Sud-Ouest du 15 octobre 2018 

Hôpital de Libourne : des moyens « naturels » pour soulager la douleur

hôpital de Libourne contre la douleur

Naïma Badja, médecin réanimateur membre du « centre douleur » au sein duquel elle est très investie. PHOTO L. D. 

"Ce lundi, Journée mondiale contre la douleur, l’hôpital met en lumière son « centre douleur » et les pratiques auxquelles est formée une partie du personnel telle que l’hypnose. 

Sophrologie, hypnose, toucher massage, musicothérapie, réflexologie… Depuis 2014, 26 % des soignants de l’hôpital Robert-Boulin ont été formés à l’une de ces approches complémentaires de lutte contre la douleur. « Ces pratiques font partie des actes de soin. Depuis dix ans, il y a vraie adhésion du corps médical », relate Sandrine Mebs, cadre supérieur de santé, vice-présidente du Comité de lutte contre la douleur (Clud, lire ci-contre). Auparavant et encore parfois aujourd’hui, certains a priori persistent. Aussi bien du côté du personnel que des patients. « La formation permet de casser ces peurs. Quant aux malades, certains sont en demande. Il y a un réel changement de paradigme sur le sujet », observe Naïma Badja, médecin réanimateur, très investie dans les consultations douleurs."...

..."« Il y a quelques années nous avons informé les médecins traitants de l’existence de ce service. », indique Naïma Badja. Les patients peuvent aussi prendre directement rendez-vous. Actuellement, le délai d’attente est de quatre mois mais des créneaux d’urgence sont constamment maintenus. En 2017, près de 1 100 patients, dont 400 nouveaux, y ont consulté. 

« Le contact, l’écoute, c’est 50 % du traitement. Après on propose différentes techniques et on se laisse guider par le patient », détaille Naïma Badja."...

2018_10_15_SO_Hôpital_de_Libourne_des_moyens_naturels_pour_soulager_la_douleur