes forestières des Landes (1). C’est normal. Mais cela ne va pas être facile pour les maires de petites communes rurales que nous sommes. » 

4 mètres en terrain privé 

La loi impose en effet des obligations légales de débroussaillement aux maires et aux propriétaires de bois à proximité immédiate de la voirie et des zones urbaines. Soit « les opérations de réduction des combustibles végétaux de toute nature, dans le but de diminuer l’intensité et de limiter la propagation des incendies. Ces opérations assurent une rupture suffisante de la continuité du couvert végétal », précise le texte. 

« Mais on nous demande, poursuit Marc Ducom, outre d’entretenir fossés et talus, de débroussailler sur une largeur de 4 mètres de part et d’autres des voies communales. Et là, on n’est plus sur le domaine public, mais on rentre chez les propriétaires forestiers. » Ce qui va obliger les maires à écrire à tous les propriétaires privés, avec accusé de réception, et à attendre leur réponse. « Certains ont des bois si petits qu’ils ignorent leur emplacement exact. D’autres habitent parfois loin des Landes et ne répondront sans doute pas. Enfin, pour des toutes petites parcelles à débroussailler, vous n’allez trouver aucun professionnel qui voudra se déplacer. Seuls les grands chantiers vont les intéresser. » 

Facture élevée et responsabilité 

De plus, cela pourra coûter cher. « Un devis établi par une entreprise spécialisée se chiffre à 10 000 euros le kilomètre. Si j’ai 20 kilomètres à faire, cela monte à 200 000 euros, la commune n’en a pas les moyens, peste l’élu. Et les forestiers ? S’ils ne répondent pas, on fait les travaux en régie et on leur envoie la note, ce qu’il va falloir calculer, mais vont-ils payer ? » 

De plus, si par malheur un feu devait démarrer d’un site de bord de route qui n’a pas été débroussaillé, c’est la responsabilité du maire qui serait engagée. « Je sens très bien que si cela devait arriver, les propriétaires forestiers n’hésiteraient pas à nous faire porter le chapeau. » Certes, en cas de travaux faits en régie après appel d’offres, le maire prendra un arrêté, mais ensuite, il faudra que la loi soit appliquée. 

« Au final, c’est quand même très compliqué à mettre en œuvre », conclut Marc Ducom. Et cela peut donner beaucoup de travail. 

  1. Sur les 180 communes forestières qui existent dans les Landes, 93 sont adhérentes à l’association, ce qui représente près de 60 000 hectares.