Gironde Vigilante est apolitique, c'est pourquoi, nous ne prendrons pas position sur ce sujet. Toutefois, dans l'article ci-dessous, on peut y lire que le véhicule du Samu met, en temps normal, quarante minutes pour arriver sur les lieux et cela ne choque personne ? Pas même notre Ministre de l'Intérieur. Quelles sont les chances de survie d'une personne victime d'un infarctus ?

Sud-Ouest du 20 novembre 2018 

Décès d’une dame âgée à Angoulême : les manifestants mis en cause

décès d'ue dame agéeLundi, autour d'Angoulême, la circulation était totalement saturée sur la N10. ANNE LACAUD 

Une dame âgée est morte lundi. Christophe Castaner estime que le Samu a été freiné par les gilets jaunes. 

« Ce matin, à Angoulême, un véhicule du Samu a été empêché d’intervenir sur une dame âgée, qui faisait l’objet d’un incident médical. Cinquante minutes pour faire trente kilomètres. La personne est morte cet après-midi. C’est aussi ça la réalité. » 

C’est au cours d’une conférence de presse, donnée lundi soir depuis la place Beauvau, que Christophe Castaner a livré cette information confirmée par la préfecture de la Charente. Une personne âgée est décédée ce lundi. Selon la « Charente Libre », il s’agirait d’une femme octogénaire résidant à Montbron, à l’est du département, à la frontière avec la Dordogne. Cette commune est située à une quarantaine de kilomètres du centre hospitalier d’Angoulême. La victime aurait fait un malaise cardiaque. 

« L’ambulance a été ralentie » 

Les services de l’État dans le département ne donnaient pas davantage d’éléments, hier soir. Selon le ministre, les secours auraient donc été freinés par les mouvements de blocage des gilets jaunes. 

C’est Thomas Mesnier, le député La République en marche de la circonscription d’Angoulême, qui a transmis cette information à la préfète et au ministère de l’Intérieur. Le parlementaire charentais est un ancien urgentiste et a été très vite averti de ce décès. « L’ambulance du Samu a été ralentie et a mis deux fois plus de temps que d’habitude pour aller sur place. Cinquante minutes, c’est juste démentiel… » En temps normal, le trajet demande environ quarante minutes. Selon nos informations, sur ce parcours, il semblerait qu’il n’y avait toutefois pas de point de blocage officiellement recensé, lundi. 

Un tiers d’entrées en moins aux urgences 

Plus globalement, d’après le député, les urgences du centre hospitalier d’Angoulême ont enregistré un tiers d’entrées en moins, samedi, au premier jour des blocages. « On doit garantir la liberté de manifester, mais aussi la sécurité de chacun. Les gilets jaunes sont faits pour sauver des vies, c’est regrettable d’en arriver là. » 

Autour d’Angoulême, la RN 10, bloquée dans la nuit de dimanche à lundi, est restée paralysée toute la journée de lundi, mais également cette nuit. D’autres points de blocages ont été mis en place dans l’agglomération. 

À l’occasion de ce point presse, hier, Christophe Castaner a dressé un bilan des manifestations et a livré différents exemples d’incidents relevés à travers toute la France. « Je voudrais rappeler que nous devons à chacun nos concitoyens le respect de ces principes de libre circulation », a conclu le ministre.

Sud-Ouest du 20 novembre 2018 

Gilets jaunes : après le décès d’une Charentaise, le spectre de l’instrumentalisation politique

gilets jaunesLe cabinet du ministre Christophe Castaner a reconnu « une erreur ». PHOTO ARCHIVES AFP 

Lundi 19 novembre au soir, le ministre de l’Intérieur avait lié le décès d’une octogénaire de Montbron aux blocages. Mais la mort est survenue avant l’intervention du Samu. 

« Ce matin, à Angoulême, un véhicule du Samu a été empêché d’intervenir sur une dame âgée qui faisait l’objet d’un incident médical. Cinquante minutes pour faire trente kilomètres. La personne est morte cet après-midi. » Lundi 19 novembre au soir, au cours d’une conférence de presse à propos des drames liés aux « perturbations des Gilets jaunes », Christophe Castaner a clairement mis en corrélation le décès de cette habitante de Montbron, 88 ans, et les blocages. 

" Incroyable qu’on fasse ce lien " 

Seulement, l’octogénaire, victime d’une chute à son domicile, est en réalité décédée à 9h10, avant même l’arrivée des secours. 

« Ce ne sont pas les Gilets jaunes qui l’ont empêché de vivre, s’étonne sa fille. Je trouve incroyable qu’on fasse ce lien. Ils se sont jetés dessus… Je n’accuse personne, mais quand j’ai vu les déclarations du ministre, je me suis dit qu’il n’avait rien d’autre contre les Gilets jaunes, et qu’il a donc pris maman. » 

" Une erreur " 

Joint hier par téléphone, le cabinet de M. Castaner reconnaît « une erreur de remontée de l’information », mais dément toute tentative d’instrumentalisation : 

« Le ministre ne dit pas que c’est à cause des Gilets jaunes, mais cet incident illustre tout de même les difficultés des forces de l’ordre pour intervenir, car c’est une réalité que le véhicule a été ralenti ». 

L’information était arrivée à jusqu’à la place Beauveau par le biais d’un canal inhabituel, car politique. Le parquet d’Angoulême ayant ouvert ce mardi seulement une enquête en recherche des causes de la mort, c’est en réalité le député LREM Thomas Mesnier qui a transmis en premier l’information à la préfecture et au ministère. 

L’ancien urgentiste s’était ensuite ému de l’incident dans nos colonnes : « Les gilets jaunes sont faits pour sauver des vies, c’est regrettable d’en arriver là. » 

Les manifestants avaient réagi dès ce mardi matin par le biais d’un communiqué, avant même la révélation de l’erreur. « Cette réalité est la réalité de Christophe Castaner, ce n’est pas la réalité des faits, et nous contestons fermement sa déclaration méprisante. Instrumentaliser le décès d’une personne à des fins politiques est abject », avaient déclaré les Gilets jaunes.