Les habitants des communes rurales sont déjà délaissés par les services publics (fermeture de gendarmeries, de bureaux de poste mais aussi diminution voire suppression de l'effectif des sapeurs-pompiers professionnels dans de nombreux centres de secours). La ruralité est déjà sous-équipée par rapport à la Métropole quel serait alors son avenir avec cette fusion quand on sait que l'égalité entre les territoires est loin d'être une réalité ?

Sud-Ouest du 5 octobre 2018 

Gleyze vent debout contre la métropolisation 

GIRONDE Le Président du Département sonne la charge contre le projet de fusion et organise une manifestation le 13 octobre qui réunira droite et gauche

 

gleyze vent debout

Jean-Luc Gleyze est « farouchement opposé » à la métropolisation. PHOTO THIERRY DAVID

 

"Ce n’est pas qu’une simple modification de l’ordre du jour de la conférence de rentrée qui fait bouillir Jean-Luc Gleyze. Mais bien une question de fonds, à savoir le projet de fusion des métropoles et des départements, comme cela se fait à Lyon depuis le mois de janvier 2015. Lundi, Emmanuel Macron recevait cinq présidents de métropole, dont Alain Juppé, pour mettre le sujet sur la table. Jean-Luc Gleyze n’y a pas été par quatre chemins : c’est non. «Je ne vais pas être un Gaulois réfractaire, mais un Girondin farouche», a-t-il glissé. Avant de dérouler son argumentaire qui aura monopolisé les trois quarts de cette conférence de rentrée."...

..."Sur le fonds, Jean-Luc Gleyze s’est employé à détailler les conséquences d’une fusion Département-Métropole sur le modèle lyonnais. «La conséquence, c’est une fracture territoriale et donc sociale. La métropole est le cœur battant de la Gironde, avec une dynamique puissante. L’intérêt est de redistribuer à ceux qui ont moins de chance. Créer une dichotomie, c’est accentuer la fracture et alimenter un sentiment d’abandon. » Moralité :le leitmotiv de Philippe Madrelle qui se battait contre une Gironde à deux vitesses n’a pas pris une ride dans le monde macronien"...

..."Autre argument avancé : «On va dédoubler les services : pompiers, handicap, social, collège... je ne suis pas convaincu que doubler les choses soit propice aux économies. » Plus grave, il redoute un traitement différencié des Girondins. Selon qu’ils soient dans la Métropole, plus riche, ou ailleurs, ils n’auront pas la même qualité de service. Jean-Luc Gleyze n’entend pas opposer les territoires. Bien au contraire mais entend privilégier une démarche de partenariat avec la collectivité. «Je ne lâcherai pas le morceau, en défendant les départements, on défend l’intérêt commun», a-t-il prévenu. (lire ci-contre)."...

2018 10 05 Gleyze vent debout 2

2018_10_05_SO_Gleyze_vent_debout_contre_la_métropolisation