A quand un SOS Médecins dans les zones rurales ? Ces structures s'installent toujours en périphérie des grandes agglomérations mais la ruralité est toujours livrée à elle-même. Certes des maisons de santé pluridisciplinaires voient le jour mais au lieu d'augmenter les plages horaires des consultations, elles les réduisent et le peu de médecins qui auparavant consultaient certaines demi-journées sans rendez-vous renoncent à le faire à cause du nombre croissant de patients qui se présente. Ils ne peuvent plus faire face.

Résultats : Des jeunes médecins qui s'installent mais ne dérogent pas à leurs horaires, les consultations sans rendez-vous ne sont plus assurées, la difficulté d'obtenir un rendez-vous rapidement, ou pour les nouveaux habitants de trouver un médecin traitant... 

Sud-Ouest du 10 octobre 2018 

SOS médecins muscle l’offre de santé au nord-ouest de Bordeaux 

EYSINES Le quadrant Nord-Ouest manquait de médecins généralistes, SOS médecins s’implante au cœur d’un pôle santé pluridisciplinaire. Exemplaire

sos médecins 10

L’équipe de soignants du nouveau pôle de santé du parc des Ombrières. PHOTO STÉPHANE LARTIGUE

Sur 12 000 m2 , une crèche, un Ehpad, une résidence senior et désormais, un pôle santé. Thomas Vivez, propriétaire des lieux, a fait très fort en proposant un tel projet, très dans l’air du temps, à Christine Bost, maire d’Eysines. Et le projet est sorti de terre. Hier, le parc des Ombrières a inauguré son pôle santé et bouclé la boucle. Soit un bâtiment de 4 800 m2 qui héberge trois médecins traitants, des kinés, des infirmiers et désormais, un centre de consultation pour SOS Médecins.

Pour l’instant, ce parc des Ombrières est un peu planté au milieu de nulle part. Très près de la sortie d’autoroute et néanmoins pas très loin du centre-ville d’Eysines. On imagine bientôt les arbres autour, les bosquets, les fleurs... et de futurs logements qui devraient pousser, avec quelques centaines de nouveaux habitants. «C’est une très bonne nouvelle pour nous, assure Christine Bost. Ce lieu répond à un besoin de territoire, même si on n’est pas dans un désert médical, sauf à certaines heures À cet égard, SOS médecins va remplir une mission de santé publique. C’est le maillon manquant. A nous, désormais, d’aider les gens à changer un peu leur culture. Au lieu d’aller engorger les urgences, ils pourront appeler SOS médecins.» 

À partir de 20 heures le soir 

Un groupe de médecins dépêchés par l’association SOS médecins va donc s’installer à Eysines, pour assurer des consultations au domicile des patients et au pôle santé. Ils seront joignables à partir de 20 heures et jusqu’à minuit en semaine. Le samedi de midi à minuit et le dimanche et les jours fériés de 9 heures à minuit. 

Frédéric Chemin, président de SOS médecins Bordeaux, était présent hier lors de l’inauguration. «Nous avons été sollicités sur ce secteur, et nous nous sommes installés après avoir obtenu une autorisation du Conseil de l’ordre des médecins de Gironde, qui souhaite faciliter l’accès au soin sur tout le territoire. Le cabinet vient en complément de l’activité des médecins généralistes du secteur.  Notre mission est de créer de plus en plus de centres de consultations à la périphérie des grandes agglomérations, pour drainer, couvrir les secteurs de plus en plus larges. Le centre de consultation permet aux patients valides de se déplacer, et ceux qui ne peuvent pas pourront toujours être vus à leur domicile.» 

Eysines, mais aussi Bruges, Le Haillan, Blanquefort voire même plus loin, SOS médecins va en effet drainer tout le territoire du quadrant Nord-Ouest, dont certaines zones manquent cruellement de médecins. «On voit bien déjà des nouveaux arrivants qui ont du mal à trouver un médecin traitant, note Karl Moliexe, médecins à SOS. En plus, nous allons, au sein du pôle, travailler autour d’un dossier partagé. » Déjà, les soignants présents sur le site ont entamé des réunions, afin de décider ensemble de la gestion du lieu. À terme, les patients seront pris en charge avec un regard commun, des décisions prises à plusieurs. Tout à fait dans l’esprit de la dernière réforme de santé, présentée cet automne.