Sud-Ouest du 8 octobre 2018 

SNSM : « Il est difficile de garder les bénévoles » 

LÈGE-CAP-FERRET Les présidents des trois stations du Bassin ont présenté leurs activités, samedi, en présence du président national de la Société nationale du sauvetage en mer

SNSM Il est difficile de garder

"La Gironde compte cinq stations de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer), à Arès, Arcachon, Lège-Cap-Ferret, Pauillac, LeVerdon, plus le centre de formation de Bordeaux. Mais ce sont les trois stations du Bassin qui regroupent la majorité des sauveteurs bénévoles de la SNSM en Gironde et totalisent le plus grand nombre d’interventions, comme l’a rappelé l’assemblée générale départementale qui se tenait justement, samedi, au Cap-Ferret (lire « Sud Ouest Dimanche » d’hier).

« La Gironde a deux caractéristiques », relève le président national, Xavier de la Gorce, présent à cette réunion, aux côtés du nouveau délégué département, l’amiral Dominique Lalé (il a succédé, le 1eroctobre, à Hubert Capeyron), «C’est une petite délégation, avec cinq stations, contre 29 dans le Finistère ou 19 dans la Manche par exemple, et avec des spécificités, en particulier sur le Bassin qui change régulièrement, avec des fonds évolutifs, des bancs de sable qui bougent, des chenaux, une hyperfréquentation.»

1 Arcachon : Les étrangers échoués au banc d’Arguin 

La station d’Arcachon compte 37 sauveteurs bénévoles dont 32 embarqués. Avec la vedette et le semi-rigide, qui fait office d’annexe, ils ont réalisé 95 interventions depuis le début de l’année. «Nous avons beaucoup d’assistance aux plaisanciers ou aux usagers de loisirs nautiques », résume le président Gildas Sittarame."...

2 Arès : La disponibilité des bénévoles est compliquée 

À Arès, la vingtaine de sauveteurs a un nouveau semi-rigide, depuis mai. «On est très contents de ce nouveau bateau », reconnaît son capitaine, William Lutard, tout en précisant: «On est quatre à partir dessus, il faudrait que tout le monde soit formé au secours. »"...

Pour le président d’Arès, Éric Chadeyron, la difficulté est de «garder les bénévoles. La disponibilité est compliquée.»

3 Cap-Ferret : La redevance des corps-morts pour le bateau

..."À Lège-Cap-Ferret, la Ville a provisionné 150 000 euros pour contribuer à l’achat du nouveau bateau, d’ici 2021. «J’ai aussi augmenté la redevance des 3 000 corps-morts pour prélever 62 500 euros. Je souhaite que ce prélèvement soit pérennisé. Beaucoup de communes devraient regarder ce que nous faisons», complète le maire, Michel Sammarcelli."

2018_10_08_SO_SNSM_Il_est_difficile_de_garder_les_bénévoles

2018 10 08 SO SNSM Nouveau bateau